Mademoiselle else

SCHNITZLER-A

livre mademoiselle else
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 28/04/93
LES NOTES :

à partir de
3,60 €

SYNOPSIS :

Arthur Schnitzler Mademoiselle Else « Une jeune fille de la bourgeoisie viennoise, en villégiature avec sa tante dans un palace italien, apprend que son père, ruiné à la suite de malversations financières, ne pourra être sauvé du déshonneur et de la prison que si elle parvient à soutirer à un ancien ami de la famille, le marchand d'art Dorsday, une somme importante. Celui-ci lui promet l'argent à la condition qu'il puisse la contempler nue. Le vieux Dorsday répugne à Else - elle veut bien être une garce, mais pas une grue - et sa proposition déclenche chez elle un délire qui trouvera son épilogue grandiose dans la scène où elle se déshabille dans les salons
de l'hôtel avant de se donner la mort en absorbant des somnifères. » Roland Jaccard. Mademoiselle Else ou le soliloque tragique d'une femme piégée par les oscillations de l'âme. A travers les mots et les errances désespérées de son personnage, Schnitzler brosse le tableau exemplaire des fascinants déchirements de la morale viennoise au tournant de la modernité, valse - hésitation entre désir et devoir, entre fantasmes de prostitution et rêves de continence. Publié en 1924, ce texte demeure l'un des plus beaux exercices de style de la littérature contemporaine. Précédé de Arthur Schnitzler, l'inoubliable, par Roland Jaccard. Traduction par Henri Christophe.
2 personnes en parlent

C’est à une plongée vertigineuse dans l’âme humaine qu'invite ce court roman d’Arthur Schnitzler.La jeune Else, dix-neuf ans, est en villégiature après de sa tante Emma dans les montagnes italiennes. Elle reçoit une lettre par exprès de Vienne : une supplique larmoyante et désespérée de sa mère lui demande d’intercéder auprès de M. von Dorsday, « vieil ami de la famille », afin qu’il leur prête sous deux jours la somme de 30 000 florins. Le père d’Else se trouve, en effet une fois de plus, en proie à une sordide affaire qui, faute de paiement immédiat, lui vaudra à coup sûr la prison. Dorsday accepte de payer à une condition : il veut voir Else nue pendant un quart d’heure, dans sa chambre ou sous le clair de lune. A Else de choisir de lieu de son humiliation.En quelques pages, c’est toute l’horreur de cette décision, tous les sentiments ambivalents qui traversent la jeune fille que livre Schnitzler. Un monologue intérieur haletant qui dit, sous la plume talentueuse du maître autrichien, l’indécision de l’âge, l’envie d’être aimée, les désirs naissants, les pensées folles, le charme assuré d’une jeune fille. Mais aussi l’outrage, le refus, le dégoût, l’humiliation, l’envie de mourir, la décision sans retour, le corps devenu marchandise, vulgaire monnaie d'échange, le « pouvoir » de la beauté et de la jeunesse et ses conséquences parfois désastreuses.Un récit étonnant qui ne s’embarrasse pas de tabous (il date de 1924 !) et illustre la capacité d’Arthur Schnitzler à explorer au plus juste les errements de l’humain.

Lencreuse
21/08/10
 

Else, la narratrice, âgée de dix-neuf ans, est la fille d'un avocat viennois, brillant, mais sans scrupules. Durant l'été, elle se trouve en villégiature dans une station thermale italienne, en compagnie de sa tante Emma, de son séduisant cousin Paul, et de Cissy, une femme mariée qui est la maîtresse de Paul. Dans le palace où ils sont logés, un ami de ses parents passe également ses vacances : c'est le vicomte von Dordstein, un vieil homme pervers et libidineux. L'oisiveté insouciante d'Else est troublée lorsqu'elle reçoit une lettre exprès, puis un télégramme de sa mère. Le père d'Else, pour avoir joué et perdu un argent qui ne lui appartenait pas, risque la prison et le déshonneur s'il ne parvient pas à rassembler la somme de trente mille gulden. Comme tous ses proches ont déjà été mis à contribution dans le passé, le couple envisage cette fois-ci de "taper" Dordstein... par l'intermédiaire de l'infortunée Else. Celle-ci, trouvant la démarche humiliante, tergiverse avant d'aller trouver le vicomte. Celui-ci lui propose un marché déshonorant : il accepte de lui prêter les trente mille gulden, à condition que la jeune fille pose nue un quart d'heure devant lui, dans sa chambre...

Schlabaya
17/08/10

Format

  • Hauteur : 16.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.07 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition