Les travailleurs de la mer

HUGO, VICTOR

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 14/05/80
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Gilliat se rejeta en arrière, mais put à peine remuer. Il était comme cloué. de sa main gauche restée libre il prit son couteau qu'il avait entre ses dents, et de cette main, tenant le couteau, s'arc-bouta au rocher, avec un effort désespéré pour retirer son bras. il ne réussit qu'à inquiéter un peu la ligature, qui se resserra. elle était souple comme le cuir, solide
comme l'acier, froide comme la nuit... Brusquement une large viscosité ronde et plate sortit de dessous la crevasse... On distinguait au côté opposé de ce disque immonde le commencement de trois autres tentacules, restés sus l'enfoncement du rocher. au milieu de cette viscosité il y avait deux yeux qui regardaient. Ces yeux voyaient gilliat. Gilliat reconnut la pieuvre.
3 personnes en parlent

Gros coup de cœur de mon adolescence ce Victor Hugo ! Voilà un pavé qui m'a enchantée, tant pas ses personnages, son histoire, que par le style poétique et recherché de l'auteur. Je le lirais sans doute aujourd'hui d'un autre œil mais Hugo reste avec Zola et Balzac celui qui m'a fait aimer la lecture.

un flyer
14/02/09

Ce livre est le plus beau livre que j'ai jamais lu. Il suscite en vous des emotions fortes devant la beaute de la mer, la force de caractere de Gilliat, ce marin rejete par une societe sans tolerance, la perfection des descriptions que ce soit des moeurs d'un personnage ou d'un paysage, Victor Hugo nous montre ici le genie de sa poesie. C'est bien simple, ce roman est de la poesie a l'etat pur. A lire absolument pour tous les amoureux de la mer ou tout simplement pour peut-etre se decouvrir un peu plus soi-meme...

MariePattz
17/05/14
 

Comment vous parler de cette semi-lecture (puisque je n'ai encore lu que la moitié du roman, quand bien même je l'ai commencé il y a une semaine)? J'aime beaucoup Hugo poète, mais au moment où j'écris ce billet, avec plus de 300 pages d'Hugo romancier lues, je suis loin d'être emballée.La lecture a commencé très laborieusement, avec une sorte de préface intitulée L'archipel de la mer, où les îles anglo-normandes nous sont décrites, mi-leçon d'histoire, mi-leçon de géographie/géologie... Il y a même une partie sur... l'herbe! J'ai tenu une trentaine de pages, puis j'ai abandonné la lecture, agaçée, et surtout pas le moins du monde intéressée.J'ai par la suite reprit la lecture, mais malheureusement, après plus de 300 pages lues, je ne suis toujours pas intéressée par l'histoire de Gilliat, cet homme arrivé enfant sur l'île avec sa mère, probablement de France, après la révolution; vivant seul, victime des préjugés arriérés, pêcheur intrépide. Qui un jour est indirectement interpellé par Deruchette, une jeune fille de bonne famille. D'abord troublé, il sera ensuite obsédé par cette femme, pour finir par se lancer dans une équipée insensée pour gagner le droit de l'épouser. Ce n'est qu'aux alentours de la page 300 que Gilliat entreprend cette fameuse équipée. Et pendant 300 pages, Hugo digresse à loisir sur divers sujets, plombant ainsi le rythme du récit, se perdant dans des anecdotes qui ne méritaient pas autant de pages. C'est, je crois, le plus gros défaut de ce roman. Hugo est bavard. Son style est lourd et sent même parfois franchement la poussière. Eclairé par moments par l'ironie féroce de l'auteur, le texte est d'une lecture laborieuse, les personnages pas vraiment attachants.On sent toujours sous-jacente la critique (à laquelle j'adhère d'ailleurs, c'est là l'ironie de cette expérience) de la religion, la bourgeoisie, les superstitions, mais aussi des régimes monarchiques, et j'en passe. Mais là où certains auteurs sont capables de plus de subtilité, Hugo arrive avec ses gros sabots et son intrigue traîne en longueur.Un livre que j'ai finalement abandonné.

Choupchoup
09/04/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.33 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition