Loin d'eux

MAUVIGNIER, LAURENT

EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 18/03/99
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Lorsque Luc est parti, ses parents, Jean et Marthe, ont pensé que c'était mieux pour eux trois. Gilbert et Geneviève, son oncle et sa tante, eux aussi ils y ont cru.
Mais pas Céline, sa cousine. Elle, c'est la seule qui n'a pas été surprise, la seule à avoir craint que ce qui en Luc les menaçait finisse par s'abattre sur eux.
7 personnes en parlent

Le silence, l'impossibilité d'en franchir les barrières. Chacun des personnages du roman va dire à sa manière comment ce non-dialogue s'est installé. Comment l'incompréhension a pris le pas sur le partage. Chacun enfermé dans ses propres prisons intérieures chacun se heurtant toujours au même mur infranchissable. Et les tentatives pour dire étaient si maladroites, si difficiles aussi... Il aurait sans doute suffit de peu, mais ce peu-là, personne n'en a été vraiment capable. L'amour était là pourtant, ce père pour son fils, cette mère... le fils pour ses parents aussi, et puis la cousine qui ressentait si fort le gouffre qui s'ouvrait. Mais il manquait la passerelle qui mène des uns aux autres, il manquait la confiance, l'aptitude à se montrer vulnérable. Il manquait si peu, et pourtant, ce manque était béant.Un jour le suicide devient le seul chemin envisageable. Le constat est terrible et ordinaire, Luc aurait pu, aurait dû vivre.Et il a voulu mourir. A chacun désormais de vivre avec son chagrin et cette question lancinante : comment faire ?Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
29/10/08

Au silence près... Sinon une insistance souvent inutile dans les indicateurs narratifs et un style qui ne varie aucunement malgré les différentes « voix » qui s’expriment tout au long de ces monologues intérieurs, ce premier livre de Laurent Mauvignier ne laisse pas insensible et réussit la prouesse de faire ressentir des sentiments universels, souvent enfouis loin au fond de soi et si délicat à partager, par impossibilité à les dire. Surtout, Mauvignier jamais ne cède à la facilité et au « bons sentiments » : il nous épargne tout larmoiement et tout pathétique, ce qui renforce encore son récit.Loin d’eux est construit en 3 parties, qui s’articulent autour des moments de la mort de Luc : l’avant, le pendant, l’après (même si le récit est postérieur à cet acte). On a donc accès à la genèse d’une mort et à son incompréhension, au dénuement auquel elle aboutit, aux interrogations qui se posent, aux culpabilités qui se font jour, aux conflits générationnels larvés. La mort est incompréhensible : sans raison suffisante, elle est absurde, scandaleuse. Elle révèle simplement un temps que l’on ne rattrapera jamais. Des mots qui ne viendront pas.L’écriture de Mauvignier se révèle très physique : elle prend littéralement au corps. C’est une multitude de voix qui racontent la même souffrance, au silence près...

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Un des premiers romans de Laurent Mauvignier dont chaque titre me touche, où le monologue intérieur rend compte des fêlures, des hésitations, des doutes, des ressassements… Un jeune homme s’éloigne de ses parents car il supporte mal son existence étriquée en province. Finalement, il se suicide et laisse ses parents dans l’incompréhension, c’est la mort du fils qui les fait réfléchir, ils essaient de comprendre mais le drame est là. Mauvignier, comme à son habitude manie à merveille les changements de points de vue, reproduisant au plus près le langage oral, les phrases inachevées avec les phrases complexes et travaillées , nous rappelant sans cesse que le romancier s’il est aux commandes et domine ses personnages, peut aussi les suivre et les accompagner dans leur quête leur offrant une parole, salvatrice pas toujours. Catcho

Catcho
15/08/14
 

A la sortie ce premier roman de Laurent Mauvignier publié en 1999, les critiques ont été unanimes pour saluer la naissance d'un grand écrivain. Avec Loin d'eux, il réussit à mettre des mots sur les silences, sur l'incompréhension, sur les non-dits, sur les douleurs rentrées. Avec une écriture captivante, construite comme une polyphonie de monologues, il nous entraîne dans les secrets de la famille de Luc. Avec son père Jean, ouvrier en usine, il n'a jamais eu de vraie conversation, sa mère Marthe, n'a jamais réussi à rompre le silence entre le père et le fils. Geneviève, et Gilbert l'oncle et la tante de Luc, les parents de Céline, ont été les témoins de ce manque de dialogues, mais eux-mêmes ont vu partir leur fille après le décès de Jaïmé, avec lequel elle s'était mariée, casée, par convenances et qui meurt dans un accident de la circulation. Luc et Céline, se confie l'un à l'autre, il la pousse à quitter le giron familial, à rompre les amarres, pour vivre sa vie. Partie sur ses conseils, Céline cesse d'être la confidente de son cousin qui sombre dans la solitude, sa passion pour le cinéma se dilue, son travail de serveur dans un bar de nuit, à Paris, l'épuise, les lettres et les coups de téléphone de sa mère ne lui apportent rien, car ils ne se parlent pas, il n'échange pas les paroles qui réconfortent. Lorsque les gendarmes viennent annoncer à Jean et Marthe le suicide de leur fils, leurs déchirements traduits par les mots, toujours silencieux, de Laurent Mauvignier sont poignants. " Les silences plus graves encore, quand ils surgissent des lettres où des coups de téléphone qui ne portent pas d'autres mots que ceux qui ne parlent pas, ou parlant ne disent rien ". Ils étaient à côté de la misère morale d'un des leurs et ils ne la voyaient pas, ne l'entendaient pas, ne la comprenaient pas. La culpabilité ressentie par ses parents, les regrets de Céline de ne plus avoir soutenu Luc, elle seule savait qu'il était en danger, la rancœur de son oncle et sa tante qui lui en voulait d'avoir incité Céline à partir contre leur gré décuple les chagrins, la souffrance, les interrogations, les remords de chacun. Si seulement, il avait réussi à accrocher sa vie à celle de cette femme, qui ressemble à Jean Seberg, et qui venait au bar... J'avais lu " Des Hommes " et " Ce que j'appelle oubli ", j'étais emballé, avec " Loin d'eux " je suis remonté en arrière dans l'œuvre de Laurent Mauvignier mon enthousiasme pour cet auteur est encore plus fort, vivement son prochain livre.

JoelC17
21/06/12
 

Au silence près... Sinon une insistance souvent inutile dans les indicateurs narratifs et un style qui ne varie aucunement malgré les différentes « voix » qui s’expriment tout au long de ces monologues intérieurs, ce premier livre de Laurent Mauvignier ne laisse pas insensible et réussit la prouesse de faire ressentir des sentiments universels, souvent enfouis loin au fond de soi et si délicat à partager, par impossibilité à les dire. Surtout, Mauvignier jamais ne cède à la facilité et au « bons sentiments » : il nous épargne tout larmoiement et tout pathétique, ce qui renforce encore son récit.Loin d’eux est construit en 3 parties, qui s’articulent autour des moments de la mort de Luc : l’avant, le pendant, l’après (même si le récit est postérieur à cet acte). On a donc accès à la genèse d’une mort et à son incompréhension, au dénuement auquel elle aboutit, aux interrogations qui se posent, aux culpabilités qui se font jour, aux conflits générationnels larvés. La mort est incompréhensible : sans raison suffisante, elle est absurde, scandaleuse. Elle révèle simplement un temps que l’on ne rattrapera jamais. Des mots qui ne viendront pas.L’écriture de Mauvignier se révèle très physique : elle prend littéralement au corps. C’est une multitude de voix qui racontent la même souffrance, au silence près...

« C’est pas comme un bijou mais ça se porte aussi, un secret. Du moins, lui, c’était marqué sur le front qu’il portait une histoire qu’il n’a jamais dite. Ou bien, s’il l’a dite, c’est à mi-teinte à travers des formules à lui, tout en mystères quand pour seule vérité il a laissé, griffonné dans sa chambre, sur un post-it, un bout de phrase écrit au stylo à bille noir mais dont l’encre était complètement foutue. » (incipit, p. 9) Dans sa chambre, les posters des plus belles gueules du cinéma ont été décrochés. Luc est parti pour Paris. Son père lui reprochait son désœuvrement. Il travaille maintenant comme serveur et peut aller voir les vieux films qu’il a toujours adorés. De temps à autre il rentre à La Bassée où l’attend toujours le même rituel, les petits plats mis dans les grands, la nappe d’Italie, et puis ce repas pris à trois où on ne se parle jamais vraiment…

CarnetsdeSeL
04/04/11
 

Il s'agit de la quatrième de couverture et je trouve (pour une fois) qu'elle donne juste les éléments qu'on a besoin de savoir. Les explications viendront au fur et à mesure, distillées par les pensées de ces six personnages. Roman polyphonique par excellence, ce livre nous dévoile le pourquoi de l'absence de Luc par les monologues des personnages, Luc compris. C'est vrai qu'à la maison, la situation était un peu tendue. Jean, le père n'acceptant pas que son fils ne cherche pas un vrai travail. Des reproches signifiés par des silences pesants, des regards, des gestes. Alors quand Luc est parti à Paris pour travailler comme serveur, chacun a crû, espéré qu'enfin Luc avait une vie. On devine très vite ce qui s'ets passé et pourquoi Luc est définitivement absent. Suite au drame, les mots ne viennent toujours pas ou ce sont des demi-mots, les personnages n'osent toujours pas parler, dire, crier ce qu'ils ont sur le cœur. On assiste impuissant à leur souffrance, ils s'emmurent dans les silences, dans les remords et les regrets qui les rongent de l'intérieur. Les fameux si on avait su arrivent mais trop tard.J'ai lu ce livre en apnée. J'ai été touchée par cette histoire car ce livre a trouvé de nombreux échos en moi. Mes parents sont issus de cette génération où l’on ne parle pas de certains sujets, où les tabous sont nombreux et légions.Une lecture forte qui montre ô combien les mots dits sont importants. L’écriture de Laurent Mauvignier est magnifique. Un coup de cœur... http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
18/09/10
 

Format

  • Hauteur : 18.40 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition