Les morts de la saint-jean

MANKELL, HENNING

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 06/04/01
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Juin 1996. Nuit de la Saint-Jean. Trois jeunes gens ont rendez-vous dans une clairière isolée où ils se livrent à d'étranges jeux de rôle. Ils ignorent qu'ils sont surveillés. Peu avant l'aube, la fête tourne au drame. Août 1996. Le commissariat d'Ystad somnole sous la chaleur. Alors que des parents signalent la disparition de leurs enfants, Svedberg, un proche collègue de Wallander, est retrouvé mort, défiguré. La peur s'installe dans la région. Pour la première fois, notre
sympathique inspecteur, aux prises avec des soucis de santé et des problèmes sentimentaux, est assailli par le découragement et le doute. Svedberg menait-il une double vie ? Pourquoi les jeunes gens étaient-ils déguisés ? Pourquoi le meurtrier visait-il des victimes jeunes et heureuses ? Pris dans l'enchaînement des découvertes macabres et des rebondissements contradictoires, Wallander parviendra-t-il à mener à bien cette nouvelle enquête qui s'annonce particulièrement ardue ?
4 personnes en parlent

Kurt Wallander, 7ème.Et notre commissaire de douter du monde plus que jamais (et de lui même comme toujours), lui qui perd ici l'un de ses fidèles collaborateurs, Svedberg, de manière troublante (je ne dévoile rien, d'une part l'information étant dans le résumé ci-dessus, et d'autre part, cette révélation n'otant rien au plaisir de la lecture).Mankell épingle une fois encore la société suédoise, et plus particulièrement ici sa jeunesse.A ceux qui compte se délecter d'un detective novel sans insidence, je conseillerai de passer leur chemin, car nous avons ici de la matière bien noire, de celle qui peint les choses en sombre.Du grand art, soyez-en sûrs. Maltese

Maltese
20/10/09
 

Un bon polar, qui tient bien la route et ce, jusqu'au bout. J'ai laissé passer deux stations de métro voulant le terminer et prise par l'intrigue.L'amour de l'auteur pour son pays transparait dans ses livres et cela donne envie d'aller visiter ces contrées que l'on néglige souvent comme destination de voyage.

un flyer
14/03/15

Les Morts de la Saint-Jean ou l'on retrouve Wallander cette fois -ci confronté a un serial-killer! Au-dela de l'enquete policiere , l'auteur nous dresse egalement le portrait d'une jeunesse Suedoise totalement perdue , désabusée car livrée a elle-meme et a mille lieues de l'ancien modele nordique alors proné! Pour corser le tout , l'ami Kurt y perdra egalement un proche et apprendra que ce dernier pourrait ne pas etre totalement etranger a l'affaire en cours! C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai , une nouvelle fois , accompagné ce quinquagenaire irrascible et en proie , plus que jamais , au doute dans les meandres d'une enquete d'une incroyable noirceur!L'un de ses meilleurs si ce n'est le meilleur!

TurnThePage
11/11/13
 

Pauvre Wallander, vous n’êtes pas à la fête. Décidément vos affaires se font de plus en plus compliquées, et vous êtes confronté à des individus de plus en plus retors dans un pays qui comme les autres change de visage, et dont la société n’évolue pas dans le bon sens…. Et ça vous agace, vous plonge dans le doute. On sent même poindre une once de découragement, alors que paradoxalement, rien ne vous intéresse plus que de retrouver ce criminel qui semble vous tourner autour, se jouer de vous tout en poursuivant ses macabres méfaits.Découragé, certes, mais il n’empêche que vous êtes un fin limier. Cette fois, peu d’action, mais au contraire, une réflexion menée avec beaucoup de patience, à pas de lilliputiens, où chaque renseignement est arraché à force de recoupements et de fouillages minutieux. On pourrait penser que vous vous dispersez….mais non, vous exploitez toute situation, toute personne dans le seul but de parvenir à la résolution finale. Chapeau Wallander !!!Seulement, vous filez un mauvais coton…. Vous vous négligez !!! Diabétique vous devenez, mais sans prendre conscience de tout ce que cela implique. Que de coup pieds au derrière se sont perdus à vous voir persister dans vos vilaines habitudes alimentaires, et à reporter sans cesse vos rendez-vous médicaux, et de nier l’évidence. Bref, ce n’est pas la grande forme, et vous n’êtes pas vraiment conscient d’être malade. Entre nous, pas la peine de nous répéter à tout bout de champ que vous avez soif, et que vous urinez sans cesse…le lecteur n’est pas idiot, il a vite compris ce qui vous arrive… pas vous !!!Cela étant, malgré votre diabète, malgré la lassitude, vos habitudes de quinquagénaire solitaire ( Baïba vous a quitté), votre allure négligée, et votre morosité ambiante, je vous aime bien, et vous me faites toujours passer de bons moments, même quand le cœur n’y est pas.Allez !!Soignez- vous, partez vous reposer un peu, et revenez nous en meilleure forme…@ Bientôt commissaire http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
12/01/13

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.49 kg
  • Traducteur : PIERRE ANTONMATTEI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition