Les moissons delaissees - tome 1 - ne

SOUMY, JEAN-GUY

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 12/06/01
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Mars 1860. Dans le petit village des Couteilles, au sud de Guéret, le jeune François Ribière, pour la première fois, s'apprête à grossir la troupe de ceux qui partent « limousiner »- entendons par là qui s'en vont, à pied, rejoindre Paris afin de travailler, comme apprentis puis comme maçons, dans les gigantesques chantiers que le Second Empire a ouverts. Car le bâtiment constitue une activité traditionnelle pour les gens de ce rude pays de Creuse : quand vient la belle saison, la pauvreté les contraint à délaisser femmes et moissons, qu'ils retrouveront aux approches de l'hiver. Cet exil, déjà cruel en son principe, est fort dur à vivre - on ne trouve pas toujours à louer ses bras, le travail sur les échafaudages est dangereux, la
compétition sévère. Et les voyages ne sont pas sûrs... Il lui faudra pourtant repartir l'année suivante, abandonnant les siens au village, et Marie, la jeune fille dont il est épris. Mais, peu à peu, il se fortifiera l'âme au contact des républicains qui s'opposent à l'empereur, et on le verra, alors, s'engager dans une campagne électorale à hauts risques... C'est donc l'histoire d'un homme et d'une famille que nous retrace ce roman chaleureux, chargé d'événements et de péripéties, qui restitue avec une fidélité exemplaire le monde rural du Second Empire et le Paris de Haussmann et de Garnier. Plus encore, il rend vie à tout ce pays creusois auquel notre histoire moderne doit tant et dont le destin difficile se poursuit encore...
1 personne en parle

Résumé du livreL'histoire commence en 1860 dans un petit village des Couteilles, au sud de Guéret. Le personnage principal de ce roman est François Ribière. Ce dernier va quiiter l'école pour rejoindre à pied avec d'autres maçons et ouvriers Paris afin de travailler sur les gigantesques chantiers que le Second Empire y a ouverts. C'est l'histoire de François mais aussi de tous ces creusois qu'on appelle les "limousinants" qui partent travailler dans des conditions périlleuses pour agrandir et concrétiser les rêves d'Haussmann. "Les Moissons délaissées" constitue le Premier Tome alors que le second tome s'intéresse surtout à Marie, la femme de François et le petit frère de celui-ci qui devenu lettré oeuvre en autre, pour l'amélioration de la vie des ouvriers. La revendication syndicaliste se retrouve déjà dans le premier temps. Le Deuxième renforce cette idée et s'intéresse aux refus de certains personnages comme Marie ou Louis du fatalisme.Quelques mots sur l'auteurOn peut voir Jean-Guy Soumy comme un écrivain régionaliste car il s'intéresse beaucoup à la dimension historique et sociale de la région du Limousin. Il fait partie de l'école de Brive qui regroupe les écrivains de la région (de la même manière de l'école de Crozan pour les peintres impressionnistes) et diffuse leurs oeuvres. Il a été professeur de mathématique à l'IUFM de Limoges. Il vit actuellement près de Bourganeuf. Son dernier opus s'intitule "Le Congrès" où il revient sur la période des dragonnades dans le Limousin mais aussi sur les tribunaux écclésiastiques qui attestent (ou non) de 'l'impuissance" des hommes en exigeant d'eux d'accomplir l'acte sexuel avec leur femme devant un tribunal...CritiqueC'est un roman que j'ai beaucoup apprécié par son érudition et par la qualité de l'intrigue. L'auteur ne cherche pas à dénoncer l'horrible capitale dévoreuse d'hommes et de femmes du petit peuple des Provinces. Personnellement, j'ai toujours détesté le chauvinisme... Sa narration s'attache surtout à faire émerger cette épisode de l'histoire du Limousin inconnue de beaucoup. Il tisse son récit en insistant sur la soif de connaissance du petit Louis qui fréquente l'école du village et dont l'instruction laisse encore à désirer. C'est que nous nous encore loin de la loi de Ferry !. Nous assistons aussi aux départs des hommes vers Paris en pasant par l'Indre puis ensuite ils prennent le train à Orléans pour Paris. Ils semblent suivre l'actuelle Nationale A20. Il met en lumière la condition périlleuse de leur "exode" vers la capitale. En effet, quand arrive la belle saison, délaissant les moissons, ils partent à Paris pour être incorporés sur les chantiers. Ils repartent vers fin Septebre pour ramener de l'argent au village afin de survivre pendant les mois d'hivers. L'auteur montre aussi les conditions d'hygiène et de santé déplorable dans la Creuse de l'époque. La paysannerie se méfie de la médecine et se tourne plus volontiers vers les remèdes de grand-mère ou des mélanges qui tuent plus qu'ils n'aident à guérir. A sa façon, en digne Républicain, Jean-Guy décrit aussi les trajectoires des premiers instituteurs et médecins parcourant les villages pour diffuser la science, le progrès et le savoir afin d'améliorer l'existence de tout un monde. L'auteur restitue dans ce livre le monde rural du Second Empire et le Paris de Haussmann et de Garnier. Un livre intéressant. Victoire

tran
28/04/12
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.50 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition