Les noirs chevaux des carpates

GHEORGHIU, VIRGIL

livre les noirs chevaux des carpates
EDITEUR : ROCHER
DATE DE PARUTION : 06/03/08
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
21,30 €

SYNOPSIS :

« La 25ème heure » n'est pas le seul chef d'oeuvre de l'illustre écrivain roumain Virgil Gheorghiu. Il en a écrit un autre au moins : « La Maison de Petrodava », publié une douzaine d'années plus tard (Plon, 1961). Nous nous sommes assurés le droit de rééditer ce grand roman oublié, dont nous suggérons, pour lui donner une nouvelle jeunesse, de modifier le titre. « Les noirs chevaux des Carpates » nous paraît non seulement plus attrayant, mais surtout plus juste, plus exact : ce récit (dont Gheorghiu lui-même nous avertit que ce « n'est pas une oeuvre de fiction pure, mais - plutôt - une chronique du monde d'où je viens »), en effet, est littéralement envahi par les chevaux. Des chevaux bien réels : le père de l'héroïne était éleveur, et possédait les meilleurs étalons (noirs) de la région. Son épouse et sa fille sont tout aussi
passionnées par cet animal. Et des chevaux allégoriques : omniprésents, observateurs attentifs (et menaçants) du comportement des hommes, ces êtres prodigieux, à la fois la conscience et l'âme des Carpates, sont doués de qualités surnaturelles, capables de tristesse quand on les humilie, de férocité quand on les trahit. L'écriture de Gheorghiu, bien que parfois relâchée, bavarde, répétitive, est - c'est la magie de son style inimitable - également héroïque, irrésistible, torrentielle. Mélange d'épopée et de roman, cette curieuse « mixture » littéraire ne laisse pas l'esprit du lecteur en paix. Elle raconte l'histoire (au début du XXe siècle) à la fois grandiose et tragique, d'une dynastie de montagnardes, de femmes inflexibles, intransigeantes jusqu'à l'extrême : jusqu'à la mort. Un chef d'oeuvre, disais-je." Jean-Louis Gouraud
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.40 kg
  • Langage original : ROUMAIN