Lorsque j'etais une oeuvre d'art

SCHMITT-E.E

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 21/08/02
LES NOTES :

à partir de
18,25 €

SYNOPSIS :

« Qui n´a jamais rêvé de devenir un objet ? Mieux même, un objet d´admiration ? Tel est le pacte que scellent un artiste excentrique et un jeune homme désespéré. Le premier, avide de scandale, propose au second, avide d´exister, de le transformer en oeuvre d´art. Après tout, il n´a rien à y perdre, sinon la liberté. » Parce qu´il se sent médiocre et inexistant, un jeune homme sur le point de se suicider accepte l´accord que lui propose un artiste mégalomane : celui-ci lui achète son âme et son corps pour en faire une sculpture vivante, sublime ou monstrueuse, et une marchandise planétaire. Cette fable excentrique, inquiétante et comique nous entraîne dans un monde rongé par le narcissisme, le culte du simulacre et de l´apparence, le totalitarisme de l´image : le nôtre. Eric-Emmanuel Schmitt est l´un des auteurs
francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde. Normalien, agrégé de philosophie, docteur, il s´est d´abord fait connaître au théâtre avec Le Visiteur, un classique du répertoire international. Rapidement, d´autres succès ont suivi, aussi bien sur scène qu´en librairie : Variations énigmatiques, Le Libertin, Hôtel des deux mondes, Petits crimes conjugaux, Mes Évangiles, La Tectonique des sentiments, Kiki Van Beethoven, Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, L´Enfant de Noé, Le sumo qui ne pouvait pas grossir et Les dix enfants que madame Ming n´a jamais eus... Ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand Prix du théâtre de l´Académie française. Ses livres sont traduits en 43 langues et plus de 50 pays jouent régulièrement ses pièces.
6 personnes en parlent

Tazio est un jeune homme qui n'attend plus rien de la vie. A deux doigts du suicide, il rencontre un artiste qui lui propose un pacte diabolique. Comme le docteur Faust, Tazio accepte la proposition...L'idée de transposer le mythe de Faust au domaine de l'art est une excellente initiative. A une époque où tout est régi par la suprématie de la beauté, ce livre remet en cause les valeurs de l'esthétisme et du talent. Ecrit dans un style fluide, ce roman dépeint avec horreur et réalisme la transformation tragique de ce héros, qui finit par se révolter contre son géniteur.

Alcapone
17/02/09
 

Maintenant que j'ai lu Lorsque j'étais une oeuvre d'art, je suis curieuse de creuser un peu les autres sujets qu'a abordé dans ses romans Eric Emmanuel Schmitt. Celui ci, en tout cas, est ubuesque et l'humour est décapant !

Lorsque j'étais une œuvre d'art est un très bon livre. Il montre à quel point il faut apprécier les choses que la vie nous a données et ne pas se laisser rabaisser par la société superficielle. Tazio est un jeune homme qui désire se suicider car personne le remarque. Cependant un homme parvient à le retenir. Il doit alors devenir un objet, une œuvre d'art ou plutôt un homme aux traits inhumains. D'abord aimé, il finit par vouloir redevenir un homme banal car il a rencontré sa raison de vivre...J'ai beaucoup aimé ce livre pour son message mais l'histoire d'amour ainsi que la chute m'ont déçu. Il reste un livre intéressant. Caro59

Caro59
21/03/15
 

Un livre que l'on peut qualifier d'ovni.Un jeune homme qui veut en finir avec la vie se laisse convaincre par un artiste milliardaire de ne pas mettre fin à ses jours et de devenir son oeuvre d'art qu'il sculptera à sa façon. Ainsi, son corps ne lui appartient plus et sa "vie" va complètement changer.Nous vous conseillons ce livre tout à fait décalé, drôle et incitant à la réflexion philosophique.

saomalgar
27/08/13
 

Ce fut mon premier Eric-Emmanuel Schmitt. Je l'ai eut lors d'un swap, car tout ce qui touche au statut de l'oeuvre d'art et de la beauté de l'art me touche beaucoup.Et pour le coup, j'ai trouvé que ce livre représentait bien le statut de l'art, mais pas que : Il nous pose aussi une question philosophique sur nos limites d'être humain. Après tout, signer un papier en disant que l'on n'est plus qu'un objet, détruit-il en nous toute parcelle d'humanité ?Le narrateur qui veut se suicider, fini par se vendre à un célèbre artiste pour devenir sa chose, son objet, son oeuvre maîtresse. Il subit alors tout ce qu'une peinture peut connaitre dans sa vie : Le scandale, les critiques, la vente, le vol, etc. Mais il subit surtout le fait de ne plus être vu qu'en tant qu'objet. Et j'ai trouvé cela fort vu qu'on lui demande de ne plus rien éprouver, et que c'est lui qui nous raconte l'histoire. Je me suis demandé comment tout allait se dérouler, et j'ai beaucoup aimé la suite des évènements. Ce concept de la beauté, de ce que le public voit, de la détérioration au fil des jours, m'a énormément rappelé un autre livre "Je suis l'homme le plus beau du monde" de Cyril Massarotto. Ou l'homme n'est plus humain, mais bel et bien objet de média, objet de succès et d'argent, et que naïf, il ne sert plus qu'à faire du revenu pour celui qui aura réussi à le trouver, à le changer et à le vendreJ'ai énormément apprécié ce livre, qui m'a choqué et rebuté, mais qui ne m'a pas vraiment surpris quand je sais ce que les artistes sont capables de faire pour se vendre (notamment au niveau du passage sur le body art). Le narrateur m'a fait beaucoup de peine, et j'avais vraiment peur que tout se termine mal. Mais l'histoire d'amour vient tout changer, et j'ai adoré Fiona et Hannibal.Bien évidemment, j'ai trouvé Zeus vraiment rebutant et choquant, mais encore une fois ça ne m'a pas vraiment surpris quand je sais ce que sont capable les gens pour faire le scandale... Le scandale, qui est la chose qui se vend mieux en art.Après, je me suis doutée du déroulement de l'histoire, bien que je me sois imaginé certaines choses. Je dirais que c'est un peu un point négatif, sans vraiment l'être.J'ai trouvé que la couverture s'alliait parfaitement avec l'idée du livre. Représentant en quelque sorte une oeuvre de Warhol, l'homme qui a instaurer le quart d'heure warholien de célébrité.J'ai vraiment été touché par ce livre, et je le conseille si vous avez aimer "Je suis l'homme le plus beau du monde" (si jamais vous ne l'avez pas lu mais que vous avez lu "Lorsque j'étais une oeuvre d'art" je vous le conseille également ! (et si vous n'en avez lu aucun des deux, essayer en au moins un)).En bref, je ne ressors pas du tout déçue de ce livre.

yuukichanbaka
02/11/12
 

Un jeune homme Tazio a décidé de se suicider. Au bord du précipice, il rencontre un très grand artiste qui décide d'en faire son chef d'oeuvre. Il passe alors un pacte avec ce Zeus-Peter Lama pour renier toute son humanité et laisser à l'artiste tout droit sur son corps. Le roman aux allures de mythe dépeind des personnages trè stéréotypés : l'artiste fou, le conservateur à cheval sur le réglement, l'artiste excellent mais non reconnu... C'est grâce à cette galerie de personnages aux paroles et actes souvent absurdes que Eric-Emmanuel Schmitt mène une réflexion sur l'art et le beau, mais aussi et surtout sur l'identité humaine. Dans notre monde contemporain, qu'est-ce qui nous définit en tant qu'homme ? Une apparence ? Peut-on nier l'humanité de quelqu'un ? Un récit très plaisant qui nous force à réfléchir sur notre société.

caroline591
18/11/10
 

Format

  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition