livre rosangella
EDITEUR : DARGAUD
DATE DE PARUTION : 11/01/07
LES NOTES :

à partir de
16,45 €

SYNOPSIS :

De nos jours dans une petite ville de province. Après avoir disparu pendant 15 ans, Max débarque l'air de rien dans la vie de Rosangella. Max, la quarantaine, a un physique de beauf avec le look de celui qui tente de rester dans le coup. Pathétique, surtout lorsqu'il arbore ses cravates aux tons criards ! Son assurance cache un caractère qui peut s'avérer particulièrement brutal. Rosangella se méfie donc, surtout qu'elle a tant bien que mal recollé
les morceaux depuis leur séparation, reconstruisant sa vie, en compagnie de ses enfants - dont l'aîné, Manu, qui lui cause de gros problèmes. Rosangella s'occupe d'un manège et apprécie de plus en plus la compagnie rassurante de Jo, un homme paisible qui semble lui aussi avoir connu des épisodes douloureux dans son existence. Max débarque donc, prétextant fêter un anniversaire. Mais Rosangella se doute bien que la fête peut mal tourner...
1 personne en parle

Rosangella est une femme brisée, un pantin dont le cœur et les yeux ont cessé de sourire il y a quinze ans. Une marionnette qui porte caché sur son corps les stigmates de sa passion de jeunesse. Une passion qui a volé en éclat le jour où la fenêtre n’a pu résister au poids de son corps, livrant Rosangella aux lames de verre. De cette nuit, elle n’a conservé en mémoire que les bruits, cris terrifiants d’un homme, hurlements qui cognent…Rosangella, c’est le silence des femmes battues que l’on brutalise toujours un peu plus. C’est cette mort artificielle des êtres déchus, privés de leur dignité le jour où la première claque s’abat sur eux. C’est la culpabilité malsaine de la victime qui se croit coupable. Coupable des pluies de coups qui heurtent le visage, brûlent la peau. C’est la peur tétanisant qui entrave les mouvements, la pensée. C’est l’abri précaire d’une routine pour éviter de penser, de parler; parce que les mots ne viennent pas d’eux même, parce qu’ils ne semblent pas exister dans ce monde de violence où même le verbe devient mensonge. Rosangella survit désormais avec ses enfants en actionnant des manèges. Le bonheur c’est pour les autres, pour ces enfants qui s’esclaffent à chaque envol du manège. Mais Max vient d’arriver pour les dix-huit ans de Lisa, brisant l’équilibre précaire de la chrysalide de cette famille. Max, un démon tiré à quatre épingle, gominé de fiel et de sang, charmeur, bonimenteur annonciateur d’un nouveau cataclysme.Corbeyran et Berlion pénètrent dans le milieu des femmes maltraitées, celles qui souffrent en silence, mortes dans leur tête, dans leur corps mais qui doivent continuer le combat de la vie. Rosangella a choisi de se réfugier dans l’éducation de ses enfants, de taire son passé. Mais parce que son passé la rattrape, Rosangella va soudainement devoir réapprendre à vivre. Un scénario simple efficace porté par une voix off qui guide le lecteur dans ce destin fragile. Pasdel

Pasdel
27/12/13
 

Format

  • Hauteur : 32.10 cm
  • Largeur : 24.30 cm
  • Poids : 0.83 kg