Les reliques

BENAMEUR, JEANNE

livre les reliques
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 07/04/05
LES NOTES :

à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

Leurs trois coeurs sont collés ensemble. Et ça bat. Ils sont devenus cette étrange chose vivante. Un camion de cirque débarque un jour de neige trois hommes sur le bord d'une route : Hésior, le magicien, Zeppo, le clown, et Nabaltar, le soigneur de fauves. Ils vivent là, dans une ancienne cabane de chantier, en désaccord avec le temps. Mira, leur amante, est morte. Que subsiste-t-il de cette trapéziste extraordinaire, qui leur permettait l'envol sur terre ? Des ballerines usées, un dernier costume de scène, précieusement conservés
dans un coffre : leur trésor. Avec ces restes, les trois amants fabriquent de fausses reliques de la femme aimée et les enfouissent au pied d'une église ou d'un arbre, parfois d'une maison... D'une plume délicate et visionnaire, Jeanne Benameur restitue l'univers de trois hommes en marge de tout, unis par un amour fou, sauvage, tout-puissant pour une même femme. Par la grâce d'un imaginaire brûlant, ils mettent en scène leurs propres rituels contre la mort, touchant en nous une dimension sacrée et archaïque de l'amour humain...
4 personnes en parlent

« On les a isolés. Ici, dans cette cabane en lisière d’un bois, d’une décharge. Près des rebuts qu’on brûle. Le cirque les a laissés ». Hésior le magicien, Zeppo le clown et Nabaltar le soigneur de fauves. Trois hommes abandonnés par les leurs comme des chiens oubliés au bord de la route. Trois hommes unis par leur passion pour une même femme, Mira la trapéziste, leur amante trop tôt disparue. Vivant reclus, hors du monde, ils n'existent que grâce au culte voué à la défunte : « Cousue à l’intérieur, Mira. Sa beauté sauvage, et sauvage le désir de chacun d’eux. Sauvage parce que sauf. Mira est devant eux. Mira sera toujours devant eux. Debout. Nue. »Je l’aime comme ça Benameur. Lorsque j’ai l’impression de sentir son souffle par-dessus mon épaule pendant que je lis ses mots. Des mots qui me traversent, qui m’irriguent, une langue sensorielle, une écriture à la fois poétique et dépouillée. Trois fois rien pour dire la mélancolie et le manque, la perte de l’aimée et le désespoir. Je n’y peux rien si j’aime les histoires tristes à pleurer, si j’aime qu’à la fin rien ne se règle parce que je garde ancrée en moi la conviction que l’on finira par tout perdre un jour ou l’autre, même si on s’accroche aux souvenirs des jours meilleurs. Et dans ce petit texte, il me semble qu’elle ne dit rien d’autre, avec une grâce et un lyrisme contenu qui n’appartiennent qu’à elle. Il me semble aussi que c’est un livre de saison, un livre achevé d'écrire le 8 décembre 2004, en baie de Somme. Un livre à lire en hiver, sous le ciel gris et bas de Picardie, avec un temps à s’ouvrir les veines, quand la fatigue vous a mis le grappin dessus et ne vous lâche plus, quand l’humidité s’infiltre sous les vêtements et vous glace les os. Toutes ces conditions étaient réunies en ce qui me concerne et je crois qu’elles ont grandement contribué à l’immense plaisir de lecture que m’a procuré ce texte.

jerome60
18/12/14

Un clown, un magicien, et un soigneur des fauves avaient été amants de la trapéziste qui était également amoureuse du dompteur. Lorsqu'elle fait une chute et se tue, ils se vengent du dompteur. Le cirque les abandonne sur la route, dans une cabane entre un village et une décharge, car il ne veut pas garder en lui ce secret. Les trois hommes détiennent le dernier costume de piste de la trapéziste, et en font des reliques. Ce court roman est une longue métaphore poétique. Le cirque est la société qui laisse sur le bord de la route les marginaux, qui ont des vies faites d'amours, de secrets qu'elle ne veut pas savoir. Il y a des passages superbes sur la magie du cirque. Un petit livre mais un grand plaisir.

JoelC17
10/01/12
 

Ils sont trois : Hésior, le magicien, Zeppo, le clown, et Nabaltar, le soigneur de fauves. Trois hommes âgés que le monde du cirque a abandonnés. Ils vivent dans une cabane à la lisière du monde des hommes. Leur amour pour Mira la trapéziste les a soudés à jamais. Lien indéfectible que rien ou personne ne peut briser. Mira est décédée mais leur amour lui est bien vivant. Un amour sans limite. Le plus beau et le plus fou. Quand l’absence de Mira est trop forte, ils déterrent la malle. Temple protecteur de leur trésor : le dernier costume de scène de Mira.En choisissant Jeanne Benameur, j’étais certaine de vivre un moment magique et précieux. Hors du temps, enveloppée dans une bulle, je me suis laissée porter par l’écriture. Une écriture d’une extrême concision qui insuffle de la poésie et une grâce délicate aux mots. Hésior, Zeppo et Nabaltar vivent désormais en marge du monde, un monde qui n’est par le leur. Ils veillent l’un sur l’autre unis par leur amour pour Mira. Pour lui rendre hommage, ils fabriquent avec un bout d’étoffe des reliques. Objets de culte qu’ils enterrent dans des endroits choisis. La piste aux étoiles bat dans leur cœur, coule dans leur sang. Quand Mira volait dans les airs, c’était leur amour que les petits et grands admiraient. Je n’en dirai pas plus pour ne pas briser l’intensité de ce texte hommage lyrique aux gens du cirque, à ceux qui nous font rêver et à l'amour. Il s’agit d’une lecture forte et magnifique ! Et, j’ai refermé ce livre remplie d’émotions… http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
19/06/11
 

"Les reliques" raconte l'histoire de trois hommes liés par l'amour qu'ils portaient à la même femme et unis à jamais dans son deuil. Trois hommes hors norme, marginaux, condamnés à errer dans une même solitude. Trois hommes qui ont compris la nécessité de rester ensemble afin de garder vivant en eux le souvenir de celle qui les faisait exister. Trois hommes, enfin, gardiens d'un précieux trésor et unis par un même but: la sacralisation de leur souvenir.Un roman qui me laisse une impression un peu étrange... Jeanne Benameur a une plume, c'est indéniable, et ses personnages dégagent une certaines force qui incite au respect et à la compassion pendant la lecture. Malgré ça, je n'ai pas été tellement touchée par le sujet du roman et l'idée des reliques, qui n'arrive qu'à la fin, m'a paru un peu brouillonne et mal exploitée...

Mokona
25/04/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition