livre lutetia
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 15/06/06
LES NOTES :

à partir de
8,70 €

SYNOPSIS :

Tapi dans les recoins les plus secrets du Lutetia, un homme voit l'Europe s'enfoncer dans la guerre mondiale. Édouard Kiefer, Alsacien, ancien flic des RG. Détective chargé de la sécurité de l'hôtel et de ses clients. Discret et intouchable, nul ne sait ce qu'il pense. Dans un Paris vaincu, occupé, humilié, aux heures les plus sombres de la collaboration, cet homme, pourtant, est hanté par une question : jusqu'où peut-on aller sans trahir sa conscience oe De 1938 à 1945, l'hôtel
Lutetia - l'unique palace de la rive gauche - partage le destin de la France. Entre ses murs se succèdent, en effet, exilés, écrivains et artistes, puis officiers nazis et trafiquants du marché noir, pour laisser place enfin à la cohorte des déportés de retour des camps. En accordant précision biographique et souffle romanesque, Pierre Assouline redonne vie à la légende perdue du grand hôtel, avec un art du clair-obscur qui convient mieux que tout autre au mythique Lutetia.
12 personnes en parlent

"Une cour des miracles dans un labyrinthe de luxe"Telle est la réflexion que se fait le narrateur lorsque l'hôtel Lutetia devient le centre d'accueil des déportés des camps nazis. L'auteur propose trois parties de la vie de "son" hôtel où il y travaille comme responsable de la sécurité: la première propose la vie "d'avant" la guerre avec le luxe et la volupté; la seconde fait état de la réquisition des locaux par les allemands; la troisième fait honneur au retour des "morts vivants" revenus des camps. Ne vous attendez pas à un récit historique froid et méthodique, car le style est chaleureux, rempli de références littéraires subtiles et surtout le narrateur est terriblement humain sans cesse tourmenté par son devoir et le sens de l'honneur. Lutetia est aussi un roman sur la dignité et l'intégrité. En effet, Edouard est confronté à quelques scènes où ces deux mots vont y prendre toutes leurs valeurs... Malgré toutes les horreurs de la guerre, ce livre est aussi une "réhabilitation" de l'Allemagne où on insiste sur le fait que les Nazis ne furent pas l'incarnation de tous les allemands, et que ce peuple enferme lui aussi des richesses culturelles et intellectuelles. Bref, un roman à clé qu'il fait bon lire car non seulement on en sort un plus cultivé mais aussi un peu plus curieux de voir un jour ce fameux établissement vivi

vivicroqueusedelivres
21/02/12
 

Dans ce livre Pierre Assouline mêle la biographie historique et le roman. Il excelle ici dans l'art du " ne pas prendre parti " et montre très bien l'ambiguité de son personnage principal Edouard Kiefer. Un homme qui n'est pas un héros, simplement un parisien comme les autres qui fait son travail en doutant, certes, parfois. Un homme qui jne sait à quel saint se vouer, et qui peut nous apparaître à nous qui vivons loin de cette période comme lâche. Entre le bien et le mal son coeur balance. G.A

Riel
24/03/11
 

Toujours Paris... Dans Lutetia, roman dédié à son père, Pierre Assouline relate la vie d’un grand hôtel de la rive gauche entre 1938 et 1945. A travers la vie quotidienne de personnages réels ou fictifs qui vivent ou ne font que passer au Lutetia - une riche clientèle extravagante avant la guerre, les nazis qui ont réquisitionnés l’hôtel pendant l’occupation ou les déportés rescapés des camps de concentration en 1945 - l’auteur propose une perspective originale et représentative de la rupture que la seconde guerre mondiale a été pour les parisiens. Ces trois périodes de l’hôtel sont relatés par Kiefer, détective de l’hôtel donc observateur privilégié de ses secrets.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Un livre lu à a sortie que je n'ai pas commenté car je n'avais ni blogue ni Libfly et une connexion très très lente.Une lecture que j'ai adorée. Ce fut mon premier voyage avec l'auteur ; un voyage de retour de l'enfer.

zazy
01/08/15
 

En 1967, en toute innocence, je me suis mariée au LUTETIA! Je n'ai découvert l'histoire tumultueuse de cet hôtel qu' un peu à la fois et le livre d'Assouline m'a comblée. Il m'a éclairée sur les raisons pour lesquelles ma belle-mère s'excusait de n'avoir trouvé de la place que là (mi août) moi je trouvais cet hôtel très bien quoiqu'un peu trop luxueux...J'imaginais ensuite l'angoisse, l'espoir puis le désespoir des familles attendant le retour des rescapés des camps... berthe

afbf
31/07/15
 

Ce livre est de fait la biographie d'un hôtel, le Lutétia, seul palace de Paris situé sur la rive gauche, racontée par le détective chargé de la sécurité de l'hôtel. Il dresse le portrait des clients de l'hôtel, éminents ou anonymes, pittoresques ou déplaisants, au travers d'anecdotes vécues de son point de vue tout à fait privilégie. Le livre s'organise en trois périodes : l'avant-guère, période heureuse où on voit vivre un grand hôtel dans toute sa splendeur ; l'occupation, lorsque l'hôtel est réquisitionné par l'armée allemande, et voit passer secrets et malheurs ; et enfin, la partie du livre la plus touchante, les quelques mois où le Lutétia a servi de lieu d'accueil pour les déportés, survivants des camps souvent incapables de témoigner d'une horreur que le personnel de l'hôtel appréhende peu à peu... Un livre fort intéressant par son personnage principal, mi-collaborateur, mi résistant et par son côté documentaire.

Mariei
18/08/12
 

Le narrateur c'est Edouard Kiefer, ancien flic des RG, détective au Lutetia, palace parisien. Il a connu la première guerre mondiale au front, et nous fait partager la seconde, de 1938 à 1945, sans bouger de Lutetia (il dit à Lutetia, comme une ville, et non au Lutetia), mais en voyageant pourtant très loin dans l'âme humaine.Pendant l'occupation, ce sont les renseignements allemands, l'espionnage, qui occupent l'hôtel. Il lui faudra composer avec ça, sans trahir ses convictions profondes. A la libération, ce sont les déportés qu'accueillent le Lutetia. Et là .....Un roman très fort et très travaillé, une réalité historique précise et percutante. La première partie est assez ampoulée, voire ennuyeuse, galerie de la la clientèle juste avant le début de la 2° guerre, mise en place des personnages, je n'étais pas emballée. La 2° partie, l'occupation, est parfaitement menée dans le sens où elle n'est que malaise, ignorance, compromis. Mais la 3° partie, la vie après, est bouleversante du début à la fin. Certains y voient dans l'histoire de Lutetia, un dédouanement. C'est à la fois plus, et moins que ça. Un lieu, finalement, se nourrit de ceux qui y vivent, en témoigne à jamais le passage. Alors un hôtel, à fortiori un palace...Un tout très fort. Sylvie Sagnes

SagnesSy
20/07/12
 

Le lecteur retrouve toujours avec grand plaisir la prose d'Assouline, profondément ancrée dans l'Histoire. Le Lutétia, palace mythique parisien construit à la fin du XIXe siècle afin d'héberger les clients provinciaux du Bon Marché, est le coeur du récit, palpitant à chaque bouleversement historique. Assouline - avec sa formation d'historien - excelle à perdre le lecteur entre fiction et réalité. Le texte dévoile des personnages fictifs rencontrant des personnalités mondaines de l'entre-deux-guerres. Le lecteur se laisse ainsi porter par cet incroyable patchwork dans le but de suivre les heures sombres de l'hôtel du square Boucicaut.

SophieC
23/07/10
 

Toujours Paris... Dans Lutetia, roman dédié à son père, Pierre Assouline relate la vie d’un grand hôtel de la rive gauche entre 1938 et 1945. A travers la vie quotidienne de personnages réels ou fictifs qui vivent ou ne font que passer au Lutetia - une riche clientèle extravagante avant la guerre, les nazis qui ont réquisitionnés l’hôtel pendant l’occupation ou les déportés rescapés des camps de concentration en 1945 - l’auteur propose une perspective originale et représentative de la rupture que la seconde guerre mondiale a été pour les parisiens. Ces trois périodes de l’hôtel sont relatés par Kiefer, détective de l’hôtel donc observateur privilégié de ses secrets.

Très beau roman qui temoigne d'une periode noire de la france.A lire

stanzie
16/10/09
 

J'ai particulièrement aimé le soin scrupuleux apporté par P. Assouline pour donner corps et vie à un Hôtel tristement (et injustement) célèbre. S'appuyant sur les archives, les documents, les témoignages, tout reprend vie, forme et couleurs. Le tout bien emballé par une écriture élégante et sans défauts. Pour Pierre Assouline, il s'agit d'une "oeuvre de fiction inspirée par l'Histoire" - Lutetia est romanesque, historique, un peu des deux. Mais parfois, cette volonté de vraisemblance pêche sur l'émotion. Le début m'a souvent ennuyée, y trouvant dans l'étalage de cette société d'avant un aperçu de catalogue trop pointilleux. La suite m'a attachée, par intérêt pour l'époque. A paraître en format poche dans le courant du mois de juin 2006 - beaucoup moins cher pour s'y lancer !

Clarabel
23/02/09

A lire Ce roman est à la fois une description réaliste et prenante de la France de la débacle et de l'occupation, mais aussi une belle histoire d'amour. La psychologie des personnages est finement analysée.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.25 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition