Malefices

CHATTAM, MAXIME

livre malefices
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 10/03/05
LES NOTES :

à partir de
8,50 €

SYNOPSIS :

Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l'Oregon. C'est d'abord un employé de l'environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel... Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d'effraction dans les maisons.... Et puis se répand une épidémie singulière : les foyers de Portland sont envahis par
des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s'accumulent et la psychose s'intensifie. Et s'il n'y avait qu'une seule personne derrière tout cela ? Un être pas comme les autres. On commence à murmurer le pire : et s'il n'était pas humain ? Joshua Brolin et Annabel O'Donnel vont mener l'enquête, entrer dans la toile et faire face à l'impensable. Une nouvelle génération de tueur.
21 personnes en parlent

Ce tome est sans conteste mon préféré des trois et ce malgré ma phobie des araignées.On sent que Maxime Chattam a fait un énorme travail de recherches sur le plan des bêtes à huit pattes, c'est impressionnant et très agréable de le sentir maitriser autant son sujet de base.Ce fut un réel bonheur de retrouver Joshua, toujours aussi distant, torturé et inaccessible pour le commun des mortels.L'intrigue est excellente au possible, un tueur très bien travaillé et tout à fait crédible même si les méthodes employées sont juste bizarres et extrêmes.Le décor colle parfaitement à l'histoire et est très bien décrit.Le suspens est présent, montant crescendo, et nous laissant toujours dans l'inconnu quelques pages en stoppant le chapitre à l'orée d'un événement crucial et en orientant son récit sur un autre personnage.On se fait mener par le bout du nez sur toutes les fausses pistes que l'auteur nous laisse entrevoir en nous persuadant que nous sommes sur le point de faire mouche.Une fin ouverte qui ne m'a pas déplu sans pour autant me faire vibrer de bonheur.Un dernier tome coup de coeur qui donne des sueurs froides à tous les arachnophobes...A lire en compagnie d'une bombe insecticide et au moindre mouvement, pschittez!!!

bookworm02
27/12/12
 

Ce dernier roman clôt la trilogie d'une manière très surprenante. Des araignées qui sont à l'origine des maux de toute une population, elles envahissent, mordent, ...Mais qui sont derrière ces araignées ? C'est ce que nous fait découvrir l'auteur à travers l'enquête du même détective que dans les deux premiers romans de la trilogie, Joshua Brolin. Sa plume est exceptionnel, le maître du suspens est là pour nous tenir en haleine du début à la fin. On en redemande !

filou93
08/05/12
 

J'ai une fois de plus adoré ce roman de Maxime Chattam. Un peu moins marquant que les deux premiers, il ne manque cependant pas de suspense ni de retournements de situations ! Cette trilogie est vraiment géniale ! Je la conseille vivement à tout amateur de thriller.

cachou0393
28/02/12
 

C'est le premier livre de lui que j'ai essayé de lire. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans son univers mêlant des éléments de sciences fiction et d'enquête "policière". C'est sûrement cela qui fait son charme et je me suis d'ailleurs laissée tenter par certain de livres par la suite. Mais je n'ai toujours pas réussi à le finir. A réessayer !!

Melanie
18/02/09
 

Un dernier tome 3 de cette trilogie du mal qui montre un haut niveau d'horreur. La pression et l'horreur est au plus point.On retrouve Joshua Brolin et Annabel O'Donnel, rencontré dans le tome 2, qui reforme leur duo de profileur pour ce troisième tome. J'apprécie ces deux personnages qui sont toujours aussi bien travaillé et j'ai ressenti leur frustation de ne pas trouver le tueur mais également des sentiments qui évolue au cours de l'enquête.Ce troisième tome met en scène l'univers des araignées et leurs cocons. J'aime la façon dont Maxime Chattam nous emmène à découvrir différents indices pour faire avancer l'enquête. On se met également à chercher le tueur, à chercher pourquoi mais également Qui?Si vous fuyez les araignées, passez votre chemin. Je ne raffole pas de ces petites bêtes, mais en lisant ce livre j'avais l'impression d'avoir des araignées montés sur mes jambes.Comme à son habitude, Maxime Chattam nous emmène dans son univers, dans un univers haletant et flippant. Maxime Chattam ne déroge pas à sa façon de faire. On retrouve le même schéma que dans les deux premiers tomes mais personnellement je ne m'en lasse pas.C'est un très bon tome pour finir la saga.J'ai vraiment envie de découvrir ses autres romans mais également ses autres univers comme Autre-Monde. edwige

Edwige
27/12/15
 

Troisième tome de la trilogie du mal, le meilleur selon moi !Maxime Chattam nous transporte dans l’Oregon, au cœur de la forêt où Joshua a établi son refuge. Il s’apprête à rendre visite à Annabel, agent du FBI à New York, lorsqu’un crime curieux perturbe ses plans : le frère de son ancien collège, Salhindro, est retrouvé mort dans une clairière infestée de veuves noires, les traits déformés par la peur. Annabel le rejoint peu après ; ils vont enquêter tous deux avec acharnement pour traquer un nouveau tueur en série machiavélique, qui répand des araignées dangereuses au cœur de la ville et enveloppe ses victimes dans des cocons de soie…MaleficesArachnophobes s’abstenir ! Maxime Chattam sait toujours doser suspense, explications scientifiques et doute surnaturel. Et malgré mon aversion pour ces petites bêtes noires, j’ai beaucoup apprécié ce dernier volume, peut-être parce qu’il se déroule en grande partie dans la nature mais également parce que le tandem formé par Joshua et Annabel fonctionne bien. Je les ai donc quittés à regret et n’ose pas lire un autre roman de l’auteur, de crainte de ne pas m’attacher autant aux autres personnages… L’ensemble est très bien écrit, ce qui en fait une lecture fluide et agréable. Les pages se tournent toutes seules ! Une lecture idéale pour se détendre et se faire peur à la fois… p. 33 « La nature singulière de leur relation les fascinait tous deux. Ils n’étaient pas amants, ne l’avaient jamais été, ils étaient deux solitudes écorchées, deux voix perdues dans l’immensité et s’étaient trouvés à l’unisson. »p. 409 « A l’origine des araignées il y a une femme, elle s’appelle Arachné dans la mythologie gréco-latine, expliqua Annabel. Je ne me souviens plus de toute l’histoire mais je crois que c’était une paysanne extrêmement habile en tissage, et qu’elle a affronté Athéna, déesse des tisseuses, et l’a vaincue. Ce qui lui valut d’être transformée en araignée, condamnée à tisser pour l’éternité. »p. 536 « Le spectacle qui s’offrit à elle était digne d’un film de Tim Burton.La nature s’était développée en une véritable architecture alambiquée. Les racines d’un chêne poussant au sommet du talus sourdaient pour venir caresser le rocher de leurs doigts noueux, se transformant en arc, et même en voûte. »nymphéas littérature française

LeCottagedeMyrtille
14/12/14
 

Le dernier de la trilogie. celui que j'aime le moins mais il reste très bon ! jusqu'au bout on se demande comment, pourquoi ?! encore une fois on s'attache à Josh Brolin et quelle déception que ce soit le dernier volet, on en veut encore !! Chattam déborde encore d'ingéniosité et d'imagination, ses recherches sont poussées pour nous offrir le meilleur !

choukinette
05/10/14
 

J'ai découvert Maxime Chattam grâce à la célèbre trilogie du mal, j'ai tout de suite totalement adhéré à sa manière d'écrire, d'emmener le lecteur avec lui dans des thrillers époustouflants. Une nouvelle intrigue parfaitement menée, terrifiante et qui sème le doute dans l'esprit du lecteur. Toujours à frôler les frontières de la réalité et de la fiction. Excellent roman à lire sans modération ;)

CarpeDiem1981
01/10/14
 

J'ai adoré ce livre qui est plein de rebondissements. J'avais découvert le meurtrier (un peu trop facilement) mais l'auteur essaye de nous mettre sur d'autres pistes. Quel sujet ! Les araignées la peur de la plupart des femmes ! Je précise que je n'ai pas lu les deux premiers livres de la trilogie.

cloclo85
10/03/13
 

Pour le coup, je dois dire que j'ai mis plus de temps que prévu à lire ce livre. Non pas qu'il ne soit pas intéressant, juste que je ne pensais pas prendre autant de temps à faire ma valise pour partir ce week-end et que mon exemplaire de la trilogie n'est malheureusement pas franchement transportable, alors pour le lire sur la plage en ces premiers jours de septembre... Ce serait vraiment une galère sans nom ! J'aime beaucoup ce tome et les tourments de l'âme qu'il met en place. Je vais essayer de ne rien vous spolier mais pour vous expliquer un peu mieux ce que j'essaye de vous dire ça risque d'être un chouilla le cas : j'ai beaucoup aimé la façon dont Maxime Chattam aborde les fractures de l'âme suite à des évènements tout particulièrement horribles. Il montre parfaitement qu'après un évènement grave, on peut changer à tout jamais. En bien comme en mal.L'intrigue de ce tome me plaît tout particulièrement : c'est presque un scénario catastrophe. C'est un peu comme les téléfilms que l'on voit parfois à la télé sur des villes envahies par les rats... C'est possible, horrible, mais finalement c'est assez dur de se l'imaginer dans la vraie vie. Cela dit, je crois que pendant quelques jours, je vais regarder plusieurs fois le bac à légume de mon supermarché avant d'acheter des tomates ! J'ai également particulièrement apprécié le fait de retrouver Josh et Anna. J'aime beaucoup la relation sans prise de tête qui unit ces deux-là : ils savent se comprendre d'un regard et pourtant ils continuent à se poser des tas de questions l'un sur l'autre. Sans compter qu'ils sont vraiment très sympathiques ! Pour finir, je ne peux que dire que j'ai beaucoup apprécié l'écriture de Maxime Chattam : c'est parfois drôle, souvent inquiétant, très crédible et pire que tout, il y a beaucoup de vrai dans ce qu'il écrit.Maléfices est un livre des plus addictifs !

MademoiselleLuna
22/11/12
 

En bref, un dernier tome en dessous de mes attentes et des 2 tomes précédents... Maxime Chattam reste un pro du suspense et de l'horreur mais je suis déçue par la facilité du final entre Annabel et Joshua : c'était prévisible mais j'aurais préféré un dernier rebondissement pour clore cette saga du Mal !

RizDeuxZzZ
02/09/12
 

On m'avait prévenue, ce thriller, qui exploite l'une des phobies les plus répandues (l'arachnophobie) n'est pas à mettre entre toutes les mains ! La terreur et le dégoût sont partout et surtout là où on ne les attend pas. Maxime Chattam réussit encore un coup de maître ! Un excellent moment de lecture !

ingridfasquelle
10/05/12
 

Maléfices est le troisième et dernier volet de la Trilogie du Mal. Après New York, nous sommes de retour à Portland où sont retrouvés, en forêt, des cocons contenant des corps de femmes figées dans la peur.On retrouve avec plaisir Joshua et Annabelle dans cette troisième histoire où l'auteur joue sur l’arachnophobie. Le scénario a été méticuleusement pensé et on est baladé du début à la fin. On est happé par l'action et on doit tourner la page pour savoir ce qu'il se passe ensuite. La relation amicale qui lie Joshua et Annabelle, basée sur leurs blessures, est très agréable et très bien décrite.Maxime Chattam signe avec brio la fin de la trilogie qui l'a rendu célèbre et c'est avec une petite pointe de tristesse qu'on laisse les personnages derrière nous. La fin ouverte laisse place à notre imagination. Ladilae

Ladilae
26/03/12
 

Ncore un livre de cet auteur qui m'a convaincu qu'il s'agit d'un maître du thriller français. Maléfices clot la trilogie du mal, qui en plus de nous raconter une histoire remplie de morts effroyables, nous fait suivre Joshua Brolin et Annabel O'Donnel. Pour commencer sur le récit, il est a même de terrifier beaucoup d'entre nous puisqu'il met en scène la peur la plus répandue au monde : l'aracnophobie ou la peur des araignées. Cela peut paraître facile et banal à mettre en oeuvre ; mais Maxime Chattam pousse l'expérience jusqu'à une extrême qui ne laissera pas insensible la plupart des lecteurs. Tout au long du livre l'atmosphère est emplie des crimes, du suspense : aucun temps mort qui ferait retomber l'envie de connaître la fin.Les personnages ensuite : Joshua Brolin, ancien profiler au FBI, reconverti en détective privé, qui tente de se reconstruire depuis la mort de celle qu'il aimait ; Annabel O'Donnel, une flic du NYPD qui a aidé Brolin lors d'enquêtes antérieures et qui elle-même tente de surmonter la disparition de son mari. Ce sont donc deux êtres seuls et qui, de cette solitude arrivent à concentrer toute leur énergie dans la résolution de crimes terribles.J'ai également beaucoup apprécié le profil psychologique du tueur : tout simplement parfait et si réaliste !En conclusion, quelle lecture encore une fois ! J'adhère totalement. Marylin

marylinm
08/12/11
 

Ce dernier tome de la trilogie du Mal et il est aussi bon que les deux premiers!Il clôture enfin l'histoire de Joshua et Annabel tout en laissant entrevoir plusieurs possibilités en ce qui concerne leur relation!En bref, une très bonne lecture!

seriephile
18/10/11
 

On ne peut pas nier que l’auteur a le don d’installer une intrigue et du suspens comme peu d’auteurs en sont capables. En alternant l’effrayant, l’horreur, le questionnement, les sentiments et l’incompréhension, il parvient à tenir en haleine le lecteur tout au long des pages. On ne peut s’empêcher de trembler au fur et à mesure que les pages se tournent.Surtout quand, comme moi, on a une peur bleue des araignées…Une fois encore, on ne peut que constater les nombreuses recherches que l’écriture de ce livre a engendrées. Cela donne un certain réalisme à l’histoire, permettant au lecteur d’encore mieux se plonger dans l’intrigue. Cela donne aussi de la cohérence au roman. Ce qui est, malgré tout, un bon point positif.Cependant, je crois que je suis de moins en moins réceptive à ce genre de roman. J’apprécie les thrillers mais sans doute ceux-ci sont-ils trop dans l’horreur et le sanglant pour moi.Il faut malgré tout reconnaître que l’auteur est sans aucun doute un maître dans l’art du thriller français.Il n’y a en effet aucun temps mort tout au long du roman. De même, la volonté de connaître le dénouement de l’histoire tient le lecteur de page en page. Hylyirio

hylyirio
14/10/11
 

Dans ce troisième volet de la Trilogie du Mal (l’Ame du Mal, In Tenebris et Maléfices), Maxime Chattam amène Josh Brolin (protagoniste des 3 récits) et Annabelle (apparue dans le deuxième tome) sur les traces d’un ou de plusieurs tueurs à l’araignée. Suite à la découverte du cadavre du frère de l’ancien coéquipier de Brolin dans la forêt, la police de Portland, aidée par nos deux héros,va s’enfoncer dans une enquête macabre où les apprences sont souvent trompeuses. Pourquoi les victimes sont-elles figées dans la peur? Pourquoi seules des femmes sont retrouvées dans des cocons? Il y a-t’il un lien entre ces meurtres et des personnes mordues par des araignées à leur domicile?Maléfices, dernier acte de la Trilogie du Mal est un très bon thriller même s’il est moins terrifiant que ses deux prédécesseurs. On reste captivé tout au long de l’histoire en suivant les différentes pistes que suivent la police, Brolin et Annabelle (même si au trois quart du livre, j’ai compris qui était en cause). De plus, la fin nous permet d’imaginer par nous même le futur grâce aux deux possibilités qui nous sont données. En résumé, comme les deux premières partie de la Trilogie du Mal, c’est un livre à ne pas manquer!

AlteaAitana
10/08/11
 

Voici le premier roman de Maxime Chattam que je lis. Son écriture est fluide, et c'est très facile à lire du début jusqu'à la fin. Mais avant de rentrer dans la critique sympathique, je voudrais parler d'un point qui m'a chiffonné l'esprit. Maxime Chattam est un auteur français ayant séjourné aux Etats-Unis et principalement à Portland où se déroule l'intrigue du roman. Mon problème vient du fait que cela se ressent dans l'histoire, la description des personnages, des décors, des habitudes au quotidien... En effet, un auteur français, même s'il a vécu quelques temps aux Etats-Unis pense comme un français et non comme un américain, et certains détails dans sa manière de décrire reste française. J'ai eu l'occasion de lire des polars ou thrillers américains et leurs auteurs respectifs décrivent une amérique comme ils l'ont vécu depuis leur naissance et non comme un étranger ayant passé plusieurs séjours plus ou moins longs. J'espère que vous aurez compris ce que j'ai essayé de décrire sur mon ressenti, peut-être que vous aussi l'avez-vous lu et cette impression l'avez-vous peut-être vécue.C'est un très bon thriller qui nous fait vivre une multitudes de rebondissements et de découvertes nous menant toujours sur une fausse piste. Je dois avouer que j'avais une petite appréhension devant les 600 pages du roman, mais j'ai été agréablement supris en les lisant aussi rapidement. Il n'y a pas de longueur et l'auteur nous tient en haleine jusqu'à la fin. Les personnages sont très bien décrits et on ne se perd pas une seule fois face au nombre de personnages secondaires. De plus, les dialogues sont très bien réalisés.Les dernières pages sont à avaler en une seule traite, nous donnant envie à chaque fin de paragraphe de connaître la suite. Un coup on finit le chapitre sur la surprise affichée par Annabel lorsqu'elle arrive en haut du chemin, une autre fois lorsque Josh ouvre une porte. Nous avons presque le sentiment de se trouver devant notre écran à se regarder un bon film avec beaucoup de suspense.Vous l'aurez compris, malgré un petit point négatif, le roman est un très bon thriller qui allie tous les ingrédients pour vous faire prendre du bon temps. Le Rat est mort, vive le Rat

Skritt
14/04/11
 

Après L'âme du mal et In Tenebris, j'ai encore une fois beaucoup apprécié cette lecture! Vraiment très prenant. Seule petite déception? La fin peut-être un peu trop ouverte...

lilcassie
23/01/11
 

Avec Maléfices, je termine donc cette trilogie du Mal, commencée avec l'âme du mal , puis In ténébris.Ce livre est dans la continuité des 2 premiers. L'action se déroule à Portland , comme l'âme du Mal, et on retrouve Josh Brolin, le séduisant ex-flic profileur devenu enquêteur privé, et Annabel, la belle flic solitaire de New York, qui au début de cet opus, vient passer quelques jours de "détente" ( voire plus si affinités) chez Josh, qu'elle n'a pas revu depuis 5 mois et la fameuse affaire de tueurs en série, objet de In Tenebris. L'histoire commence avec la découverte du corps de Fleitcher Salhindro,( le frère de Larry, policier à Portland, ex collègue et ami de Josh) dans une forêt de l'Oregon, Josh décide d'enquêter sur ce meurtre, entraînant Annabel. Parallèlement , des disparitions de femmes sont signalées, et l'une d'elles est retrouvée morte, vidée de ses organes, enfermée dans ce qui semble être une toile d'araignée géante , à proximité de l'endroit où fut tué Fleitcher Salhindro. Et d'autres vont suivre.... J'ai encore une fois "dévoré" ces 640 pages en quelques heures. J'ai bien aimé ici l'accent mis sur la relation entre Josh et Annabel. Le suspens est présent jusqu'au dernier chapitre et les rebondissements nombreux. J'ai peut être été plus effrayée ici car je n'aime décidément pas les araignées , même en représentation mentale.Dons un avis pour Maléfices dans la continuité des deux précédents et une trilogie que je recommande . Note 17/20

lagrandestef
29/08/10
 

Portland, Oregon, au printemps. Dans une clairière au fin fond d’une forêt sauvage est retrouvé le cadavre d’un employé de l’environnement, figé pour l’éternité dans une mimique de terreur. La base de son cou est enflée, comme s’il portait trace d’une morsure d’animal. Peu après, suite à des indications anonymes, c’est un second cadavre que les policiers découvrent en pleine nature, soigneusement emballé dans ce qui ressemble à un cocon de toile d’araignée, le visage recouvert d’une expression d’horreur. Un tueur en série sévirait-il ? Parallèlement, en ville, de nombreuses personnes sont mordues par des araignées venimeuses. Une peur panique déferle alors : quel dangereux psychopathe se cache derrière ces actes monstrueux ? Joshua Brolin, détective privé et Annabel O’Donnel, de la police de New-York, prennent l’enquête en main.Ce policier est le troisième opus de la « Trilogie du mal », après « L’âme du mal » et « In ténébris ». J’avais déjà lu « In ténébris » que j’avais plutôt bien apprécié. Je trouve que ce troisième volet est assez inégal : le début et le milieu ne m’ont guère captivée ; c’est l’aspect morbide et glauque des descriptions de cadavres qui m’a déplu. Maxime Chattam entraîne sans cesse son lecteur dans des salles d’autopsie, aux côtés de médecins légistes. D’ailleurs, le prologue (se déroulant à Portland, en juin 2001) nous place d’emblée dans l’atmosphère délétère du roman : les descriptions sont crues, souvent techniques et nous entraînent vers le domaine de l’horreur et de l’insoutenable. Il m’a semblé que l’intrigue était vraiment très (trop ?) sophistiquée et tarabiscotée. Le tueur en série met un soin extrême et pathologique à « faire vivre » (si je puis dire…) sa scène de crime, en emballant par exemple les corps dans du cocon d’araignée et en les plaçant toujours à proximité de l’eau. Tout l’art de Joshua Brolin, notre détective privé, sera de réaliser le profilage du tueur. Quand l’enquête s’installe, la lectrice que j’étais a déjà été plus intéressée : le mystère, l’énigme m’ont captivée. Qui est ce tueur ? Selon quelle logique agit-il ? Pourquoi supprimer ces victimes selon ce scénario machiavélique ? La fin m’a réellement passionnée et séduite, c’est pourquoi j’attribue au final cette note de 3 étoiles sur 5 : les rebondissements sont multiples, l’action au rendez-vous, on doute sans cesse sur l’identité du tueur. J’ai trouvé que l’écriture de l’auteur présentait parfois des maladresses, que ce roman était tout de même un peu trop long (plus de 500 pages). Pour conclure, je dirai que la fin rattrape bien le début et le milieu. Un scénario à la Jean-Christophe Grangé, autant dans les sophistications de l’intrigue que dans le côté glauque. On pourra apprécier la relation chaste entre Joshua et Annabel, qui sort un peu des clichés.

Seraphita
27/08/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.29 kg