Maintenant c'est ma vie

ROSOFF-M

EDITEUR : HACHETTE JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 05/11/08
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
5,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Daisy, une adolescente new-yorkaise anorexique, accepte mal le remariage de son père. alors qu'elle séjourne pour l'été chez ses cousins dans la campagne anglaise, elle découvre les joies de la liberté et tombe amoureuse de son cousin edmond.
mais à la suite d'un terrible attentat, une guerre éclate. daisy et ses cousins, isolés et livrés à eux-mêmes, se retrouvent bientôt séparés. la jeune fille est alors entraînée dans la tourmente, avec sa jeune cousine piper.
5 personnes en parlent

Ce roman lu à sa sortie en 2006 m'avait littéralement enchanté! L'occasion d'une Lecture Commune avec Liyah m'a permis de le relire, et ce livre reste un coup de coeur. Pourtant mon avis sera court, je suis pressée par le temps, et j'ai toujours du mal à parler des livres que je relis, c'est moins spontané... Une intrigue passionnante, entraînante, loin de la simple histoire d'amour, et du mystère, beaucoup, c'est ce qui m'a charmé dans ce roman. Daisy est une adolescente anorexique, envoyée de force en Angleterre, chez des cousins qu'elle ne connaît pas. Pourtant alors que la guerre se déclenche et que tous les éléments sont réunis pour lui faire vivre un enfer, l'amour est omniprésent dans ce livre. L'amour c'est ce qui rend Daisy vivante, la responsabilité c'est ce qui lui donne envie de vivre. La suite sur mon blog Herisson08 - Délivrer des Livres -

herisson08
20/01/11
 

Je ne vous cache pas que j’ai d’abord pris ce livre pour sa couverture, que je trouve magnifique. Puis en lisant la quatrième de couverture, il m’a intrigué par tout ce mystère autour d’Edmond. Je pensais vraiment que ça serait un livre d’ado que je lirai vite et que j’oublierai. Seulement voilà, certes je l’ai lu vite, mais j’ai été extrêmement touchée et bouleversée par cette histoire.Daisy est une jeune New-yorkaise de 15 ans, qui voit sa vie basculer le jour où elle débarque en pleine campagne anglaise chez sa tante Penn, ses 4 cousins : Edmond, Piper, Osbert et Isaac. En effet, malgré une guerre qui risque d’éclater à tout moment, son père l’envoie chez sa tante à cause de sa méchante belle mère : Davina la Diabolique comme elle l’a surnomme.Malgré le début de la guerre qui laisse les enfants à leur propre compte, Daisy se trouve enfin heureuse. La relation avec Edmond ne m’a pas du tout choqué, on comprend vite que c’est une relation saine, peut être due à la guerre et au besoin de se soutenir à quelqu’un.Meg Rosoff a su trouver les mots, les descriptions, parfois très dures, de cette guerre vue à travers les yeux d’une adolescente. Une adolescente qui essaye de se montrer grande pour que sa petite cousine puisse se reposer sur elle et ne pas être effrayée, mais une adolescente qui reste quand même une adolescente et qui a très peur. Cependant, elle prendra tout son courage pour atteindre son but. Certains passages sont extrêmement poignants, et m’on particulièrement bouleversés.J’ai beaucoup aimé Daisy avec son ironie et ses sarcasmes tout le long du livre, voici d’ailleurs quelqu’un : « On ne me rend pas assez hommage dans la vie pour toutes les choses que je réussis à ne pas dire » « Ça commençait à ressembler à du Walt Disney sous ecsta avec tous ces écureuils, ces hérissons et ces biches qui se baladaient partout au milieu des canards, des chiens, des poules, des chèvres et des moutons [...]« » J’avais les boules contre toutes les séries d’espionnage où on voit des types avec un bandeau sur les yeux se faire jeter à l’arrière d’une bagnole et réussir quand même à retrouver leur chemin à cause d’un gloussement de poule par-ci ou de deux bosses sur la route par-là, quand ce n’est pas un chien qui aboie en clef de sol, car je suis bien placée pour vous dire maintenant que ce sont des conneries, surprise, surprise. « La fin n’est pas du tout prévisible, bien au contraire. Je me suis dit, bon un roman pour ados, je voyais déjà très bien la fin qu’on pouvait nous faire. Et bien pas du tout, jamais je n’aurai imaginé cela. Mais bien sûr je ne vous la dévoilerai pas, pour cela il ne vous reste plus qu’à lire ce livre ! Un livre que je recommande donc particulièrement, d’autant plus qu’il est assez court (239 pages) et se lit vraiment très vite. http://labibliodenodrey.wordpress.com/

nodreytiti
05/12/10
 

J’ai détesté ce livre à l’instant où je l’ai ouvert à tel point que la lecture des premières pages fut vraiment laborieuse. Et puis petit à petit, sans m’en rendre compte, tout ce qui m’exaspérait au début m’a fait totalement tomber amoureuse de ce livre.Elizabeth (Daisy) est envoyée par son père - et surtout sa belle-mère démoniaque - chez ses cousins anglais, et ça, en temps de guerre… normal quoi. Avec une tante presque toujours absente, elle a noué des liens très fort avec ses cousins : Osbert, Edmond, Isaac et la jeune Piper. Alors dans un premier temps, c’est un petit peu la petite maison dans la prairie et tout va bien dans le meilleur des mondes - malgré cette guerre dont ils n’ont que de vagues échos leur semblant totalement abstraits à eux, qui vivent plutôt la belle vie sans adulte pour les ennuyer. Sauf que voilà, la réalité va doucement les rattraper et les épreuves se succèderont tout au long du roman.Alors oui, finalement, cette lecture s’est révélée de plus en plus agréable pour se terminer sur un final comme je les aime. L’histoire et les relations entre les personnages sont vraiment belles et je pense que je vais enchaîner sur le film dès ce soir (même si j'ai peur d'être bien déçue comme souvent...) ! Ce que j’ai aimé : - Les personnages. Tous. Sans exception.- La douceur que l’auteure insuffle à l’histoire tout en réussissant à maintenir cette sensation dérangeante de la guerre qui plane au dessus de la tête des protagonistes.- La longueur du livre. Pas de descriptions à rallonge inutile pour le plaisir d’avoir des lignes en plus dans ce livre. Même si les scènes se succèdent rapidement et que Daisy ne s’épanche pas des heures sur ses sentiments, une certaine sensibilité se dégage de ses paroles et personnellement, c’était suffisant pour me toucher. Bon, je n’ai pas non plus versé ma petite larme. Ce que je n’ai pas aimé (au début du coup puisqu’après, ce que je considérais comme étant des défauts se sont révélé des atouts):- Le style de narration : Meg Rosoff m’a vraiment donné du fil à retordre ! Exemple de phrase (ne venant pas du livre comme ça je ne fais pas de boulette…) : « La bloggeuse me disait Je pense que j’ai envie d’écrire une chronique, mais elle avait perdu ses mains donc c’était compliqué. » (Inspiration quand tu nous tiens…). Bref, Anne-So, elle a besoin de retour à la ligne, tirets, guillemets ou quelque chose qui lui permette de savoir quand commence et surtout se termine une citation. Ce style donc, dans un premier temps, m’a réellement donné envie de balancer le livre par la fenêtre. Et puis petit à petit je m’y suis habituée et j’ai finalement trouvé que ce genre de narration avait comme gros atout de donner la sensation d’être totalement immergé dans la tête de l’héroïne, ce qui est une bonne chose. M’enfin quand même… La forme se perd les amis, MAIS OU VA LE MONDE je vous l'demande ma bonne dame?- La succession des évènements : Alors oui c’est aussi dans la partie « ce que j’ai aimé » mais je suis pleine de paradoxes, c’est pour avoir l’air mystérieux, tout ça… Dans un premier temps, c’est un peu frustrant de se prendre dans l’action et - alors qu’on a envie de s’y accrocher un peu plus longtemps pour en savoir davantage – l’auteure passe à la suite, presque sans nous attendre. Mais finalement, cela a le bon côté de faire ressortir l’urgence de la situation, comme si nous étions nous-mêmes dans le feu de l’action et qu’il fallait partir vite pour notre bien. Bref, malgré un style qui m’a un peu dérangé, ce livre est plein de douceur, de vérités qui font peur, d’amour, et tout plein d’autres émotions qui nous font passer un vrai bon moment à chaque page. A lire si: Vous avez envie d'une lecture assez rapide et que vous ne voulez pas passer à côté du premier livre d'une auteure dont on entendra encore parler, j'en suis certaine.A ne pas lire si: Vous aimez les histoires de guerre avec des soldats plein de testostérone qui font couler le sang en mode The Expendables (ha ha). Echos de Mots

EchosdeMots
25/10/15
 

Envoyée pour un court séjour en Angleterre chez ses cousins, Elisabeth va se retrouver coincée dans ce pays par une guerre bizarre qui va soudain se déclencher. Ce sera l'occasion pour elle d'expérimenter toute une gamme de sentiments et de connaître une série d'aventures qui vont bouleverser sa vie...Premier roman de Meg Rosoff Maintenant , c'est ma vie déroute dans un premier temps le lecteur qui se croit d'abord embarqué dans un récit classique de citadine fille unique découvrant la vie rurale au sein d'une famille nombreuse, famille où d'ailleurs les enfants prennent la place des adultes peu présents. Mais très vite le récit plonge brutalement dans une réalité totalement différente et tout est chamboulé. Ces virages à 180 degrés ainsi que les ruptures brusques du récit, les ellipses nous permettant de reconstituer à demi-mots le passé de l'héroïne ,montrent la virtuosité narrative de l'auteure qui conduit de main de maître son roman.Quelques indices (téléphone portable , emails, d'ailleurs vite obsolètes) nous permettent de situer un peu cette guerre qui présente une intemporalité symbolique. Tout comme le voyage que devra accomplir l'héroïne pour se retrouver. Meg Rosoff puise aux sources des romans classiques de formation mais elle renouvelle le genre avec une maestria époustouflante ! cathulu

cathulu
06/08/12
 

Cette histoire commence assez doucement, cette adolescente envoyée chez des cousins car elle est considérée comme "gênante" par sa nouvelle belle-mère.Elle découvre un environnement neuf, la campagne, les joies de la vie en plein air, ainsi que celles d'une vraie vie de famille. Malheureusement, les vacances tournent vite au cauchemar : une guerre éclate, séparant cette famille dont elle se sentait enfin acceptée, et l'éloignant de ce cousin pour qui ses sentiments grandissaient jour après jour.Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre, c'est le côté très réaliste, très humain. On ne vit pas la guerre directement, mais seulement au travers des yeux de cette jeune fille, comment elle la voit à son échelle. En bref, voici une très belle aventure humaine, poignante et dure de par son réalisme, mais également douce et tendre dans les sentiments vécus par les personnages. Un magnifique contraste. http://archessia.skyrock.com/

Archessia
24/04/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 12.70 cm
  • Poids : 0.18 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Dans la même catégorie