Madame edwarda ; le mort ; histoire de l'oeil

BATAILLE, GEORGES

livre madame edwarda ; le mort ; histoire de l'oeil
EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 30/09/04
LES NOTES :

à partir de
6,10 €

SYNOPSIS :

Penser ce qui excède la possibilité de penser, gagner le point où le coeur manque, les moments où l'horreur et la joie coïncident dans leur plénitude, où l'être nous est donné dans un dépassement intolérable de l'être qui le rend semblable à dieu, semblable à rien. Tel est le sens de ce livre insensé. les trois récits rassemblés
ici sont l'expression la plus concise de la terrible exigence d'un homme qui avait voué sa vie et son écriture à l'expérience des limites. â travers le blasphème et l'indécence, c'est bien la voix la plus pure que nous entendons et le cri que profère cette bouche tordue est un alléluia perdu dans le silence sans fin.
1 personne en parle

Etranges, dérangeants et obscènes, voilà ce que l’on serait tenté de penser à la lecture de ces trois nouvelles de Georges Bataille. Les textes ont pour point commun la sexualité et la mort poussées à leur paroxysme. La transgression comme moyen de dépasser notre condition humaine revêt chez Bataille un parfum de scandale et de blasphème. On sent chez l’auteur une fascination pour la cruauté et la façon dont il met en scène ses obsessions peut paraître outrancière mais à relire attentivement les textes, on y découvre bien plus que cela. Madame Edwarda, Le mort et L’histoire de l’oeil peuvent au premier abord choquer les lecteurs par leur caractère pervers, scatologique ou pornographique mais ce qu’on y décèle relève d’une toute autre démarche : le plaisir sexuel et la douleur, tous deux intimement liés, relèvent du domaine du sacré. Ne pas le reconnaître, c’est ne pas se donner les moyens de comprendre la nature humaine...« Penser ce qui excède la possibilité de penser, gagner le point où le coeur manque, les moments où l’horreur et la joie coïncident dans leur plénitude, où l’être nous est donné dans un dépassement intolérable de l’être qui le rend semblable à Dieu, semblable à rien. Tel est le sens de ce livre insensé. Les trois récits rassemblés ici sont l’expression la plus concise, la plus terrible exigence d’un homme qui avait voué sa vie et son écriture à l’expérience des limites. A travers le blasphème et l’indécence, c’est bien la voix la plus pure que nous entendons et le cri que profère cette bouche tordue est un alléluia perdu dans le silence sans fin.» (quatrième de couverture). Voilà pour justifier ces textes de Georges Bataille, la présentation de l’éditeur. S’il est vrai que le plaisir, la douleur et la mort constituent pour l’auteur un tryptique indissociable, il est en revanche difficile de comprendre par quel biais, Georges Bataille en arrive à ces conclusions. Son cheminement à la fois simple et tortueux soulève des questionnements, qui peuvent à la fois nous échapper et nous dérouter. Alcapone13

Alcapone
02/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition