livre lolita
EDITEUR : ADULT PBS
DATE DE PARUTION : 01/09/00
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
8,64 €

SYNOPSIS :

The story of Humbert Humbert, poet and pervert, and his obsession with 12-year-old Dolores Haze. Determined to possess
his "Lolita" both carnally and artistically, Humbert embarks on a disastrous courtship that can only end in tragedy.
9 personnes en parlent

Humbert Humbert est un homme attiré par les pré-adolescantes, les « nymphettes » selon ses propres termes. Tombant sous le charme de Lolita, il fera tout pour se rapprocher d'elle. Voici donc un livre bien étrange. Le style est vraiment superbe, Nabokov écrit vraiment très bien s'adressant parfois directement à nous lecteur ou juge ce qui permet d'entrer plus facilement dans l'histoire. Cependant, l'histoire traîne un peu. Il s'agit en effet d'un pavé de plus de 500 pages où il ne se passe pas tant de choses, le résumé serait vite fait. Ce n'est donc pas un coup de cœur pour moi malgré les nombreuses qualités de ce livre. A ne lire que si vous avez une grande ouverture d'esprit !

Artsouilleurs
01/03/09
 

Un roman prenant et dérangeant. On est pris dans la trame de Humbert Humbert (dit HH), on le prend en "pitié", on l'admire, on le déteste et on fait pareil avec Lolita...Un détail dérangeant : le coté "autobiographique" entre Nabokov et HHà lire absolument (si on a l'esprit ouvert)

Snow
13/02/11
 

A la lecture de ce roman, deux mots me viennent à l’esprit : malaise et longueur.Le récit nous plonge au cœur des pensées de ce pédophile puisque c’est Humbert Humbert lui-même qui nous narre son intérêt croissant pour les petites filles. Il consigne ses impressions dans un journal intime et nous fait part des fantasmes que lui inspire la vue de ces jeunes corps à peine formés. Si les scènes sexuelles sont plus ou moins explicites selon les chapitres, elles ne laissent cependant aucune place à l’interprétation et provoquent un malaise grandissant.Le malaise provoqué par cette histoire tient également du fait qu’Humbert Humbert prend le lecteur à parti (« Cher lecteur »), ce qui nous implique dans le récit, nous donnant le rôle désagréable de voyeur.Et si le sujet provoque un malaise, l’aspect très descriptif du récit n’aide pas à entrer dans le texte. Les phrases sont très longues, marquées par de nombreuses digressions. J’avoue m’être ennuyée…Lolita est considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature moderne et c’est à ce titre que sa lecture me paraissait intéressante. Bien que je pressente une lecture difficile, je n’en attendais rien de particulier. Malheureusement, ce fut une réelle déception et je n’ai qu’une envie, me lancer dans une lecture plus réjouissante pour oublier bien vite les images malsaines que ce roman a suscitées. Carnet de lecture

Carnetdelecture
16/10/13
 

C' est avec Lolita ouvrage devenu classique que je découvre Vladimir Nabokov.Passons sur l' histoire dérangeante et malsaine, dès les première pages on est mal à l'aise face au narrateur et à son propos, son ironie mordante, son ton « trop » léger; c'est une sensation qui perdure tout au long de la lecture plus les actes se précisent et plus on oscille entre le dégout pour l' histoire pour cet être abject et la découverte d' une écriture envoutante. Le style est superbe, je relirai cet auteur sur un ouvrage moins sulfureux.

Lacazavent
12/09/13
 

Un roman sulfureux qui se joue des apparences. Pourrait-on encore publier un texte comme celui-ci aujourd'hui ?Deuxième roman écrit en langue anglaise de cet expatrié perpétuel, ce roman est un vrai poème, un hymne à la langue de Shakespeare (ici dans une excellente traduction). La première page vous en donne un avant-goût.Mais attention à vous, c'est un roman piège. La beauté de la langue veut vous faire oublier qui parle et ce qu'il dit. Cet hommage à l'Amérique est aussi un miroir de ses faiblesses et de ses pires travers.Nabokov montre qu'il ne faut rien prendre au premier degré dans cette société trop prospère.Se méfier du narrateur était une idée neuve. L'oublier c'est cautionner un personnage enjôleur mais terrifiant. Une belle idée du pouvoir de la littérature.

RobinsonFlo
24/07/13
 

Une magnifique histoire si l'on arrive à passer une première partie assez éprouvante. Nabokov nous offre 500 pages de poésie et d'amour, que l'on admire au fur et à mesure du recul (nécessaire!) que l'on prend sur ce récit.

RizDeuxZzZ
18/05/12
 

"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon pêché, mon âme." Telles sont les premières lignes de ce roman, et à mon avis, elles résument à elles toutes seules le contenu. Certes, l'idée originale est sulfureuse voire malsaine: un homme d'âge mûr qui se sait pédophile, tombe amoureux de la fille de sa propriétaire, une véritable "nymphette" de 12 ans à son goût.... Il va même plus loin en se mariant avec sa mère pour mieux approcher la petite. Or, et c'est là que ce roman devient de plus en plus intéressant, cette Lolita en question est tout sauf une ingénue, et notre narrateur se retrouve pris au piège non seulement de sa déviance, mais aussi du comportement de Lolita.... Lolita est un roman dont le sujet dérange, et c'est ce qui a fait qu'aujourd'hui encore il reste un mythe en littérature. Mais Nabokov a eu l'intelligence de traiter ce sujet épineux en inversant les rôles: les gamines ne sont plus aussi sages et naïves, et les pédophiles sont en lutte constante avec leur conscience. Le mieux est que le lecteur mette ses opinions de côté et aborde le contenu en veillant à rester neutre. Nabokov entame sa première partie par le journal intime du narrateur HUmbert d'où le côté sulfureux du style. Puis, le road movie à travers les Etats Unis permet de planifier les personnalités et surtout d'inverser les rôles: Lolita réserve bien des surprises. Le fait d'utiliser les décors et la société américaine est bien choisi car, par ce biais, Nabokov démontre que ses habitants sont aussi tordus que ceux de la vieille Europe, loin s'en faut! Finalement, ce roman est une réussite à tout point de vue, aussi bien dans la finesse d'analyse des personnages que dans la méthode de traitement de l'histoire. En ce sens, il mérite sa notoriété d'un demi siècle. vivi

vivicroqueusedelivres
20/02/12
 

Lolita est un livre auquel il faut vraiment être psychologiquement préparé pour pouvoir pleinement en profiter. Et même alors, c'est parfois difficile. Même en sachant qu'il y a beaucoup d'ironie dans l'histoire.C'était la deuxième fois que je le lisais et je sais qu'il n'y aura pas de troisième fois. Non, pas que le livre est nul au contraire. Vladimir Nabokov écrit divinement bien, mais il nous entraine dans un monde qui me met profondément mal à l'aise : la pédophilie et du côté de l'adulte. Nabokov s'amuse à nous décrire les envies et pensées très dérangeantes du personnage principale Humbert Humbert. On se sent rapidement pas du tout à sa place, mal à l'aise... C'est vraiment dérangeant, horrible.Il est difficile de profiter des mots de l'auteur tellement qu'on s'en veut de continuer à lire ses lignes, mais il écrit tellement bien qu'on ne peut lever les yeux de son œuvre. On ne peut pas lire ce livre si on n'est pas préparé. Et je ne pense pas qu'on puisse le mettre entre les mains de n'importe qui. C'est un livre dérangeant, qui met réellement mal à l'aise. Je pense qu'il faut être très a l'aise avec le sujet (est-ce possible ?) pour apprécier pleinement ce livre où alors savoir ce concentrer uniquement sur la beauté des mots. Je n'ose pas vraiment conseiller ce livre. Mais je pense qu'il faut le lire car aimer quelque chose qui nous dégoute est réellement bizarre.Bref, Lolita est un livre qui ne laisse vraiment pas indifférent. Testez si vous en avez le courage !

MademoiselleLuna
26/10/11
 

Je me suis longtemps demandée comment parler de ce chef d'oeuvre tout en rendant justice à la prose de Nabokov et à la subtilité dont il a usé pour évoquer un sujet difficile et un peu rebutant. Je dois reconnaître que j'ai adoré ce livre et qu'au-delà du sujet, les émotions rendues sont incomparables et l'écriture tout bonnement divine.Lolita c'est débord l'histoire d'une passion. Celle du narrateur, le curieux Humbert Humbert, qui rédige ses mémoires en prison, d'après ce que l'on comprend du récit, et qui voue une adoration sans borne pour les jeunes filles. C'est l'histoire d'une fascination pour la grâce et la beauté des nymphettes qu'il observe de loin, comme un prédateur séduisant, au contact desquelles son plaisir est à son comble et son lyrisme explose. C'est surtout le récit d'une relation charnelle et immorale dans laquelle le narrateur va se perdre et que l'on pourrait séparer en trois parties : la rencontre, la fuite et la tragédie.Lorsque, après de nombreux aléas et un mariage raté, Humbert quitte l'Europe et décide de s'installer chez l'habitant aux Etats-Unis, c'est pour se retrouver confronté à Charlotte Haze et à sa fille, Dolorès, dont il tombe éperdument amoureux dès le premier regard. Elle a douze ans, c'est une jeune fille ordinaire - certes jolie - mais au caractère insupportable qui, pourtant, va bouleverser son existence. En elle, il retrouve le fantôme d'un amour passé. Lolita réunit toutes les perfections dont il pare les nymphettes qui font sa joie : elle sera l'objet de son désir envers et contre tous.Il épouse la mère en pensant ainsi pouvoir se rapprocher de la fille sans éveiller les soupçons, combine toutes sortes de manoeuvres toutes plus délirantes les unes que les autres pour obtenir l'objet de ses fantasmes, et le sort va finalement lui livrer Lolita, pour qui il devient l'unique tuteur légal en quelques jours. Humbert entraîne la petite Dolorès Haze dans un périple à travers les Etats-Unis qui durera une année entière - il se fait passer pour son père - et au terme duquel ils décideront de se fixer dans une petite ville de la Nouvelle-Angleterre. L'occasion pour l'auteur de nous faire profiter de descriptions admirables du paysage américain et de ses étendues sauvages.Nabokov nous livre, avec Lolita, la confession d'Humbert Humbert, un homme intelligent et cultivé, drôle - souvent hilarant ! - qui prend le lecteur à témoin, s'enorgueillit de sa culture européenne, et reste sans complaisance vis à vis de ses actes. Un homme malheureusement soumis à sa passion pour les nymphettes - terme qu'il utilise allègrement à travers son récit - contre laquelle il a cessé de lutter voilà bien longtemps, et qui va durement le mener à sa perte. On oscille entre la pitié et le dégoût devant ses excès, sa paranoïa, ses crises de jalousie répétées, et le mur indolent, blasé et stupide que représente la petite Dollie face à ses assauts. Après plusieurs années d'une vie de fuites et d'errances de motels sordides en bungalows bon marché, même les transformations physiques et la pauvreté intellectuelle de Dolorès ne freinent pas la fascination qu'elle exerce toujours sur lui. Les tromperies, les mensonges et les trahisons ne parviendront pas plus à le détourner de cette gamine immature et vulgaire pour laquelle il développe des sentiments purs, allant jusqu'à confondre le lecteur dans ses impressions lorsqu'il évoque ses penchants. Parce qu'Humbert séduit, poétise mais n'emprunte jamais la voie de la violence. Il dissèque ses sentiments, nous expose sans vergogne l'attirance qu'il éprouve pour Lolita, et on évolue donc dans une zone trouble où la pitié le dispute au dégoût et à la répulsion, où la honte, l'immoralité et l'absurde cotoient le magnifique et les envolées lyriques...http://tranchesdelivres.blogspot.com/2011/01/lolita.html

un flyer
22/05/11

Format

  • Hauteur : 19.80 cm
  • Largeur : 12.90 cm
  • Poids : 0.23 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition