Lettres de non motivation

PREVIEUX, JULIEN

livre lettres de non motivation
EDITEUR : ZONES
DATE DE PARUTION : 08/11/07
LES NOTES :

à partir de
12,00 €

SYNOPSIS :

Toutes les lettres que vous allez lire sont authentiques. Julien Prévieux est artiste. Il y a huit ans, après avoir vainement cherché un emploi, il s'est mis à les refuser tous. Il a décidé de prendre les devants : refuser l'emploi qui nous est de toute façon refusé. Depuis, il a rédigé et envoyé plus de 1 000 lettres de non-motivation en France et à l'étranger. Il a reçu environ 5 % de réponses, en majorité automatiques. Vous trouverez ici une sélection des meilleures lettres, regroupées en deux parties : celles avec les réponses des entreprises et celles restées sans réponse. La lettre de motivation est un jeu social dont personne n'est dupe, un exercice obligatoire dans le rituel du recrutement. Julien Prévieux joue à ce petit jeu comme quelqu'un qui écrirait de vraies lettres, en réponse à des offres d'emploi qui lui auraient été personnellement adressées, et qui petit à petit, deviendrait fou, finissant lui aussi par envoyer des lettres automatiques, une machine écrivant à des machines. Son propos n'est pas celui
du pastiche ou de la caricature (imiter, grossir le trait). C'est tout l'inverse : chacun des personnages qu'il incarne tour à tour fait apparaître, précisément son franc-parler, ce jeu social comme ce qu'il est un jeu factice, mensonger et, en définitive, d'une incroyable violence. On comprend que la plupart du temps cette lettre dans laquelle le candidat est censé se livrer, exprimer sa personnalité et ses désirs, n'aura même pas été lue avant d'atteindre la corbeille. En ce sens, la lettre de motivation apparaît comme la mise en scène de l'infériorité du demandeur et de la toute puissance de l'entreprise. C'est cet exercice imposé de la fausseté, du mensonge en soi et de l'humiliation, que les lettres ici rassemblées, dans leurs formes variées, proliférantes, souvent dingues et toujours opiniâtres, font dysfonctionner. À l'heure du « travailler plus » pour vivre moins, ces lettres de non-motivation nous réapprennent quelque chose de fondamental. Retrouver cette capacité, jouissive, libératrice, de répondre : non.
3 personnes en parlent

Il faut vraiment lire ce livre où l'auteur répond à des annonces en refusant le travail. Les lettres sont diverses et variées, tout comme les réponses des entreprises, quand réponses il y a. En lisant, on sent le ridicule de la situation, surtout quand le futur employeur envoie une lettre type à une candidature tout bonnement ridicule. Un bon moment de rigolade quand même, avec un point de départ pas franchement amusant: la lettre de motivation ! Ladilae

Ladilae
04/03/13
 

Après la non-demande en mariage… Loin d’être le livre-canular tel qu’il a été présenté dans de nombreux médias, ces Lettres de non-motivation sont en réalité révélatrices d’un monde du travail à la dérive : en effet, au-delà du happening, Julien Prévieux dénonce la perte d’humanité des recruteurs, lorsqu’ils ne répondent pas à ses courriers (seuls 5% de ses 1000 courriers ont reçu une réponse) ou lorsqu’ils se contentent d’envoyer une réponse-type à des candidatures qui sont loin de l’être…Toutes les lettres ne sont pas égales, oscillant entre drôlerie, amertume et loufoquerie (aussi bien les non-candidatures que leurs accusés de réception), mais elles ne manqueront pas de faire réagir le lecteur, chacune à leur manière.

Voici un recueil d'authentiques et hilarantes lettres de non-motivation de Julien Prévieux, dans la lignée des correspondances de Boltanski. Suite à une période de chômage qui s'éternise, l'artiste adresse 1000 lettres aux entreprises qui recrutent ; seules 5 % d'entre elles répondent. Ces lettres formatées sont tournées en ridicule par l'implacable franchise du candidat, dont la démarche systématique permet de redonner le sourire aux demandeurs d'emploi : il s'agit ainsi de refuser l'emploi qui lui aurait été refusé de toute façon : "Je vous prie, ne m'embauchez pas". De pression la lettre de motivation - considérée comme la mise en scène de l'infériorité du demandeur - devient jeu social, rituel détourné, dans laquelle l'auteur interprète au premier degré photo et profils de postes. Il souligne l'écart qui existe entre la réalité de l'emploi proposé et la façon dont sont présentées les annonces. Les réponses franches et sincères du demandeur s'opposent aux offres stéréotypées, et provoquent deux types de réponses opposées de la part des recruteurs : soit des réponses mécaniques et figées soit des réponses plus personnelles. Les réponses embarrassées, parfois alambiquées de ces recruteurs témoignent de la difficulté pour eux de sortir des conventions. Un livre drôle et rafraichissant, mais qui met en lumière les problèmes d'une société contemporaine figée dans ces procédures. Les lettres sont parfois naïves, revendicatives (Bouygues et Henkel : "Toujours est-il que votre société est loin d'être l'amie de l'homme"), surréalistes (une lettre venue du futur), lyrique ou supplicatives, et remettent en question, avec virtuosité et éloquence, les codes rigides et stéréotypés du monde du travail. Quelques extraits :"Mon costume blanc et mes deux jambes me permettent de marcher, de monter des escaliers ou encore de porter des objets" "Fort de cette expérience, j'ai largement dépassé le poids limite qu'on peut se permettre si l'on veut pouvoir se déplacer. c'est pourquoi j'estime avoir toutes les qualités requises pour devenir chef de secteur.""Pour lutter contre le chômage l'ANPE fait faire un bond temporel de 60 ans en arrière aux personnes sans emploi dans l'espoir qu'elles y trouvent un travail stable.""Vous essayez une fois de plus de nous faire croire à des projets qui ne sont pas les nôtres (je parle ici au nom de la jeunesse entière)"

sovane
19/10/11
 

Format

  • Hauteur : 24.20 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 0.28 kg

Dans la même catégorie