Livres pilles, lectures surveillees ; les bibliotheques francaises sous l'occupation

POULAIN, MARTINE

livre livres pilles, lectures surveillees ; les bibliotheques francaises sous l'occupation
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 30/10/08
LES NOTES :

à partir de
22,90 €

SYNOPSIS :

On sait l'ampleur des pillages des collections, d'art en France par l'occupant nazi. Nul n'ignore plus l'existence des listes Otto - recensant les auteurs, juifs ou antinazis, qui devaient être à jamais bannis de tout catalogue - et que le syndicat des éditeurs français appliqua dès les premières heures de l'Occupation avec un zèle certain. Personne, avant Martine Poulain, ne s'était inquiété du devenir des bibliothèques dans la France de 1940 à 1944. Une France qui est à la fois celle de l'occupant nazi et celle du régime de Vichy. A la différence des archives des ministères (Guerre, Affaire, étrangères, Intérieur, justice) et des musées, peu de bibliothèques publiques sont l'objet du pillage par l'occupant, à l'exception des alsaciennes et des mosellanes, germanisées et propriétés du Reich. Le vol de masse, nazi mais aussi vichyste.
frappe, dès juin 1940, les bibliothèques institutionnelles - juives, slaves, maçonnes - mais aussi privées, celles des premiers ennemis du Reich (les grandes familles juives, les Allemands exilés, les hommes politiques du Front populaire). Puis le pillage accompagne ordinairement les rafles. Plus de dix millions de livres prennent le chemin de l'Allemagne. Martine Poulain a constitué une première liste des personnes spoliées de leur bibliothèque - près de 1 700 noms. Le régime de Vichy, de son côté, surveille les livres, les bibliothèques et les lecteurs, sous la houlette d'une Bibliothèque nationale devenue le parangon de l'ordre nouveau, instrument de la collaboration d'Etat aux mains de Bernard Faÿ. Ce dernier mène une lutte obsessionnelle contre la franc maçonnerie sous couvert d'un " Musée des sociétés secrètes ".
2 personnes en parlent

Livres pillés, lectures surveillées Si l’historiographie de l’Occupation s’est intéressée jusqu’à maintenant au pillage des œuvres d’art, le terrain est resté vierge en ce qui concerne le monde des livres et des bibliothèques. La sociologue Martine Poulain comble ce vide par une étude très fouillée dans la France de 1940 à 1944.

beraud@archimed.fr
13/12/15
 

Livres pillés, lectures surveillées Si l’historiographie de l’Occupation s’est intéressée jusqu’à maintenant au pillage des œuvres d’art, le terrain est resté vierge en ce qui concerne le monde des livres et des bibliothèques. La sociologue Martine Poulain comble ce vide par une étude très fouillée dans la France de 1940 à 1944.

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.64 kg

Dans la même catégorie