Le cycle des robots t.6 ; les robots et l'empire

ASIMOV, ISAAC

livre le cycle des robots t.6 ; les robots et l'empire
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 27/03/01
LES NOTES :

à partir de
8,50 €

SYNOPSIS :

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les événements narrés dans «Les robots de l'aube». Le docteur Amadiro voue une haine inextinguible à Gladia Gremionis pour avoir fait échouer ses plans de domination de la Galaxie. Avec l'aide de Mandamus, un jeune et brillant scientifique, il durdit à nouveau un plan d'éradication de
l'Humanité. Pour le contrer, Gladia est toujours assistée de Daneel, le robot humaniforme, et de Giskard, l'androïde télépathe, aux aptitudes nombreuses mais limitées par les restrictions qu'imposent les lois de la robotique. Et leurs choix seront d'autant plus ardus qu'une nouvelle loi, la loi zéro, va faire son apparition...
2 personnes en parlent

Cette chronique j’ai eu beaucoup de mal à la rédiger. Isaac Asimov c’est l’auteur qui m’a réconcilié avec la science-fiction (et je ne peux que remercier mon chéri pour cette découverte). Sa simplicité d’écriture, son imagination et sa capacité à vulgariser des concepts scientifiques en font, pour moi, l’un des meilleurs écrivains de science-fiction. Il m’est donc ardu d’écrire quelque chose de neutre ou même de négatif sur un de ses ouvrages."Les robots et l’empire" est le dernier tome du "cycle des robots". Personnellement, j’ai lu tous les tomes précédant mais ce livre peut tout aussi bien se lire seul. Isaac Asimov fait suffisamment de rappel pour nous le permettre.Les événements relatés dans cet ouvrage se déroulent plusieurs siècles après la fin du roman précédant ("Les robots de l’aube"). Toutefois, nous retrouvons des personnages et des robots déjà là dans le tome précédant. Cela génère une impression de continuité, ce que j’ai apprécié. J’ai particulièrement aimé les dialogues entre les robots Daneel et Giskard. Leur point de vue sur l’humanité mais aussi sur les trois lois de la robotique est très intéressant. Isaac Asimov leur donne les premiers rôles allant jusqu’à leur fait jouer un rôle décisif dans l’avenir de l’humanité. J’ai trouvé que les personnages humains étaient bien pâles comparés à eux, qu’ils n’étaient là que pour les mettre en valeur.Mais pour moi la fonction principale de ce livre est de servir de lien entre le "cycle des robots" et le "cycle de fondation". Entre les deux plusieurs millénaires se sont écoulés et bien des choses ont changé. Grâce à lui on comprend enfin ce qui est arrivé à la Terre, aux mondes Spatiens et aux robots. Petit bémol, j’aurais vraiment aimé que l’auteur prenne le temps de nous expliquer ce qu’était devenu les Solariens. Au début du livre on apprend qu’ils ont disparu de leur planète, planète sur laquelle ils sont de retour dans le « cycle de fondation ». Cela a fait naître des questions auxquelles j’aurais souhaité avoir des réponses.Je regrette le manque d’action et d’intrigue qui m’ont parfois rendu la lecture pénible. Le livre faisant presque 600 pages cela m’a donné l’impression qu’il se traînait en longueur et que certains passages auraient pu être supprimés.Si vous êtes à la recherche d’un livre avec des intrigues à foison et un rythme soutenu, je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin. Par contre, si vous êtes un inconditionnel d’Isaac Asimov et que vous voulez en apprendre encore d’avantage sur son univers, ce livre est fait pour vous.Je ne regrette pas de l’avoir lu ce livre car il fait le lien avec le "cycle de fondation" qui reste pour moi ce que j’ai lu de mieux en science-fiction. Magalitdeslivres

magalitdeslivres
07/10/15
 

Ceux qui ont lu plusieurs des oeuvres différentes d'Asimov (Fondation et les Robots par exemple) comprennent sûrement comme moi, à travers toutes les références présentes à chaque fois, à quel point l'oeuvre d'Asimov est systémique. J'ai adoré ! D'abord, parce que je n'ai pas pu m'empêcher de faire des analogies avec les relations internationales de notre terre, entre le Nord et le Sud, sauf que l'échelle est ici est galactique ; et parce que l'exploration des limites des trois lois de la robotique par les robots eux-mêmes touche bel et bien à la métaphysique.C'est bien la première fois que je me plais à relire des paragraphes que je n'ai pas totalement compris tant je trouve qu'il y a du génie dans la philosophie d'Asimov !

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition