Little bird

JOHNSON, CRAIG

EDITEUR : GALLMEISTER
DATE DE PARUTION : 07/05/09
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
nos libraires ont adoré little bird
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Après vingt-quatre années passées au bureau du shérif du comté d'Absaroka, dans le Wyoming, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s'envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d'une jeune indienne, Melissa Little Bird, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés.
Aujourd'hui, il semble que quelqu'un cherche à se venger. Alors que se prépare un blizzard d'une rare violence, Walt devra parcourir les vastes espaces du Wyoming sur la piste d'un assassin déterminé à parvenir à ses fins. Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous offre un éventail de personnages dotés d'assez de sens du tragique et d'humour pour remplir les grandes étendues glacées des Hautes Plaines.
Fans de C.J. Box et d'Elmore Leonard vous voilà comblés !
Craig Johnson livre un très bon polar qui mêle habilement grands espaces sauvages (ici les plaines glacées d'Absaroka, dans le Wyoming) et les communautés indiennes locales.
Un shérif au bord de la retraite ne peut laisser son badge tant qu'il n'aura pas résolu le meurtre de Cody Pritchard dont le corps a été retrouvé en plein territoire de la réserve Cheyenne. Ce meurtre ressemble fort à une vengeance. Une ancienne affaire refait surface, le lien semble évident... trop peut-être.
Magistrales descriptions et style prenant sont deux des arguments forts de cet excellent polar !

olivier (cambrai)
Fans de C.J. Box et d'Elmore Leonard vous voilà comblés !
Craig Johnson livre un très bon polar qui mêle habilement grands espaces sauvages (ici les plaines glacées d'Absaroka, dans le Wyoming) et les communautés indiennes locales.
Un shérif au bord de la retraite ne peut laisser son badge tant qu'il n'aura pas résolu le meurtre de Cody Pritchard dont le corps a été retrouvé en plein territoire de la réserve Cheyenne. Ce meurtre ressemble fort à une vengeance. Une ancienne affaire refait surface, le lien semble évident... trop peut-être.
Magistrales descriptions et style prenant sont deux des arguments forts de cet excellent polar !
Olivier ,
Librairie
(Cambrai)
18 personnes en parlent

Indiens ou blancs du Wyoming partagent la rudesse de leur terre. Dans leurs veines coule la force de la Powder River et leurs yeux se perdent dans l'horizon sauvage des Big Horn Mountains. Rien ne semble avoir changé depuis des siècles, peaux rouges et blanches expriment la même animosité que leurs aïeuls ; une haine cristallisée sans doute par la rigueur hivernale. Dans le comté d'Absaroka, les affaires de meurtres sont rares et le quotidien s'égrène inlassablement parfois interrompu par des querelles de voisinage. Walt Longmire, shérif du comté, reste pourtant hanté par le viol de Melissa Little Bird, une jeune cheyenne atteinte du syndrome d'alcoolisme foetal. Les quatre adolescents blancs lui ayant fait subir les pires outrages ont écopés de peines relativement minimes. Elle, par contre, devra vivre le restant de ses jours avec le souvenir douloureux d'une chair fouillée et meurtrie. Quand Coby Pritchard, l'un des agresseurs, est retrouvé mort tué par une arme à feu ancienne, Walt songe immédiatement à une sombre histoire de vengeance. Délaissant pour quelques temps, l'espace du taudis qui lui sert de maison depuis la mort de sa femme et la bouteille, il part sur les traces du meurtrier. Nombreux sont ceux qui auraient pu vouloir la mort de Pritchard mais une plume retrouvée près du cadavre incite l'homme de loi à orienter ses pistes vers le peuple cheyenne. Son regard se porte sur la famille de Melissa dont fait partie Henry Standing Bear, son meilleur ami et frère d'arme durant la guerre du Vietnam. L'existence du shérif ne cesse de prendre des chemins détournés dominés de soupçons et de preuves accablantes. Perturbé par cette affaire, Walt doit aussi assumer des changements dans sa vie personnelle. Vonnie, une enfant du pays devenue une femme séduisante, cherche à franchir le rempart de solitude dans lequel il sombre lentement depuis quatre ans. le meurtre d'un autre violeur finira d'ébranler ses certitudes. le Wyoming se teinte de sang. Neige et tueur semblent complices et cherchent à dissimuler les indices pour retarder le dénouement de cette enquête. Sur fond de nature writing, Craig Johnson signe un roman dont l'écriture est parfaitement maîtrisée. Enquête, chronique sociale, histoire d'amitié, Little Bird possède la richesse et l'âpreté de la région si chère à l'écrivain. Les états d'âmes de ses personnages authentiques et écorchés sont à l'image du Wyoming : charmeurs et déroutants. Peuplé d'êtres aguerris à la souffrance, de traditions perpétrées de génération en génération où chasse et pêche tiennent le premier rôle, ce premier volet de la série consacrée au personnage de Walt Longmire ne peut que séduire. Et si malgré tout certains lecteurs se montrent récalcitrants, les croyances cheyennes auront raison de leur hermétisme… Rebelde

Rebelde
29/01/16
 

- Salut Walt, vieux shérif décrépi pré-retraité.- Tiens, la Nation Cheyenne en personne.- Devinette, qu'est-ce qui est froid, horizontal et inerte ?- Hum...- Presque, ça ressemble plutôt au jeune Cody Pritchard, indigestion de plomb.- Re-hum...- Indice intéressant, la présence d'une plume de dindon retrouvée dans ses vêtements.- Affaire classée, suffit de retrouver le dindon psychopathe...- Hum itou, je me suis toujours demandé pourquoi c'est toi qui portais l'étoile et moi qui trimais derrière un zinc mais ça, c'était avant...Sale temps dans le comté d'Absaroka.Walt Longmire s'apprête à rendre son étoile et céder la place à Vic qu'il considère comme sa légitime héritière. Une femme shérif, ça aurait de la gueule. Fatigué d'arpenter les grands espaces du Wyoming, il devra pourtant se charger d'un dernier dossier. En effet, la triste affaire Melissa Little Bird vient de refaire surface. Une paire d'années plus tôt, cette jeune indienne violée par quatre blancs faillît embraser ces deux communautés. Pour Cody Pritchard, c'est désormais perpète. La mort c'est long, surtout vers la fin. Manquerait plus qu'une sombre histoire de vengeance ne vienne perturber le quotidien de notre placide représentant de l'ordre. A moins que ce ne soit ce blizzard hors norme attendu...Premier épisode de la série Walt Longmire, Little Bird prend son envol.Une patte, un style qui ne se démentiront jamais.Johnson ou l'art de combiner à merveille nature writing, intrigue et humour vachard.Tout en abordant la problématique de l'intégration indienne, l'auteur dresse une galerie de portraits savoureuse. Comment ne pas se délecter des joutes verbales auxquelles se livrent régulièrement Longmire et son vieux pote Cheyenne Henry Standing Bear, vieux couple attendrissant qui se pratique depuis la nuit des temps.L'intrigue est robuste, les suspects nombreux, les réparties savoureuses et le dépaysement garanti.Little Bird pose les bases solides d'une série devenue aujourd'hui incontournable.

TurnThePage
30/04/14
 

Un très bon roman policier où tout les ingrédients sont présents, on est dépaysé, on s'attache à Walt Longmire et à bien d'autres personnages secondaires, il y a du mystère, du suspens, une nature et une météo qui presque à chaque pages influenceront le cours de l'enquête, des légendes et des croyances profondément ancrées.Alors même si j'ai eu quelques difficultés à me plonger dans ce roman policier, le récit est foisonnant souvent déroutant, je n'ai qu' une envie retrouver de nouveau cette région, ces ambiances et ce héros.

Lacazavent
29/06/12
 

Walt Longmire est shérif et approche de la retraite à grand pas. Mais le travail le rattrape lorsqu'il doit enquêter sur le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Celui ci avait été accusé deux années auparavant d'avoir participer au viol d'une jeune fille cheyenne... Tout porte à croire qu'il s'agit ici d'une vengeance... surtout quand un nouveau meurtre est commis et qu'il s'agit encore une fois d'un suspect de la même affaire...Ce polar ne ressemble pas au roman policier classique que je lis d'habitude. Peut-être parce qu'ici la police est incarné par un shérif à la retraite dans le fin fond des Etats-Unis, j'avais un peu l'impression d'être dans un western (bon oki j'arrête les vieux clichés ^^).Certe, la lecture de ce polar est assez éprouvante car l'histoire est assez lente, un peu comme l'enquête qui avance doucement. L'auteur a clairement pris le parti d'explorer plus précisément la vie et la personnalité des personnages. On en apprend d'ailleurs beaucoup sur le shérif lui même, notamment sa vie personnelle. De plus, une belle part du roman est laissée à la description des magnifiques paysages des Etats Unis profond.J'ai retrouvé quelques traces d'humour par ci par là et dans ce genre là c'est vraiment pas mal, c'est aussi ce qui fait que ce roman sort un peu du lot à mon goût... mais encore une fois si vous êtes adepte du page-turner et des thrillers halletants, passez votre chemin, parce que ce roman se déguste à sa juste valeur !La fin m'a surprise et c'est toujours ce que j'attends d'un roman policier... parce que bon il faut l'avouer, tout deviner à la moitié du roman c'est chiant ! Et bien là ce n'est pas le cas (enfin pas pour moi ^^)

lizou59
11/05/12
 

Walt Longmire, un ancien du Vietnam, est le shérif du comté d’Absaroka, dans le Wyoming, comté le moins peuplé de l’Etat le moins peuplé des Etats-Unis ; un trou perdu aux pieds des Big Horn Mountains, un lieu hostile et magnifique à la fois. Un endroit où tout le monde se connaît, et où tout le monde, ou presque, se tient à carreau. Y vivent des cow-boys solitaires, et y survivent, dans une réserve, des Indiens Cheyenne. Alors que l’hiver s’installe et que le blizzard menace, un corps est découvert, celui de Cody Pritchard, l’un des quatre jeunes types condamnés deux ans plus tôt à presque rien pour le viol d’une gamine indienne, Melissa « Little Bird ». Ce meurtre aux airs de vengeance en appellera d’autres et avivera les tensions entre les deux communautés…Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson dépasse les limites du genre western-policier. Il évoque avec lyrisme la beauté mais aussi la cruauté des grands espaces ; il mêle le loufoque au tragique avec un vrai sens du dialogue ; et surtout, surtout, il a un vrai talent pour dresser le portrait de personnages atypiques, entiers, et très attachants.En premier lieu, il y a donc Walt Longmire, montagne de muscles au cœur tendre qui ne supporte ni la violence, ni l’injustice, ni l’idée de décevoir ses amis. Depuis la mort de sa femme quatre ans plus tôt et le départ de sa fille Cady (brillante avocate) il se laisse aller et noie son désœuvrement dans la bière en attendant la retraite. Il y a aussi Vic, l’adjointe de Walt, dont il espère faire son successeur, ravissante créature aux muscles d’acier et au vocabulaire imagé. Il y a Henry « Standing Bear », copain d’enfance de Walt, tenancier de bar guidé par les esprits des anciens, colosse doté d’un charme et d’un humour ravageurs. Il y a Lucian, le mentor de Walt, l’ancien shérif unijambiste vivant à la maison de retraite mais toujours prêt à reprendre du service. Il y a Ruby, la fringante secrétaire sexagénaire de Walt. Et il y a le chien, aussi… Et tant d’autres !Et puis, sans grandiloquence, il y a aussi de grands sentiments (des amitiés indéfectibles, des actes de bravoures, des histoires d’amour aussi intenses qu’impossibles…) et l’évocation à mi-voix de l’Esprit des Vieux Cheyennes qui continuent à veiller sur les vivants depuis le Pays des Morts.Au rythme lent d’un enquêteur faussement débonnaire, l’histoire devient rapidement totalement addictive !

Kara
04/11/15
 

Petit shérif tranquille dans le Wyoming, Walt Longmire vit dans sa routine et pense tranquillement à la retraite. Jusqu'à ce qu'on découvre un cadavre dans sa juridiction. Et pas n'importe quel cadavre : c'est celui de Cody Pritchard, un des quatre adolescents convaincus de viol deux ans plus tôt sur la jeune Little Bird, une indienne."La vengeance est un plat qui se mange froid". L'épigraphe de Little Bird laisse peu de place au doute sur le mobile de l'intrigue policière. Ce qui est bien dans l'esprit du livre, qui ne regorge pas de multiples rebondissements explosifs et suit une trame logique, presque normale. À vrai dire, s'il n'y avait pas eu le nombre de pages se réduisant, je n'avais aucune idée à 40 pages de la fin que l'histoire allait très bientôt se terminer.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
18/06/15
 

Walt Longmire aspire à exercer son métier de shérif dans la tranquillité. C'était sans compter sur le corps de Cody Pritchard retrouvé près de la réserve cheyenne. Cody qui avait été condamné avec sursis, deux ans plus tôt et avec trois autres adolescents, pour le viol d'une jeune indienne.Dès les premières pages, j'ai apprécié l'écriture fouillée de Craig Johnson. L'auteur transporte avec brio le lecteur dans des paysages dignes des pires publicités de Marlboro. On respire l'air des grands espaces, on sent le poids du Stetson sur sa tête, on entendrait presque le son cadencé des éperons.La réussite de Little bird ne réside pas seulement dans le portrait soigné du grand ouest mais aussi dans la profondeur de ses personnages, l'humour bienvenu et décapant, l'intrigue aussi prenante que fascinante.J'ai succombé au charme presque suranné de Walt Longmire et j'ai particulièrement apprécié la relation qui le lie à Henri, son meilleur ami. L'auteur dépeint, par petite touches, un portrait actuel et réaliste de la communauté indienne. On ressent parfaitement l'impuissance, la colère et le sentiment de gâchis qui en résulte.J'ai été touchée par la fin, je ne l'ai pas vu venir, j'ai tourné la dernière page la gorge serrée.

Theoma
26/03/14
 

Alors là, on n'est plus dans le coup de coeur, mais dans le coup de foudre définitif, total, intégral. J'aime Craig Johnson, Walt Longmire et Henry Standing Bear. Voilà, c'est dit.Et pour eux, je me suis m^me remise à l'anglais pour poursuivre la lectures de leurs aventures pas (encore) traduites en français. Et au passage, allez jeter un oeil sur le catalogue de cet éditeur formidable qu'est Gallmeister. Un dimanche à la campagne

zylvy
07/01/14
 

« Personne ne peut se faire un gilet pare-balle contre les émotions, alors, on ne peut que trimbaler les éclats d’obus avec soi. »Premier volet d’une série où l’on retrouve le shérif Walt Longmire, je sais déjà que je serai heureuse de relire Craig Johnson.Non pas que son héros, veuf, m’ait complètement séduite. Il est un tantinet bedonnant, il boit (trop) de bières, il n’essaie pas de lutter contre une certaine « nostalgie/déprime » et son côté asocial et « je-ne-vois-pas-où-est-le-problème » m’a parfois un peu exaspérée tant j’avais envie de le secouer… Il n’en reste pas moins que cet homme est formidablement humain, et que l’amitié n’est pas un vain mot pour lui (le passage où il va récupérer Henry est un pur délice de poésie, de sentiments forts).Au-delà des faits qui sont racontés dans ce roman, on est dans une atmosphère particulière évoquée avec beaucoup de délicatesse, de finesse, de lyrisme par l’auteur.On vit avec les protagonistes dans les grands espaces du Wioming, où se côtoient deux communautés : une indienne, une « américaine », sachant que les premiers sont logés dans la « réserve ».Pas facile de vivre avec ses différences et lorsqu’une indienne juvénile, légèrement déficiente mentale, sera violée par quatre jeunes « cow boys », ils n’auront pas une grosse peine…Jusqu’au jour où l’un d’eux est retrouvé mort, tué par balle…Accident de chasse, vengeance tardive ? Notre shérif se retrouve confronté à un beau sac de nœuds, d’autant plus que, s’il s’avère que c’est un assassinat, les suspects peuvent être nombreux, à commencer par son très bon ami Henry, oncle de la jeune fille et indien….Il ne s’agit pas d’un de ces romans où les rebondissements sont légion et où le lecteur n’a pas un instant de répit. C’est d’une écriture sereine et calme, au faux rythme, que l’auteur nous fait avancer avec Walt Longmire.Installant les personnages, tant physiquement que moralement, mettant au point les différentes relations entre eux (et qui sont pour la plupart assez subtiles), décrivant sans lourdeur, avec minutie, et sans jamais lasser les lieux évoqués, paysages, bureaux, saloons ou autres …. Craig Johnson nous fait pénétrer à petits pas dans l’univers où ses personnages évoluent. Le froid et le blizzard semble figer tout cela avant un dernier rebondissement qui laissera sans doute pantois ceux qui auront la sagesse ( ?) de ne pas lire la fin…J’ai beaucoup aimé ce roman, tout d’abord, parce que, depuis toujours, j’ai un faible pour les indiens, leurs croyances, leurs mœurs et que ces sujets sont abordés dans ce livre ; ensuite parce que l’enquête tient la route ainsi que les différentes situations décrites mais aussi et surtout parce que le style et l’écriture de l’auteur sont « accomplis » dans le sens où il me semble que les mots sont choisis avec l’intelligence du cœur surtout lorsqu’il parle d’événements douloureux. On ne se sent jamais en position de voyeur, d’observateur…il y a un « je ne sais quoi » qui donne l’impression que les individus nous prennent par la main (et sans aucun doute par le cœur) pour nous faire partager, au long des quelques pages qui constituent cet écrit, non seulement leur quotidien, leurs pensées mais aussi un peu de leur âme…Comme pour certains, elle est tourmentée, on se prend à espérer trouver des mots, des gestes, des signes, pour les apaiser … Lorsqu’on referme la dernière page, on reste encore un peu, le livre en mains pour ne pas les abandonner puis quand on le repose, on le fait doucement, très doucement, comme si on s’en voulait de les laisser, comme s’il fallait éviter les mouvements brusques et se retirer sans faire de bruit ….

Cassiopea
03/11/13
 

Ce roman est la première aventure du sherif Longuemire, ce n’est pas ma première rencontre avec lui, j’ai déjà lu L’indien blanc et Enfants de poussière. Quel que soit le tome choisi, le plaisir de lecture est toujours aussi grand.Et pourtant… Craig Johnson ne craint pas d’aborder des sujets sensibles, pour ne pas dire des sujets qui fâchent. A l’heure où les romans et les séries judiciaires sont légions, il est rare de lire que la justice, les procès, ne peuvent être que des simulacres, parce que l’on pense aux accusés d’abord (ils ne gâcheront pas leur vie pour une « erreur de jeunesse », c’est à dire le viol et la torture d’une jeune indienne handicapée mentale) et après à la victime et aux siens. Ce n’est pas ce verdict qui aidera Mélissa à se reconstruire, mais l’amour et l’attention des siens. C’est bien le seul message optimiste de cette intrigue.Deux ans après, le principal accusé est retrouvé mort, et si les témoins ne manquent pas, ils ont surtout le tort d’être d’authentiques moutons du Wyoming, qui ont un tout petit peu sali la scène de crimes et la victime elle-même. Sujet sensible, on vous dit, car Walt Longuemire éprouve plus de compassion pour les suspects que pour la victime. En effet, son meilleur ami, Henry Standing Bear, est l’oncle de Mélissa Little Bird, et il peut avoir commis un crime aussi audacieux – Walt et Henry se sont connus au Vietnam, et leur amitié n’a pas failli depuis.Un second crime est commis, et l’étau se resserre autour des deux survivants. L’objectif de Longuemire devient double : trouver le tireur et protéger les deux survivants. Walt ne se préoccupe pas alors de fausses considérations morales – laisser faire, c’est être complice, ne l’oublions pas – et fera tout son possible pour les garder en vie. Même s’il cède parfois à la violence, en réponse à la violence – pour la morale, vous dis-je, vous repasserez. Même s’il doit parfois employer la manière forte. Même s’il doit payer de sa personne, et pas qu’un peu. Même si certaines parties de sa mission ne sont pas sans leur rappeler, à lui et à Henry, le Vietnam, là, dans la neige des sommets du Wyoming. Leur sauvetage d’un des jumeaux Esper compte parmi les plus belles pages de ce roman.Little Bird est un roman à lire, à découvrir, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Craig Johnson.

Sharon
28/10/13
 

Au coeur des grands espaces du Wyoming, Cody Pritchard est retrouvé assassiné près de la réserve chéyenne. Celui-ci avait été condamné avec sursis,deux ans plus tôt avec 3 autres adolescents pour le viol de Mélissa Little Bird, une jeune indienne. Pour le Shérif du comté d'Absaroka, ce meurtre pourrait ressembler à un réglement de comptes. L'enquête commence et nous faisons la connaissance de ce shérif Walt Longmire, usé par les ans mais qui non dénué d'humour est très attachant. Autour de lui gravitent d'autres personnages tout aussi attachant et pour le moins charismatique: Henry, son ami indien, sa secrétaire Ruby sans laquelle il serait perdu, Vic sa collègue au fort tempérament...Voilà un roman policier très agréable à lire, qui rend hommage aux magnifiques paysages de cette région et aux cultures indiennes avec beaucoup de respect. J'ai adoré suivre Walt Longmire, son enquête, ses réflexions sur la vie, son humour... Ses échanges avec Henry, son profons respect pour la nature et la culture indienne.

Elfe912
26/09/13
 

Le shérif Walt Longmire, après vingt-quatre années de service dans le comté imaginaire d’Absarokas, envisage de prendre sa retraite. Cet homme bourru et sympathique, amateur de bière un peu plus qu’il ne faudrait, se remet difficilement de la mort de sa femme il y a quatre ans. Son ami Henry Standing Bear, un indien Cheyenne qui tient un bar, sa secrétaire, d’autres amis ainsi que sa fille essaient de le sortir de sa mélancolie et lui redonner goût à la vie, voire en le poussant dans les bras d’une jeune femme belle, riche et intelligente, Vonnie.Quand le corps de Cody Pritchard est découvert près de la réserve des indiens Cheyenne située sur le Comté d’Absarokas, la tranquillité sommeillante de Walt est mise à mal. Un vieux malaise revient dans sa vie. Cody et trois autres garçons ont été inculpés quelques années auparavant pour un viol commis dans des conditions horribles sur une jeune indienne déficiente mentalement Mélissa Little Bird. Or ces garçons reconnus coupables du viol collectif avaient été condamnés avec sursis ; une justice trop clémente pour un crime mal jugé qui a laissé un sentiment d’amertume dans la communauté indienne et chez Walt le sentiment d’une affaire mal résolue et d’une grande injustice à l’égard des Cheyennes. La mort d’un deuxième garçon le convainc que quelqu’un semble décidé à venger Mélissa.J’ai beaucoup aimé la manière dont l’enquête policière est menée (j’ai été surprise par la fin du roman et le nom du coupable). De plus elle nous ouvre sur la vie dans la réserve Cheyenne, les relations entre blancs et amérindiens ; comment ces derniers perpétuent plus ou moins facilement leurs traditions et comment ils s’adaptent à la civilisation blanche nord-américaine. L’intrigue a pour toile de fond la chaîne des Bighorn et on fait un beau voyage dans le Wyoming avec ce roman. Même si les dialogues m’ont parfois agacée, j’ai lu ce roman avec grand plaisir et j’ai envie de continuer la découverte des aventures de Walt Longmire.

awara
23/05/13
 

Walt est le shérif un rien bedonnant du comté d'Absakora, dans le Wyoming. Autant dire qu'il n'a pas grand chose à se mettre sous la dent genre grand banditisme et crime à la Hannibal Lecter. Mais le voilà sur une enquête qui va lui donner du fil à retordre. Un jeune homme est retrouvé assassiné, avec à ses côtés une plume, indice pointant tout droit vers un coupable habitant sur la réserve. La victime ayant été reconnue coupable de viol sur une jeune indienne quelques années plus tôt, le mobile semble évident. Mais qui est le meurtrier?Si vous devez lire un polar cette année (ou ce mois-ci, ou même cette semaine, après tout nous ne sommes que lundi) c'est celui-là braves gens!Craig Johnson est mon nouveau chouchou du polar. Rien que ça. Sur plus de 400 pages il sème les indices, les pièges, nous emmène dans les grandes plaines et les montagnes enneigées de cet état américain. La chute m'a totalement surprise, je n'ai pas honte de le dire.Mais au-delà d'un suspense implacable et d'une intrigue aussi bien ficelée que le rôti du dimanche (aussi sanguinolente parfois que ledit rôti), Craig Johnson est maître dans l'art de créer, de donner chair à des personnages aux multiples facettes, attachants ou répugnants, pathétiques ou pittoresques. Et quel humour! J'ai ri (oui, pas souri, ri!) un nombre incalculable de fois en lisant ce roman dense porté par des personnages plus vrais que nature. Walt Longmire c’est un shérif comme on les aime : bourru, veuf (bon ça le pauvre, on ne le lui souhaitait pas), un brin alcoolo, un brin désabusé, mais tellement attachant, courageux. Autour de ce personnage charismatique, il y a Henry Standing Bear, son ami de toujours, Dorothy et ses petits pains, Ruby la secrétaire à qui on ne la fait pas, l’ancien sherif, Vic la flic qui vaut 20 fois mieux que ce job perdu au fin fond de la cambrousse, etc…Tout cela contribue à faire de Little bird un bouquin tout simplement génial à mes yeux. Dense, bien tenu, bourré d’humour, un brin de fantastique (de l’ultra light, quand même, ne vous inquiétez pas !). Du très grand polar.

Choupchoup
09/04/13
 

La découverte du cadavre du jeune Cody Pritchard, un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol de la jeune Amérindienne Melissa Little Bird,va raviver les tensions à l'intérieur du Comtéd'Absaroka. Son shérif, Walt Longmire, "triste, gros ,affligé d’auto-dénigrement chronique, pourtant étrangement charmant", comme le décrit son adjointe Vic, va se lancer à la poursuite de ce probable vengeur, tout en essayant de préserver un semblant de vie affective...Charmant, mais capable de faire le coup de poing si nécessaire, fidèle en amitié, d'un humour ravageur ,Walt Longmire remporte tous les suffrages. Les personnages secondaires tous plus pittoresques les uns que les autres lui renvoient la balle avec habileté et l'on n'est pas prêt d'oublier cette prison où l'on fait la sieste dans les cellules et où l'on refuse un prisonnier car il est trop vorace ! L'émotion est aussi au rendez-vous et rien n'est plus touchant que de voir cet homme , plus tout jeune, intimidé comme un adolescent à son premier rendez-vous , lorsqu'il va enfin renouer avec une vie amoureuse.Le tout se déroule dans les grands espaces du Wyoming, près d'une réserve indienne, dans une atmosphère flirtant un peu avec le fantastique mais qui s'intègre parfaitement aux rebondissements de l'enquête.Vous l'aurez compris , j'ai adoré ce premier volume mettant en scène Walt Longmire et j'attends déjà avec impatience la parution des autres aventures de ce shérif selon mon coeur ! cathulu

cathulu
12/07/12
 

Mon avis : *** Craig Johnson nous conte ici l’histoire d’un homme, Walt Longmire, shérif du Comté d’Absaroka. Un grand roman américain, qui entraîne Walt dans les vastes étendues du Wyoming pour pister un assassin. La victime, Cody Richard, dont le corps a été retrouvé près d’une réserve cheyenne, n’était certes pas un enfant de chœur. Deux ans auparavant avec un cercle d’amis peu recommandables, trois adolescents comme lui avaient été condamnés simplement d’une peine avec sursis pour le viol d’une jeune indienne. Un jugement vraiment minable, pour un tel crime. Ce qui n’avait pas été du goût de la communauté adverse. Alors, vengeance, règlement de compte ou crime gratuit ? Toutes les hypothèses sont permises… Notre shérif, après vingt-quatre années de bons et loyaux services, pensait arriver à la retraite en finissant sa carrière bien tranquillement, et le voilà reparti sur les routes. Mais rien ne l’arrêtera jusqu’à l’issue finale ! U, livre truffé d’aventures, pas un instant de répit. Le suspense nous tient en haleine tout au long des pages et le mystère également. Une nature pas toujours commode et malgré cela, cette Amérique nous enchante et reste si souvent enviée par chacun de nous ! 422 pages / 10€

madoka
06/07/12
 

Il était une fois un vieux shérif à la dérive. Sa femme était morte quatre ans plus tôt, il se laissait aller depuis, confit dans un ennui de plus en plus prononcé. Deux ans auparavant, son comté dans le Wyoming avait vibré pour le procès de jeunes cons qui avaient salement abusé d'une indienne handicapée mentale. La peine dont ils avaient finalement écopé était trop clémente. Aujourd'hui, alors que ses amis se liguent pour lui donner un coup de pied aux fesses, pour le remettre dans la vie, le premier de ces jeunes déviants se fait assassiner, bientôt suivi d'un autre... Qui a décidé de faire justice seul ? Les soupçons se portent forcément vers la communauté indienne. Mais Walt connaît bien les gens et les lieux, c'est sa patrie, l'air qu'il respire. L'occasion de sortir de sa torpeur ?...Un bon gros western qui se déguste lentement : on prend un peu de temps pour entrer dans l'univers proposé, j'ai trouvé le début assez obscur, des dialogues entre initiés qui me laissaient un peu sur le côté. Et puis la séduction agit, Walt ferait craquer n'importe qui, et très vite on se bat dans le blizzard pour aller au bout de nos forces et on met une bonne raclée à notre imbécile d'adjoint. On se prend pour un cow-boy, quoi, celui qui est l'ami des Indiens, pas Clint parce que le gabarit ne correspond pas, mais aussi bien.Une atmosphère particulièrement adaptée aux longues après-midi d'été, je recommande ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
06/07/12
 

Le shérif Walt Longmire est un homme attachant, qui aimerait terminer sa longue carrière tranquillement mais le voici sur le sentier de la guerre, en effet un corps vient d'être trouvé près de la réserve indienne. Notre héros se fait aider par son ami indien Standing Bear. Gros coup de coeur, vivement de nouvelles aventures BERNA

J'ai obtenu ce livre dans le cadre d'un partenariat avec le forum Accro et Mordus de lecture et la maison d'édition Gallmeister. Lorsque j'ai vu que des livres incluant des « amérindiens » étaient proposés, j'ai sauté sur l'occasion, j'adore tout ce qui touche aux civilisations de ce « nouveau » continent, que ce soit celles d'Amérique du Nord ou d'Amérique du Sud (Cf mon avis sur Llorona on the Rock).Ce livre fait parti de la nouvelle collection de cette maison d'édition, la collection Totem qui a pour but de présenter des ouvrages de littérature américaine proposés dans les autres collections (Nature Writing, Noire et Americana) mais dans un format semi-poche plus abordable pour certains. Vous trouverez toutes les infos sur leur site.J'ai attendu ce livre avec impatience et je n'ai pas été déçue quand je l'ai reçu ! La couverture est sobre, noire mate ornée juste de plumes grises et rouges, douce au touché. Bref, très agréable ! Premier contact plus qu'encourageant ! Une fois ouvert, on tourne des pages de bonnes qualités à la couleur légèrement beige et à la police gris foncé qui facilite grandement la lecture.Mais venons-en au plus important : l'histoire en elle même. Nous sommes là plongé dans une intrigue policière. Le corps d'un jeune homme impliqué dans une affaire de viol sur une jeune indienne mentalement retardée, est retrouvé refroidi (et c'est peu de le dire dans cet état du Wyoming où l'hiver s'installe doucement). Le shérif du comté d'Absaroka, Walt Longmire (qui est aussi notre personnage principal), est alors chargé de l'enquête. Pas très loin de la retraite, notre shérif est pourtant loin du personnage bourru campé dans ces cas là. Il a beaucoup d'humour et est plein de délicatesse (ce qui n'était pas gagné pour un homme de sa corpulence). L'enquête de Walt le conduit vers la réserve à laquelle appartient la jeune fille violée, pensant logiquement à une vengeance de sa communauté. Pris entre ses soupçons vers ces indiens qu'il apprécie et certaines incohérences qui apparaissent lors de ses investigations, Walt fait preuve de beaucoup d'humanité.J'ai beaucoup aimé le suivre dans ces recherches, sur le meurtre, sur lui même, sur ces amis et sur les différents personnages de ce livre. Il a un humour que j'adore et une façon d'être qui me ressemble, il est logique mais aussi conscient de ses faiblesses et de ses liens avec les personnes qu'ils soupçonne.Ce livre est une galerie de portraits tous plus vrais que nature. Aucun n'est édulcoré et tous transpirent l'odeur des montagnes de là-bas : la rudesse et la pureté. Il est difficile de vous les énoncer tous, mais Craig Johnson est très doué pour ce qui est de décrire ses personnages qui sont tous très bien pensés et travaillés.Quant à l'intrigue elle-même elle est rondement menée ! L'auteur nous balade d'un suspect à l'autre tout en réussissant à nous faire douter de tout et de tous. De la même manière que Walt, contraint de soupçonner son meilleur ami. Jusqu'à la découverte du meurtrier...La force de ce roman, c'est l'écriture fluide de l'auteur, l'amour qu'il a pour ses personnages, l'humanité de ces derniers (j'avais l'impression, à la fermeture du livre, que les personnages allaient en sortir pour boire un verre avec moi tant ils me paraissaient réels, j'ai vraiment eu du mal à les quitter), sa façon de décrire ces paysages qui dégagent tant de force ! Pour terminer vous aurez compris que ce livre est un vrai coup de cœur et que je pense suivre sérieusement les autres écrits de cette auteur, surtout que Walt revient régulièrement. Muti

mutinelle
29/04/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.52 kg