Lettres a sa mere t.2 ; 1919-1938

COCTEAU, JEAN

livre lettres a sa mere t.2 ; 1919-1938
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 12/07/07
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
60,00 €

SYNOPSIS :

"Je ne peux écrire qu'à toi, comme si je m'accrochais de la main gauche à une épave et que j'écrivais de la main droite." un naufragé de la vie ou de la poésie - ce qui pour lui revient au même - dont la mère confidente serait la seule planche de salut, telle est l'image qu'on serait tenté d'emporter de la lecture des 560 lettres, cartes postales ou billets qui jalonnent vingt années de la vie de jean cocteau. Car, si elles sont les plus fécondes, elles ne sont pas les plus sereines. l'une apporte même son coup de tonnerre avec la mort de raymond radiguet. loin de le consoler, le recours à l'opium l'asservira jusqu'à la fin de ses jours, sans que le retour à la religion - second remède - ne bouleverse durablement sa vie. c'est dire que le temps des frivolités parisiennes est révolu, mais l'avant-garde à laquelle il les a sacrifiées tarde à le reconnaître pour son pilote. En dépit d'une inlassable activité sur le front de la modernité, cocteau n'arrive pas à s'imposer, du moins devant ceux qui comptent à ses yeux. dada le ridiculise et les surréalistes le couvrent d'injures. de picabia, de cendrars, voire
de reverdy, il essuie des affronts et le dieu picasso le renie publiquement sur ses terres espagnoles. S'il signe encore une lettre: "duc d'anjou et prince de paris", ce prince déserte régulièrement sa principauté. "J'étais né pour la campagne, la province, constate-t-il en 1927. je me suis engagé dans la bataille par erreur." la fuite vers le sud devient vite règle, hygiène de vie, encore que, pour un créateur, la capitale soit un point de passage obligé : les éditeurs, les théâtres, les lieux et les agents de la consécration sont presque tous là. un aveu exprime ce noeud de contradictions: "Je suis triste et heureux de rentrer dans cette ville que je n'aime pas et sans laquelle il me serait impossible de vivre." heureux surtout parce que sa mère, qu'il s'accuse d'abandonner, y vit et qu'elle l'y attend. Félicitons cocteau d'avoir pris l'habitude de ces mois d'exil: une riche et précieuse correspondance en est le fruit. faute d'entraîner ou de suivre, comme jadis, sa mère sur les rives de ses longues mais fausses vacances, le fils prodigue lui en tient le journal illustré avec plus ou moins d'assiduité.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 23.50 cm
  • Largeur : 18.70 cm
  • Poids : 1.28 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition