Les new-yorkaises

WHARTON, EDITH

livre les new-yorkaises
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 05/07/01
LES NOTES :

à partir de
7,10 €

SYNOPSIS :

«Les programmes de Mrs Manford étaient immuables. On en venait à douter que la maladie, ou même la mort, puisse les désorganiser. Tenter de modifier la mosaïque complexe de ses rendez-vous aurait été comme chercher à démolir la pyramide de Khéops...» Prise dans le tourbillon de la vie new-yorkaise, Pauline ne s'épargne pas. Guérisseurs, assistantes sociales, gourous et marchands
d'art s'arrachent le temps de cette femme exemplaire qui préfère s'adonner aux exercices d'élévation de l'âme plutôt que de se plier aux aspirations intimes de son époux. Rien d'étonnant à ce que celui-ci soit sensible à l'extrême légèreté de Lita, sa belle-fille, à son profil d'ange primitif, voire à ses extravagances. Mais ce besoin d'évasion annonce un drame...
3 personnes en parlent

Tout début du 20° siècle, à New-York, Pauline Manford est une maîtresse de maison à l’emploi du temps verrouillé : Tout a son heure d’exécution, du massage facial aux rendez-vous programmés même avec sa fille ou son mari. Les mondanités qu’elle organise lui sont de perpétuelles sources de tension, contre laquelle elle lutte par l’entremise de divers guru tous plus farfelus les uns que les autres. Ce n’est pas inopiné si le roman commence par un portrait de Pauline, avant de s’ouvrir sur le reste des protagonistes, car effectivement tout tourne autour d’elle, malgré son aveuglement volontaire, jamais elle n’est réellement dupe de ce qui se passe. Simplement, il est tout à fait inconcevable pour elle de donner une réalité à quelque élément que ce soit qui ne serait pas concret. Pourtant, tous les éléments sont réunis pour faire vaciller le monde de Pauline, un mari qui s’amourache de sa belle-fille, un fils éperdu d’amour non partagé, une fille qui se désespère profondément, un ex-mari qui se noie dans l’alcool, sans compter une cousine par alliance qui ne cesse de quémander… Je ne saurais dire quel est l’élément le plus réjouissant tout au long des pages, tant l’évocation des travers d’une époque est merveilleusement réussie, sans occulter aucunement l’authenticité des personnages. Edith Wharton possède une grâce immatérielle, qui lui permet de suggérer sans dire, d’évoquer sous l’action, et c’est forcément un grand moment de plaisir qu’elle nous offre : Je suis charmée. Sylvie Sagnes

SagnesSy
10/01/13
 

Vie mondaine Au début du 20e siècle à New York, la vie de trois femmes : Pauline la mère, en quête de spiritualité entre un massage du visage et un discours sur la fertilité féminine ; Nona sa fille, dévouée à sa famille, cherchant à protéger ses proches au détriment de sa propre existence ; Lita la belle-fille, ne vivant que pour se divertir et rêvant de célébrité et de cinéma. Roman d’une étonnante modernité à l’humour grinçant.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Vie mondaine Au début du 20e siècle à New York, la vie de trois femmes : Pauline la mère, en quête de spiritualité entre un massage du visage et un discours sur la fertilité féminine ; Nona sa fille, dévouée à sa famille, cherchant à protéger ses proches au détriment de sa propre existence ; Lita la belle-fille, ne vivant que pour se divertir et rêvant de célébrité et de cinéma. Roman d’une étonnante modernité à l’humour grinçant.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg
  • Traducteur : JEAN-PIERRE RICARD

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition