Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

MALZIEU, MATHIAS

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 23/10/06
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
nos libraires ont adoré maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi Roman « Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi oe Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi oe Qu'est-ce qui se passe pour toi là oe Du rien oe Du vide oe De la nuit, des choses de ciel, du réconfort oe » Mathias, une trentaine d'années mais une âme d'enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu'il rencontre

sur le parking de l'hôpital, que serait-il devenu oe Giant Jack, 4,50 mètres, « docteur en ombrologie », soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur... Il le fera grandir. Mathias Malzieu nous entraîne dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d'un Lewis Carroll ou d'un Tim Burton.

Un livre bouleversant, à la lisière du conte, et l'un des plus beaux textes que j'ai eu l'occasion de lire sur le douloureux sujet du deuil... Poème, ce roman doux et fantastique parle à l'enfant qui est au creux de nous, de manière poignante et avec beaucoup de sincérité, de simplicité aussi. Jack, un géant attachant, est "docteur en ombrologie": il aide les gens à surmonter la perte indicible d'un être cher, et accompagne ici le jeune Mathias, dont la maman vient de mourir.
De ce roman, on ressort ému et grandi, comme après une très belle rencontre, littéraire et humaine.

marie-sophie (lille)
Un livre bouleversant, à la lisière du conte, et l'un des plus beaux textes que j'ai eu l'occasion de lire sur le douloureux sujet du deuil... Poème, ce roman doux et fantastique parle à l'enfant qui est au creux de nous, de manière poignante et avec beaucoup de sincérité, de simplicité aussi. Jack, un géant attachant, est "docteur en ombrologie": il aide les gens à surmonter la perte indicible d'un être cher, et accompagne ici le jeune Mathias, dont la maman vient de mourir.
De ce roman, on ressort ému et grandi, comme après une très belle rencontre, littéraire et humaine.
Shirley ,
Librairie
(Roubaix)
Mathias a une trentaine d'années lorsqu'il perd sa mère. Maintenant qu'i fait tout le temps nuit sur elle, comment cohabiter avec cette douleur quand il ne reste que les souvenirs ? Il rencontre un drôle de géant qui va l'aider à dépasser sa tristesse pour continuer à vivre malgré tout. Mathias Malzieu signe un boulversant et très tendre récit ou la poésie et l'imagination viennent au secours d'une réalité trop cruelle. Magnifique !
Nathalie ,
Librairie
(Lille)
27 personnes en parlent

"Est-ce qu'il ne fait pas trop froid là-bas, est-ce que tu sais les fleurs sur le toit de toi, est-ce que tu sais pour l'arbre que l'on va devoir couper, est-ce que tu sais pour le vent qui agite les volets de la cuisine et secoue ton ombre sur le carrelage ?Maintenant il fait tout le temps nuit sur toi. [...]Est-ce que ça va mieux, est-ce que c'est léger comme une bulle de laisser son corps juste là, tel un vêtement abîmé que l'on ne peut plus porter ? C'est fini ce poids qui écrasait ton sourire ? qui écrasait ton ventre, qui t'écrasait ? Tu as pu t'échapper, dis ? Avec ton sourire en poche maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ? "C'est comme une mécanique qui se met en marche, toute seule, lorsque le vide se fait. C'est comme si le corps, le coeur, pouvaient fonctionner sans qu'on leur demande, et ça tombe plutôt bien, car on n'a rien envie de leur demander, à ce moment-là. Juste pouvoir s'envoler, avec l'âme du parent perdu, car sans elle, lui, on est perdu, soi aussi. Comment on fait, sans celui/celle qui nous a montré le soleil filtrer entre les branches d'un arbre ? Comment on fera, la prochaine fois qu'on tombera, puisqu'il ou elle n'est plus là pour nous relever, me prendre dans tes bras, me dire que bientôt je n'aurai plus mal ? Comment je fais, pour ne pas maudire tous les gens de ton âge, ou même bien plus, qui déambulent dans la vie comme si de rien n'était, comme si elle n'avait pas changé ?Oui, tout est différent, la lumière des lampadaires, agressive, ou blafarde, n'est plus seulement la lumière d'un lampadaire. Le silence a changé, lui aussi. Plein de toi, du vide qui n'en finit pas de me remplir, de moi qui n'en finit pas de ne plus pouvoir vieillir. Les autres, autour, avec leur "sac plein d'amour" qu'ils portent à bouts de bras, ne sont plus seulement les autres, mais des témoins, des preuves que tu es bien dans ce cercueil, que c'est bien toi qu'on va mettre dans le noir pour toujours, toi qui m'a fait voir le jour.Oui, mon corps s'est arrêté, mon coeur a pilé, net, sans prévenir, laissant des traces de toi sur ma peau, anesthésiant provisoire, en attendant que je réalise. Mais réaliser quoi ? Ton absence qui emplit tous les recoins de la maison ? La porte de ta chambre qui semble prendre toute la place dans le couloir ? Les bruits de cuisine qui ne seront plus jamais les tiens ?Et ce géant, de 4,50m, qui semble mettre une éternité pour s'asseoir, repliant ses jambes en accordéon. Ce géant, le maîtres des ombres, capable de pleurer de la neige, de se transformer en arbre mort, que fait-il là ? Pourquoi suis-je le seul à le voir ? Et pourquoi ces trois livres, comme si j'avais envie de lire... comme si j'avais envie de quoi que ce soit.... et c'est quoi cette ombre, qu'il m'a refourguée, dont je ne sais que faire. Si seulement je pouvais me fondre en elle.. un moment.. le temps de... mais le temps de quoi ?Un trentenaire qui perd sa mère, c'est avant tout un enfant qui perd sa maman. Et y a pas d'âge pour l'accepter. Y a pas d'âge pour accepter la victoire de la maladie sur ses rêves d'enfant, ses comptines d'antan, ses gateaux encore tout chauds. C'est pas qu'on y avait encore droit, aux comptines, aux histoires du soir, bien au chaud, dans ses mots, sa voix qui nous enveloppe. Mais maintenant, c'est sûr, c'est définitif, y en aura plus. Plus jamais il/elle nous racontera d'histoire. Y en a plus qu'une avec laquelle je vais devoir vivre, et c'est la mienne.Comment je fais, entre l'anesthésiant des premiers jours, et les souvenirs supportables ? C'est quoi, tout ce noir, là ?Une "mécanique du coeur", un "Alice au pays des mères qui veillent un peu moins longtemps que d'autres".Hasard ou pas, j'me suis retrouvée à lire Le Combat ordinaire, en même temps.. Et ça colle bien. Même si le sujet central est différent. Quoique, dans les deux il est question de deuil.. Mais pas forcément des mêmes personnes.

absolu
08/03/09
 

Ce roman aux allures de conte autobiographique est un petit bijou, mais un bijou auquel il manque quelques perles pour qu’il soit parfait.J’ai été contente de retrouver un style d’écriture que j’avais tant aimé dans « La mécanique du cœur », mais dans « maintenant.. », j’ai parfois perçu quelques faiblesses que je n’ai pas ressenti dans « la mécanique du cœur ». Ce dernier ayant été écrit après l’autre, cela n’en est que plus encourageant et m’incite à m’intéresser aux autres œuvres de Mathias Malzieu. Pour en revenir à l’histoire de ce conte, il s’agit donc de Mathias, 30 ans, qui vient de perdre sa mère et tente de faire face à son chagrin. Malgré son âge adulte, le ton employé, ses réactions parfois ont quelque chose de très enfantin, et j’ai beaucoup apprécié, trouvant que cela donnait plus de force au récit. Après tout, nous restons toujours des enfants pour nos parents, n’est-ce pas ? J’ai aimé faire la connaissance de Giant Jack, ce géant de 4m50 qu’on retrouvera dans « la mécanique du cœur ». Il est omniprésent tout en sachant se montrer discret quand il le faut. Il va remonter le moral, ou bien guider selon les moments. Un peu comme un ami, en quelque sorte. Et puis, il y a même des moments où il nous fait bien rire !! Ce conte nous parle de la mort d’une mère, du deuil et de la vie après une telle épreuve. Un sujet difficile et triste donc. Cependant, même lorsque le personnage se pose milles questions, qu’il ressent du chagrin, cette histoire ne se veut aucunement larmoyante. Il y a dans ce texte un véritable message d’espoir, ou plutôt un message qui nous dit que la vie continue malgré tout. Si j’ai dit plus haut que ce livre était un bijou imparfait, c’est à cause de son côté magie des mots que je ne trouve pas toujours bien exploité. Les jolies phrases, les beaux mots, c’est agréable mais ça ne fait pas tout. Et par moment, il manquait pour moi un peu de consistance dans les propos ou dans le ressenti. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on était dans la mièvrerie, mais on s’approchait dangereusement de cette frontière. Chose que je n’avais pas trouvé dans « la mécanique du cœur », ou qui du moins était beaucoup mieux exploitée.J'ai attribué 3/5 à ce livre, mais il en mériterait 1/2 de plus.

Nelcie
16/06/12
 

Un jour d'automne, Mathias et Lisa sont orphelins, leur maman est morte, il leur reste le vide, la douleur, les souvenirs et leur papa.« Est-ce qu'il ne fait pas trop froid là-bas, […] ? Maintenant il fait tout le temps nuit sur toi. » (page 13, début du récit).Après les nombreuses interrogations, c'est le temps du deuil, de l'analyse de situation, d'une façon toute poétique.« 19 h 30, « c'est fini ». Dans l'horloge de ton cœur, la petite aiguille ne remontera plus jamais vers midi. » (page 15).La maladie, l'hôpital, le « service après-vente de la mort », la peur, la douleur, le vide...« Je n'ai pas réussi à tordre les horloges, je n'ai pas réussi la magie, ni l'amour ni la médecine ni rien. » (pages 18-19).« Le silence est partout, épais comme une dalle. On quitte le bâtiment. » (page 19).« Ce n'est pas vraiment du froid, c'est cette nouvelle chose : le vide. » (page 23).Puis, malgré le vide, le questionnement des vies des vivants, faut-il faire semblant de vivre ou faut-il continuer à vivre ?« Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? » (page 27).Sur le parking de l'hôpital de Valence, alors qu'il attend son père et sa sœur partis chercher des vêtements pour la défunte, et son oncle maternel qui doit arriver, le jeune homme triste et désemparé voit apparaître dans la nuit Giant Jack, Jack-le-Géant, qui soigne les gens « atteints de deuil ».Mais ce géant plus que centenaire soigne avec des ombres et « c'est un traitement dangereux. Car les ombres, mon garçon, sont des portes ouvertes sur le pays des morts. » (page 42).Le traitement, en plus des ombres ? Les livres !« Les livres sont des accessoires non-accessoires pour se battre contre la nuit éternelle ». (page 44).Et le rêve !« Rêver maintenant ? – Maintenant ! C'est ta meilleure arme pour rester vraiment vivant. C'est d'ailleurs le cas pour tout le monde. » (page 82).[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
05/06/12
 

J'ai profité d'une réédition du premier roman de Mathias Malzieu (auteur également, entre autres, de La mécanique du coeur, et chanteur du groupe Dyonisos) pour me plonger dans cet étrange conte. Le mélange entre la description très réaliste de la douleur de la perte d'un être cher et l'introduction du personnage fantastique de Giant Jack est un peu déstabilisant, mais fonctionne plutôt bien une fois qu'on accepte de rentrer dans le monde très poétique et métaphorique de Mathias. L'écriture est très riche et musicale, avec un gros travail sur les images et le rythme. Un beau texte à (re)découvrir. http://chezradicale.canalblog.com/

Radicale
19/03/12

Mon résumé : Ce livre commence comme un récit, une sorte de biographie. Le narrateur a perdu sa mère suite à une maladie à l'âge de 30 ans et nous relate le gouffre dans lequel cet événement le plonge, comment combler le vide, comment faire face aux ombres qui envahissent les lieux, comment faire semblant ? Puis, doucement, on retrouve la "douce folie" de Mathias Malzieu : un géant vient lui proposer une ombre protectrice qui viendra contrer ces méchantes ombres qui ont envahi son quotidien. Ce géant vient régulièrement lui rendre visite afin de lui apprendre à continuer, à faire face et à apprendre à vivre avec cette tristesse infinie dans la tête et dans le coeur. Mon avis : Les premiers chapitres de ce court récit sont tout simplement plombants ! La situation est noire tout comme la couverture d'ailleurs. Je me suis sentie très mal à l'aise, oppressée par ces premiers chapitres. Fort heureusement, le géant intervient assez vite et apporte une petite dose de bonne humeur, de tendresse voire d'humour à toutes ces mauvaises ondes. Certaines situations sont comiques dans la tristesse, d'autres même loufoques mais jamais Malzieu ne se départit de sa symbolique ''douce folie" que j'avais tant apprécié dans La mécanique du coeur.Au final, un beau roman, certes très dur, mais très bien écrit et dont on ressort grandi...

anna44
02/02/12
 

Ce conte autobiographique nous plonge dans un univers onirique que j'aime beaucoup. D'ailleurs, c'est la couverture montrant un univers à la Tim Burton qui m'a décidée dans mon choix. Écrire ce livre a dû être un exutoire au deuil pour Mathias Malzieu lors du décès de sa maman des suite d'une longue maladie. Il nous décrit avec beaucoup d'émotions le vide que représente cette perte pour lui, mais aussi pour son père et sa soeur.La suite sur mon blog. Dolphyone (Laeti d'histoires-de-livres)

dolphyone
23/01/12
 

Comme dans un rêve triste et magique Mathias Malzieu, auteur compositeur du célèbre groupe de rock Dionysos, réussit un coup de maître dans cette autobiographie. Il raconte son deuil en promenant le lecteur dans un univers fantastique et métaphorique!

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

En conclusion un très beau livre qui procure différents sentiments tout le long de la lecture. Il y a de la poésie mais je trouve que l'écriture est plus simple, donc plus de compréhension par rapport aux autres livres lu de cette auteur, même si certains passages sont digne de Monsieur Malzieu :). Vous l'aurez compris mon préféré que je vous conseils :) blogueuse et booktubeuse passionnée :)

lalectricedyslexique
21/05/15
 

Comme dans un rêve triste et magique Mathias Malzieu, auteur compositeur du célèbre groupe de rock Dionysos, réussit un coup de maître dans cette autobiographie. Il raconte son deuil en promenant le lecteur dans un univers fantastique et métaphorique!

90015898
19/09/14
 

Si je devais avoir un livre sur une île déserte, ce serait certainement celui-là. Il est bourré d'émotion, tellement de tristesse et de désespoir en même pas 150 pages... J'avais les larmes aux yeux au début, puis je n'arrêtais pas de pleurer, tellement j'étais touchée par la tristesse qui se dégage entre les pages... J'avais envie de prendre Mathias dans mes bras et de le consoler. (Bien évidemment, je ne pouvais pas). Il écrit des phrases tellement émouvantes ! Ce livre m'a marquée ! J'adore la couverture et le titre. Il rentre dans ma liste de livres à relire, encore et encore ! Si vous n'avez pas lu ce livre, n'attendez pas une seconde, sinon, vous ne savez pas ce que vous ratez...

Plumange
17/05/14
 

Même s’il reste aussi bien écrit, Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi m’a moins charmée que mes deux précédentes lectures ( Le plus petit baiser jamais recensé et La mécanique du cœur). Cette plume particulière, imagée à souhait et tellement délectable métamorphose les mots en poésie. Alors si j’ai moins apprécié ce texte pourtant émouvant, je pense que c’est parce que je me suis habituée aux histoires d’amour de l’auteur et que le sujet abordé ici ne collait du coup plus à mes attentes. Loin d’être une déception, l’univers fantastique et l’écriture de Mathias Malzieu restent un réel plaisir, mais sont ici plus graves et plus sombres. Personnel, le texte est du coup chargé en émotion, mais garde tout de même une certaine pudeur. On sent combien la détresse et la tristesse de l’auteur sont grandes. L’intervention du fantastique (avec la présence de Giant Jack) lui permet de faire son deuil et nous présente son mal être de façon onirique, parfois tout de même avec aussi une bonne dose de colère, juste et légitime.................... Stéphanie Plaisir de Lire

Mathias vient de perdre sa mère, décédée des suites d’une longue maladie. Très difficile épreuve que de perdre un proche. Encore sous le choc et l’émotion de l’annonce, il trouve parmi les affaires de sa mère, qui lui ont été remises après son décès, une horloge cassée, sur laquelle sont inscrites les "coordonnées" de Giant Jack, un géant "docteur en ombrologie, spécialiste des problèmes de vie malgré la mort". A la fois fasciné et dubitatif, Mathias prononce la formule permettant de faire apparaître Giant Jack. C’est ensuite au fil des pages que l’on suit ces deux personnages, Jack aidant Mathias, à sa façon, à continuer à vivre et à accepter le terrible bouleversement survenu dans sa vie personnelle.C’est dans une atmosphère plutôt onirique que se déroule l’histoire. De la poésie, de la tendresse, et du sourire sont au programme de ce roman (malgré l’évidence de la gravité du sujet et l’immense peine ressentie par le personnage). Il est en grande partie autobiographique, au-delà de l’introduction du fantastique dans le roman. Je l’ai perçu comme un livre qui aurait servi d’exutoire pour son auteur, mais avant tout comme un vrai hommage à sa mère. Les sept parties qui composent le roman m’ont fait penser aux différentes phases traversées durant une période de deuil, comme le parcours qu’effectue Mathias, avec Giant Jack comme soutien, pour surmonter la perte de l’être cher. Il est impossible de ne pas s’attacher à ces deux personnages, difficile de les quitter à la fin du livre. J’ai fait le choix de classer cette chronique à la fois en lecture adulte mais aussi en lecture ado. Je sais qu’il existe une édition de ce livre dans la collection Tribal de Flammarion, réservée aux 12-16 ans. Je pense effectivement que l’univers de Mathias Malzieu plaira, pour ceux qui ne le connaissent déjà pas, à ces deux types de publics (adulte et ado). De plus, le sujet est (malheureusement) susceptible de toucher tout le monde, et certains y verront peut-être un moyen de projeter leur histoire personnelle pour s’aider à mieux l’accepter…’ai apprécié découvrir l’univers de Mathias Malzieu, que je ne connaissais que de nom. Je me demande encore comment j’ai bien pu passer à côté de cela. Erreur réparée, bien heureusement. Je ne compte pas m’arrêter à cette lecture, j’ai envie d’en découvrir plus sur l’oeuvre de cet auteur. Mel (Lis-moi si tu veux)

un flyer
30/12/13

Livre lu dans le cadre du challenge Livra’deux pour Pal’addict, organisé par Livraddict et auquel je participe avec Stellade. Merci à elle pour cette découverte !Peut-on faire le deuil d’un être aimé ? Comment surmonter la perte d’une mère partie trop tôt ? Mathias Malzieu n’a que trente ans lorsque sa mère décède, emportée par la maladie. Sans elle, son monde s’écroule, ses repères se disloquent, un vide immense s’installe. Mais alors qu’il sent la douleur l’anéantir, Jack, un géant de 4,50m « docteur en ombrologie », se présente à lui. Sa spécialité c’est de soigner les gens atteints de deuil, en leur confectionnant des pansements pour le cœur capables, non pas de faire disparaître la douleur, mais au moins de l’atténuer. Le jeune homme décide d’accepter les services de cet étrange compagnon, à la fois inquiétant et réconfortant. Une association qui le conduira au pays des ombres, là où se trouve sa mère, mais où les vivants n’ont pas leur place…Avec ce récit de deuil aux allures de conte fantastique, Mathias Malzieu nous livre l’histoire de son drame personnel dans un texte bouleversant, à la fois touchant et douloureux. Sans détours, il dit la souffrance, le refus d’accepter le pire, le vide impossible à combler que provoque la perte d’un être cher. Il raconte le poids de la solitude qu’il faut porter seul, la peine dévastatrice, si profonde, si intime qu’elle est impossible à partager. Il nous dit le long chemin vers la guérison, jamais complète mais nécessaire pour continuer à avancer... Comme toujours, on retrouve cette poésie dans l’écriture de Mathias Malzieu, qui permet d’aborder un sujet difficile avec subtilité et délicatesse. L’onirisme est omniprésent dans cette réalité transformée en cauchemar, mais où subsiste l’espoir de traverser la frontière qui sépare les vivants des morts. On ne peut être que touché par la mélancolie désarmante de l’auteur. Impossible de rester insensible devant cette mise à nues des sentiments ! Un joli texte, riche en émotions et en apprentissages.

Mokona
05/05/13
 

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi est le premier roman de Mathias Malzieu, surtout connu pour être le chanteur du groupe français Dionysos. Les amateurs de ce groupe retrouverons d'ailleurs dans ce roman le style décalé propre à l'auteur.A travers la tristesse de son histoire, l'auteur réussit à nous emmener dans son univers irréel et presque absurde, digne des films de Tim Burton. Des personnages ordinaires se mêlent à d'improbables alliés, comme le fameux Giant Jack (que l'on retrouve dans l'un de ses albums).Plusieurs thèmes présents dans ce roman comme la mort, le deuil mais aussi l'amitié, sont traités avec sérieux mais dans une tonalité éminemment fantastique. Cela permet sans aucun doute d'apporter une vision moins abrupte de la réalité et d'aborder ces graves sujets avec un recul donné par la présence de ces petites touches décalées.Si l'histoire est prenante, le style d'écriture est quant à lui court et incisif, et parfois absurde. Chaque mot écrit est comme un coup asséné par l'auteur dans l'esprit du lecteur. C'est comme un cri de désespoir sorti de la plume de Mathias Malzieu.Le lecteur attentif pourra également ressentir une peur enfantine cachée derrière ces phrases courtes : celle de la disparition d'un parent proche et de l'inconnu qui arrive forcément après elle. Cette peur se retrouve tout au long du texte, par des tournures de phrases plus longues que les autres, ce qui pour moi accentue l'effet poignant de la lecture de ce roman.La lecture de ce roman apporte beaucoup plus au lecteur qu'un long discours sur la mort de ceux que l'on aime et les meilleurs conseils pour l'appréhender.Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi est un roman qui s'inscrit dans la digne lignée d'un Alice au pays des merveilles ou d'un film de Tim Burton. Mathias Malzieu mérite à être connu aussi pour son travail d'auteur.

Aranae
18/03/13
 

Mathias, la trentaine, vient de perdre sa mère. Alors qu'il est tout entier à sa douleur, Giant Jack, un géant de près de 4m, l'aborde. "je suis Jack-le-Géant, docteur en ombrologie. Je soigne les gens atteints de deuil en leur administrant plâtres et cataplasmes pour le coeur, fabriqués à partir de mon ombre". Et voilà, comment démarre cette aventure pour Mathias. Il voudrait tellement rejoindre le pays des Morts, pour la voir, la sentir une dernière fois. Ce roman aux accents fantastiques est tout simplement beau et touchant. J'avoue avoir eu du mal à entrer dans cet univers très particulier mais l'écriture de Mathias Malzieu m'a emportée. On se retrouve vraiment au centre d'un conte, où un petit garçon (pourtant déjà grand) doit accepter l'idée de la mort de celle qui l'a toujours protégé. Une écriture enfantine, douce et poétique.

floaimelesmots
02/02/13
 

L'univers de Mathias Malzieu est toujours poétique et onirique. C'est un vrai plaisir de se plonger dans ce roman. L'auteur a su rendre son livre très touchant et plein de réflexion. J'ai beaucoup aimé cette façon de traiter un sujet si important. J'ai passé un bon moment en le lisant.

cachou0393
25/12/12
 

Mathias, trente ans, vient d'apprendre le décès de sa maman. Avec son père et Lisa, sa sœur, ils se retrouvent désemparés, anéantis, perdus. Plongés d'un seul coup dans le chagrin , le deuil, la solitude.Perdu entre le monde des vivants et celui des morts, et renouant avec son âme d'enfant, Mathias va rencontrer un étrange personnage: Giant Jack, un géant « ombrologue » et insolite, semblant tout droit sorti de l'univers de Tim Burton. Ce géant va lui servir de guide pour surmonter cette épreuve, qu'il devra pourtant affronter seul. Un long chemin commence alors pour lui, où les ombres du passé et de l'amour viennent sans cesse lui rappeler l'absente : une odeur, un bruit, une sensation tout le ramène à Elle .Ce texte très poétique et sans pathos, nous rappelle que même au plus fort du chagrin, du deuil, la vie est là qui se rappelle à nous.

dvan
19/12/12
 

"Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" : cette phrase rythme le premier chapitre, puis revient à plusieurs reprises dans le texte. Sur toi ? Sur la mère du narrateur, qui vient de mourir. Et cette mort plonge le narrateur dans des abîmes de perplexité : que se passe t-il une fois le cercueil fermé ? Et comment vit-on avec le chagrin qui suit la mort de sa maman ?Pour continuer, il se réfugie dans un monde où il rencontre les personnages qui pourront le soulager : le géant Jack, qui lui prête un bout d'ombre pour tenir le coup, un acacia qui tiendra compagnie à sa mère. Et peu à peu, il parviendra à prendre le dessus.Ce roman du chanteur du groupe Dionysos est vraiment un très beau moment de lecture. Sur un sujet très délicat, Mathias Malzieu parvient par le biais du fantastique à écrire une oeuvre intime, personnelle, émouvante. L'ensemble est sensible, sans aucun temps mort, et le tout se lit d'une traite.J'ai été touché par cette écriture, par cette autobiographie originale qui traverse tous les sentiments et toutes les périodes difficiles qui accompagnent un deuil. La rencontre avec le géant Jack, "docteur en ombrologie", permet de prendre la distance nécessaire vis à vis de l'événement fondateur du livre. On suit ainsi un jeune homme, en train de s'épanouir dans sa passion musicale, redevenir un enfant perdu dans un monde d'adulte qu'il ne comprend pas. Les réactions, pleines de force et de retenue, de son père ou de sa soeur lui paraissent ainsi surhumaines. L'incursion du fantastique permet également de faire naître des moments poétiques, comme celui où Jack fait tomber de la neige dans le jardin en plein été.C'est vraiment un ouvrage que je recommande chaudement, car il est modeste, très personnel et aucunement voyeur. Un beau témoignage d'une période traumatisante.

Yohan59
29/11/12
 

Je n'ai pas accroché, ni au style d'écriture, ni à l'histoire. On sent que ce livre est autobiographique mais je n'ai pas réussi à rentrer dedans...J'ai quand même été émue de cette histoire écrite en hommage à sa maman mais sans plus...Pour moi, ce livre est une déception. Heureusement qu'il ne fait que 151 pages, sinon, je ne pense pas que je l'aurai lu jusqu'au bout...On m'avait énormément parlé de cet auteur et de son livre La mécanique du coeur. J'aurai sans doute dû commencer par celui-ci...Reste à savoir si je tenterai de le lire ou pas...

Laetydu79
16/08/12
 

C'est le second roman que je lis de Mathias Malzieu (j'ai lu, il y a quelques temps maintenant, La mécanique du coeur que j'avais beaucoup apprécié). Dès que j'ai eu connaissance de ce roman j'ai voulu me le procurer et d'ailleurs je me souviens avoir eu un peu de mal à le trouver.C'est un court roman de 150 pages qui évoque la perte d'un être cher, sa mère. On va suivre dans ce roman le deuil de Mathias, il va être poursuivit par une ombre géante qui va l'aider à sortit la tête de l'eau, Geant Jack. On retrouve tout l'univers de Mathias Malzieu : poésie, douceur et tendresse, bien que le sujet soit douloureux. On est plongé dans le monde imaginaire que se créé le personnage pour traverser cette épreuve.

Bookinwoman
18/07/12
 

Ça se lit comme un poème, ça se dévore et ça fait mal au ventre, c'est beau et triste, c'est envoutant. Et les descriptions sont vachement bien foutus, les métaphores trop bien. A lire ne serait-ce que pour Jack !Et c'est triste, parce que subir une perte n'est jamais joyeux, parce que ça rend malheureux mais qu'il faut continuer à vivre.

lasurvolte
30/10/11
 

RêveriesMathias Malzieu, auteur compositeur dans le très connu groupe de rock Dionysos, est également écrivain. On pourrait s’y attendre avec toute la poésie qui émane de ces chansons également narratives à l’occasion. C’est donc avec sa plume si particulière, emplie de musique, de poésie mais aussi de noirceur que Mathias Malzieu va se mettre à écrire. Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est son premier roman publié, après 38 mini westerns avec des fantômes, un recueil de nouvelles...

constance93
22/04/11
 

Je n’ai pas du tout accroché avec ce livre dès le départ. Je n’ai pas retrouvé le petit côté magique de « La mécanique du cœur ». Alors vous me direz que le sujet n’est pas facile à aborder, la mort, le deuil… Mais j’ai trouvé que le récit était très répétitif et pas très rythmé. De plus, dans « La mécanique du cœur », j’avais été impressionnée par l’originalité de l’histoire et des personnages que je n’ai pas trouvé attachants dans « Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ».

liliwenn
14/03/11
 

Un trentenaire (l'auteur ?) perd sa mère après une longue maladie. Il vit et narre les étapes de son deuil , auprès de son père et de sa sœur ......et finalement reprend goût à la vie à l'aide d'un géant. Il faut acheter ce livre, ou tout du moins le lire.....juste pour cette histoire universelle. Les mots simples de Mathias Malzieu sont magnifiques. Tout dans son écriture transpire l'émotion......jusqu'au titre sublime de cet ouvrage "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ". Lisez-le !!!! et si vous êtes chanceux (c'est-à-dire que vous n'avez pas encore lu "La mécanique du coeur" du même auteur) , vous y découvrirez la genèse de certains personnages.

Cave
13/03/11
 

C'est le récit d'un deuil, avec toutes ses étapes. Du déni à la souffrance, jusqu'à l'acceptation, cette histoire est extrêmement prenante, émouvante, bien écrite. Rien ne sera comme avant, le manque est imparable, la douleur insondable. Difficile d'écrire sur ce sujet sans sombrer dans le pathos, Malzieu y parvient. laurence

laurence
29/11/10
 

Ayant commencer à entrer dans l'univers de cet auteur par "La Mécanique du coeur", je me dis que j'aurais dû commencer par ce roman, car certains thèmes de "La Mécanique" prennent corps dans ces pages. Je n'ai pas accroché au personnage de Jack, mais j'ai beaucoup aimé la description du deuil du personnage principal. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
28/11/10
 

Très belle évocation du deuil L'écrivain-chanteur nous emmène avec lui du jour où il apprend le décès de sa mère jusque dans les jours qui suivent, accompagné par un géant imaginaire. Ce géant Burtonien l'aide à traverser cette épreuve de deuil et à retrouver petit à petit les petits bonheurs de la vie.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition