Malamine, un africain a paris

EDIMO/MBUMBO

livre malamine, un africain a paris
EDITEUR : LES ENFANTS ROUGES
DATE DE PARUTION : 21/08/09
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 13 à 15 jours ouvrés
à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

Nous vous proposons l'histoire d'un Africain de Paris. Depuis la fin de ses études d'économie, il y a environ dix ans, il survit grâce à un travail qu'il méprise, celui de brancardier. Il habite une chambre de bonne, il n'a pas de copine attitrée. Il a peu d'espoir d'évolution malgré ses diplômes, et ne peut se résoudre à rentrer au pays en position d'échec. Malamine s'abîme dans cette frustration, qui l'amène à prêter l'oreille à un courant extrémiste noir présent en région parisienne. Dans son entourage, exclusivement africain (car il pratique sans le
reconnaître la ségrégation), personne pour l'aider à remonter la pente : il fréquente en effet soit des travailleurs immigrés qu'au fond il méprise car il les juge illettrés, soit d'anciens étudiants africains qui se sont intégrés économiquement et affichent leur réussite matérielle en France. Malamine n'est pas loin de taxer ceux là de vendus, tout en enviant justement leur train de vie. Il se trouve à un moment où il n'a plus la force et la patience de végéter plus longtemps, tout en étant dans l'incapacité de trouver une « issue honorable ».
3 personnes en parlent

" Malamine, si tu retournes en Europe, tu ne reviendras jamais ! " prédit la jeune femme. Mais Malamine, qui n'est pas "de la bonne tribu", n'a pas la force de rester en Afrique. A Paris ce fier diplômé de la Sorbonne est brancardier, dans l'attente de se rendre utile pour l'Afrique. Il rencontre Germaine l'infirmière française, Diane l'africaine sans-papier, Maurice le confident, Ntounou l'éditeur afrocentriste et l'ultranationaliste Osagefyo. Mais tous ont des influences contradictoires. Alors, pour ne pas se perdre, Malamine devra, tel un alchimiste, transformer ses frustrations en espérances.C'est un peu par hasard, en fouillant sur des blogs et sites traitant de l'Afrique et de sa littérature, que j'ai eu vent de cet album, signé par Edimo (auteur camerounais) et Simon-Pierre Mbumbo (graphiste camerounais).Vous pardonnerez les erreurs qui auront pu se glisser dans mon billet, mais j'ai lu cet album en avril dernier.Voilà un album fort intéressant: il confronte la lectrice blanche française que je suis aux angoisses, espoirs, dépit d'exilés africains dans la capitale. Ce point de vue est donc enrichissant car il m'a confronté avec le regard de l'Autre. Certaines réflexions m'ont dérangée ou mise mal à l'aise car elle traduisaient un très fort ressentiment à l'égard des Français et de la France, origine de tous les maux africains, et parfois on était proche du racisme et de la misogynie.En parallèle de la vie difficile à Paris de Malamine, un docteur en économie de la Sorbonne, qui se retrouve brancardier à l'hôpital pour pouvoir payer une chambre de bonne, les auteurs donnent à voir par petites scènes, l'état de l'économie africaine et surtout tous les problèmes liés au fonctionnement tribal ou ethnique des Etats africains; Ainsi Malamine, pourtant auréolé de son prestigieux diplôme parisien, ne trouve pas d'emploi dans son pays car il n'est pas de "la bonne ethnie". Il part alors, promettant à ses parents de revenir. 10 ans plus tard, il en est toujours au même point, passant ses soirées à se désespérer et maudire la vie, la politique, la colonisation etc. Entouré d'autres africains, certains clandestins, d'autres pas, il parle et philosophe. Les femmes servent, les hommes discutent jusqu'au bout de la nuit. S'imaginant changeant le monde. Et l'Afrique. Malamine le premier, lui le "sage", encourage ses compagnons à agir.Mais certains, dans leur envie de précipiter le changement vont passer dans des groupes où ils sont manipulés, l'un d'eux allant jusqu'au meurtre. Malamine est alors confronté aux conséquences de ses paroles. Et se pose finalement la question: la France seule est-elle responsable du malheur des africains?J'ai beaucoup apprécié cette réflexion intelligente et lucide sur l'Afrique et ses peuples à travers le prisme de Malamine. Questionnement, ressentiment, désespoir, joie de vivre en dépit des difficultés. Mais les auteurs ont eu aussi la lucidité de poser la propre responsabilité des peuples africains dans leur destin. Cela rend l'ensemble de l'album encore plus fort car libéré de la rancune (tout à fait compréhensible au demeurant) tenace et de l'excuse facile: "c'est la faute de la France".

Choupchoup
09/04/13
 

Drôle d'histoire. Tout au long, on ne sait que penser de cet immigré africain à Paris, diplômé, mais sans travail décent, qui prône le nationalisme... Qu'en est-il de la responsabilité de la France après la colonisation, comment accueille-t-elle les immigrés de ses anciennes possessions, qu'en est-il de l'intégration, du racisme... Edimo et Mbumbo ont voulu, dans cette bande dessinée, parcourir, de l’Afrique à Paris, un bout du chemin de l’un de ceux qui échouent. Observer comment l’impatience et le désespoir montent, et ce à quoi ils pourraient conduire. En filigrane ils parlent aussi de la France, qui ignore souvent tout de ceux qu’elle accueille, y compris à Paris, sa capitale : cette ignorance est-elle permise, aujourd’hui, en pleine mondialisation ? La chute nous ôte tout doute : cet album est magnifique, le dessin au crayon plein de mouvements, de vivacité, d'expression, on s'attache à ces personnages... Et il fait réfléchir... laurence

laurence
30/07/11
 

Magnifique Drôle d'histoire. Tout au long, on ne sait que penser de cet immigré africain à Paris, diplômé, mais sans travail décent, qui prône le nationalisme... Qu'en est-il de la responsabilité de la France après la colonisation, comment accueille-t-elle les immigrés de ses anciennes possessions, qu'en est-il de l'intégration, du racisme... Edimo et Mbumbo ont voulu, dans cette bande dessinée, parcourir, de l’Afrique à Paris, un bout du chemin de l’un de ceux qui échouent. Observer comment l’impatience et le désespoir montent, et ce à quoi ils pourraient conduire. En filigrane ils parlent aussi de la France, qui ignore souvent tout de ceux qu’elle accueille, y compris à Paris, sa capitale : cette ignorance est-elle permise, aujourd’hui, en pleine mondialisation ? La chute nous ôte tout doute : cet album est magnifique, le dessin au crayon plein de mouvements, de vivacité, d'expression, on s'attache à ces personnages... Et il fait réfléchir...

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 0.40 kg