Mal de pierres ; comme une funambule

AGUS, MILENA

livre mal de pierres ; comme une funambule
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 07/01/09
LES NOTES :

à partir de
5,60 €
nos libraires ont adoré mal de pierres ; comme une funambule

SYNOPSIS :

L'héroïne de ce roman rêve de l'amour idéal. À trente ans, on la considère déjà comme une vieille fille, dans une Sardaigne qui connaît les affres de la Seconde Guerre mondiale. Et lorsqu'elle conclut une union très attendue, c'est en affirmant haut et fort que ce n'est pas par amour mais par raison. Comme son unique enfant, l'amour se fera attendre. Elle finira par le rencontrer sur le Continent, lors d'une cure thermale destinée à guérir son « mal de pierres
», des calculs rénaux, mais qui aura raison aussi de son « mal d'amour ». À sa petite-fille, elle racontera quelques décennies plus tard ses émotions, ses cheminements, tout en laissant des zones d'ombres. La vérité ne se recomposera que longtemps plus tard, de façon inattendue, lorsque la dernière pièce du puzzle se retrouvera entre les mains de la narratrice. Mais quelle est au juste la vérité ? et où se situe-t-elle entre la raison et la folie ?
La narratrice de ce livre est la petite fille de l'héroïne, elle parle de sa grand-mère comme d'une femme souffrant du mal de pierre mais surtout du mal d'amour. Un texte subtil et extrêmement émouvant. Un petit bijou.
Nathalie ,
Librairie
(Lille)
8 personnes en parlent

«Dans chaque famille, il y a toujours quelqu'un qui paie son tribut pour que l'équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s'arrête pas». Voilà qui pourrait signifier tout ce roman. C'est le portrait d'une femme, mais quelle femme ! Une qui ne cède pas souvent pour protéger ses rêves, ses désirs, sa folie intérieure. Dans un récit à 2 voix, on découvre aussi la Sardaigne au lendemain de la guerre, sèche, chaude, traditionnelle et "castratrice", dans le sens qu'elle brime les désirs et les femmes. Un texte magnifique. Une merveille. laurence

laurence
18/11/13
 

Je n'irais pas par quatre chemins, j'ai été déçu par ce livre dont on m'avait tant vanté de bien. Je me suis ennuyé et aucun des petits rebondissement n'a réussi à renouveler un intérêt qui avait très vite disparus. Je ne le nie pas, l'histoire est belle, sobre, distillé lentement (trop peut-être à mon goût) mais les émotions, l'humour et les personnages m'ont survolé. Aucune des vies racontés ne m'ont touché, aucun des personnages ne m'a attiré.Bref, un livre qui n'est pas tout a fait à mon goût …

Lacazavent
01/06/13
 

Je dois être dotée du Quotient Emotionnel d'une blatte car Mal de Pierres m'a laissée de marbre . D'ailleurs j'ai lâché prise page 59 tant l'intrigue m'a parue désuète ,et fastidieux ces incessants retours en arrière.Les personnages me semblaient soit gesticuler et vociférer soit rester corsetés dans leurs petites vies.Du style je ne vous dirais rien car je n'ai rien remarqué à part l'impression tenace et désagréable de tenir entre les mains un livre jauni et à moitié moisi, sensation désagréable s'il en est. cathulu

cathulu
09/08/12
 

Celle qui raconte, c’est la petite-fille. Son père aimait le piano plus que tout, sa mère aimait son père plus que tout, alors elle était souvent laissée chez sa grand-mère, qu’elle a aimé « comme il faut » et dont elle nous raconte ici l’histoire.Sardaigne, seconde guerre mondiale, une beauté étrange et déjà trentenaire épouse par raison un veuf quarantenaire ; l’amour n’est pas là, et ne viendra jamais. Ce qui n’empêchera personne de vivre sa vie, lorsque les portes sont closes on ne connait jamais l’intimité profonde des foyers.Et je n’en dis pas plus ! Dès les premières lignes, de toute façon, vous êtes piégés, il vous faudra tout lire, tout aimer, et relire encore et encore la lettre finale qui offre un éclairage –finalement très logique, mais – différent à ce que vous venez de lire. Sylvie Sagnes

SagnesSy
21/07/12
 

Qu'est-ce qui se cache derrière ce petit livre de 152 pages à peine et de cette couverture montrant le buste d'une femme de dos, nue, cheveux noirs relevés en chignon ? Eh bien, il se cache une histoire d'amour, une histoire de maladie, une histoire de famille, le tout sous une écriture poétique et très sensible.Je n'ai pas l'habitude de lire des romans contemporains. Ca ne m'attire pas vraiment et ils ne recèlent pas ce que je cherche au travers des lectures. Celui-ci m'a été offert dans le cadre d'un swap et j'ai tout de suite aimé la couverture. Elle est pleine de mystère et, surtout, pourquoi une photo floue pour illustrer ce court récit ?Je pensais que le livre allait traîner un moment sur mes étagères mais finalement, il en est sorti bien vite. Envie d'une lecture courte et, hop, je me lance dedans.Et ce fut une jolie découverte. Très émouvante, avec une fin qui surprend, qui fait mal aussi j'ai trouvé ; mais qui va parfaitement avec le ton de l'histoire et avec la personnalité du personnage principal. Dans ce livre, il s'agit d'une femme qui raconte l'histoire de sa grand-mère paternelle. Une grand-mère un peu hors du commun puisqu'elle souffre d'un "Mal de pierres" (des calculs rénaux). Mais est-ce sa seule maladie ? Peut-être qu'il y a aussi quelque chose dans sa tête. Une personne un peu floue, comme la photographie de couverture.Une sorte de récit familial donc, et écrit avec tellement de tendresse, d'émotions, que cela peut vraiment donner les larmes aux yeux à la fin du livre.Je m'attarderai sur la particularité des personnages : aucun d'eux n'est cité par son prénom, son nom de famille. Ils sont nommés par leur qualificatif au sein de la famille : "Grand-Mère", "Grand-Père", "Le Rescapé", "Papa, "les Grandes Tantes", etc. Je me suis dit que ça pouvait représenter n'importe quelle famille. Car toute famille a des secrets, a en son sein une personne un peu en décalage.C'est une lecture qui m'a plu par la finesse de l'écriture et par la douceur de l'histoire. Marylin

marylinm
07/12/11
 

Un livre très bref pour un thème profond sur des sujets graves (l'amour, la maladie, …).Un style très simple et brut qui permet d'aller rapidement à l'essentiel et de pouvoir balayer l'ensemble du récit en très peu de pages.L'histoire est un peu étrange par moment mais toujours intéressante. Elle permet notamment de se plonger dans la Sardaigne du milieu XXème siècle et de découvrir les différents personnages d'une famille.L'ensemble prend davantage de profondeur après réflexion à la fermeture du livre.Même si j'en ai apprécié la lecture, ce livre ne m'a pas particulièrement touchée ou émue comme de nombreux lecteurs et critiques littéraires avaient pu le ressentir … peut-être trop court pour vraiment m'y investir et pouvoir ressentir de la compassion ou juste des thèmes qui ne me touchent pas de près ? Maylany

Maylany
25/09/11
 

L’écriture et les histoires de Milena Agus sont tissées de finesse, de grâce et d’une certaine légèreté mélancolique. Elle nous conte, dans ce court roman, à travers le regard de la petite-fille de l’héroïne, la quête de sa grand-mère ; une femme qui passe dans son village pour être mentalement dérangée alors qu’elle recherche seulement le véritable amour de sa vie et sera à tout jamais malheureuse dans son mariage et son foyer, incomprise de ses proches sauf de sa petite-fille et de sa bru. L’auteur nous offre une histoire familiale poignante avec une héroïne attachante et bouleversante avec pour décor l’Italie et plus particulièrement la Sardaigne. Le style est extrêmement bien travaillé, fluide, sobre et la fin de l’ouvrage nous surprend agréablement ; ce qui prouve le potentiel narratif de cette auteur sarde, encore méconnue mais qui ne le sera plus très longtemps car un talent comme le sien ne reste jamais caché et ne demande qu’à s’exposer en pleine lumière.

SophieC
28/07/11
 

Difficile de raconter ce roman. Déjà parce que la narration n'est pas linéaire, et la raconter chronologiquement enlève tout son piquant. Puis parce que deux points de vue se mêlent dans ce roman : celui de la grand-mère et celui de la petite fille. Et finalement parce que la vérité n'est pas forcément celle que l'on croit. A la manière d'un puzzle, pièce par pièce, et grâce à l'histoire des personnages secondaires, le lecteur comprend la véritable histoire de cette grand-mère. "Dans chaque famille, il y a toujours quelqu'un qui paie son tribut pour que l'équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s'arrête pas."Quand j'ai refermé le livre, je n'avais qu'une envie : le redécouvrir à la lumière de la fin ! En effet, tout n'est qu'une question de perspective. Voilà ce que semble dire ce court roman troublant.

leiloona
19/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.09 kg
  • Langage original : ITALIEN