Loin de chandigarh

TEJPAL-T.J

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 28/03/07
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'Inde du Nord à la fin des années1990. Un journaliste et sa femme, Fizz, partagent, depuis quinze ans, une intense passion, très sensuelle, très charnelle. Jusqu'au jour où, dans leur maison accrochée aux contreforts
de l'Himalaya,le narrateur découvre soixante-quatre épais carnets, le journal intime et impudique d'une Américaine, Catherine - ancienne propriétairedes lieux -, dont la lecture va peu à peu détruire son couple.
6 personnes en parlent

Ce livre est éblouissant. Jamais je n’avais lu l’Inde contemporaine ainsi. L’auteur en brosse un portrait saisissant. Loin des clichés, il analyse avec une incroyable acuité des facettes qui pourraient sembler paradoxales mais qui, précisément, cohabitent aussi bien dans les comportements que dans les façons de penser. Un pays qui garde trace d’une longue histoire où des cultures différentes se sont côtoyées, se sont affrontées parfois.Et puis, le désir, l’amour. Quelle envolée lyrique et érotique ! Jamais vulgaire, incroyablement menée par un auteur qui signe là son premier roman.L’histoire est celle d’un couple qui va acheter une maison sur les premiers contreforts de l’Himalaya. Amoureux passionnés, ils vont trouver en ce lieu de mystérieuses racines, alors que rien ne les lie à cette maison, ils s’y sentent chez eux, comme « de retour ». Pourtant, la découverte de carnets intimes va complètement transformer leur vie. Le narrateur va se perdre dans ces pages, complètement…L’histoire d’un écrivain, qui tape sur sa brother rouge les mots de son premier roman. Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
27/10/08

Si j'ai trouvé ce roman bien trop long et si je m'y suis parfois ennuyée, voire perdue en route, j'ai globalement aimé ce roman pour ses belles descriptions de la nature et de la cuisine indienne ainsi que pour sa manière imagée de parler de sexe.Certains passages sont étonnants pour un occidental, notamment le fait que selon l'auteur, tous les indiens semble -ou semblaient, il parle alors d'un temps révolu- avoir recours aux plaisirs homosexuels avant de s'initier, de gré ou de force, au corps féminin. Plus que tout, c'est l'écriture de Tarun Tejpal que j'ai aimée dans ce roman.

cocalight
28/07/13
 

Autant le dire franchement, je n'ai pas été emballée par cette lecture.Les trois premiers quarts sont plutôt inintéressants et très très longs et il faut bien ce rendre à l'évidence: ce roman est un roman érotique! Je ne suis pas particulièrement prude mais au bout d'une énième description, certes poètique, de la façon dont le narrateur honore sa femme, je me suis lassée.L'"action" débute réellement dans le dernier quart, quand le narrateur découvre les carnets secrets de Catherine, l'américaine qui a fait construire la maison qu'il vient de racheter. Sa vie loin des convenances de son époque donne lieu à quelques moments intéressants mais là encore le sexe est présent à chaque page avec des scènes de voyeurisme, de masturbation , d'homosexualité et autres joyeusetés. Tant et si bien que j'étais bien contente d'arriver au bout de cette histoire.Seuls points positifs: l'histoire de l'Inde en toile de fond et l'évocation de la vie de la grand-mère du narrateur qui aurait d'ailleurs méritée d'être approfondie.

un flyer
20/03/12

Encore une fois je me suis laissée prendre par la quatrième de couverture et aussi peut-être par les chroniques enthousiastes lues par ci par là. Donc, ce fut sous les meilleures auspices que j'entrepris cette lecture. Quelle déception! Il a fallu que j'atteigne la page 376 pour que le récit commence à avoir un semblant d'intérêt, intérêt qui retomba vite 50 pages plus loin (au fait le roman fait presque 700 pages...). Avant cette fameuse page 376, le narrateur fait l'éloge du sexe et de sa vie en Inde. Il ne se rend même pas compte qu'il fait l'éloge de l'ennui, et la répétition de ses étreintes charnelles avec son épouse bien soumise comme il faut m'a plus d'une fois endormie alors que je suis insomniaque! La découverte des carnets promis dans la quatrième de couverture et qui semble-t-il vont mettre son amour en danger, se fait bien tard. Dès lors, l'auteur utilise le roman à tiroirs et raconte l'histoire de cette fameuse Catherine, mariée par convention à un ami homosexuel. Le reste n'est que sexe, pas toujours bien écrit, et succession de décors "made in Bollywood"...La version selon laquelle le narrateur se détache de son épouse tant il est subjugué par l'américaine de papier, n'est à aucun moment crédible. En fait, le gros défaut de ce roman est bien le manque de crédibilité qui rend l'histoire bancale. Cependant, pour justifier aussi ma seconde étoile, de temps en temps, on trouve de beaux passages, des fulgurances littéraires qui héla n'excèdent jamais deux trois lignes, et sont "écrasées" par un style plat ponctué de citations douteuses ne faisant même pas sourire. Non non, je ne suis pas coincée, simplement je suis déçue et comme toujours, à ces moments là, la citation de Paulhan me revient: "le livre que c'est pas la peine". Vite lu, vite oublié? Même pas, mais plutôt: lecture courageuse non récompensée. vivi

vivicroqueusedelivres
14/02/12
 

Au delà de l'intrigue, et de la passion amoureuse qui dévore les personnages, passion sensuelle et charnelle, ce roman nous dévoile merveilleusement l'inde d'aujourd'hui, mais également celle d'avant l'indépendance, l'inde des maharadjahs, l'inde de GANDHI. Le narrateur transforme le lecteur en voyeur, tant les rapports amoureux sont poëtiquement mais passionnément décrits. Il fait aussi de nous des voyageurs, pas des touristes, des indiens qui évoluent dans les castes, dans les religions, dans les rites, dans les encombrements, des indiens qui prennent le train, les bus, les voitures, et qui marchent. (pages 661 et 663) il y a un éloge de la marche.(page 325 éloge sur le chien)L'inde du nord à la fin de années 1990. Un journaliste et sa femme, Fizz partagent depuis quinze ans, une intense passion, trés sensuelle, trés charnelle. jusqu'au jour où, dans leur maison accrochée aux contreforts de l'himalaya, le narrateur découvre soixante quatre épais carnets, le journal intime et impudique d'un Américaine Catherine- ancienne propriétaire des lieux - dont la lecture va peu à peu détruire leur couple.

JoelC17
01/02/12
 

Loin de Chandigarh Tarun Tejpal revisite dans un roman qui emboîte les histoires 40 ans de l’histoire indienne, libérée des clichés et préjugés.Dans cette œuvre totale, traversée d’un bout à l’autre par l’érotisme, on découvre une Inde étonnante, on rit, on se passionne pour le destin de ces amoureux qui font inévitablement naître en nous des interrogations : l’érotisme est-il indispensable au couple ? L’amour peut-il être fusionnel ?

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.35 kg
  • Langage original : ANGLAIS (INDE)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie