Mammiferes

MEROT, PIERRE

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 28/08/03
LES NOTES :

à partir de
4,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

«Il n'y a rien de mieux que les bars à moitié vides, les soirs sans chiffre. Le client de gauche se détache sur la grande baie vitrée avec tout son poids de malheur. Il est malheureux parce qu'il attend une fille fabuleuse, une longue fille très belle qui viendra s'accouder comme un ange ou une grande blessure. Vous n'attendez rien. Le
bac des verres palpite comme un bassin de truites dans une vieille montagne. Des représentants d'épaules passent sans rêves. La serveuse allume une cigarette parce que l'amour n'existe pas. Les femmes les plus obstinées, celles qui ont cru pouvoir vous ramener dans le monde, ont renoncé. Vous êtes dans un état proche du bonheur.»
3 personnes en parlent

Un roman à teneur autobiographique qui dépeint avec un certain réalisme, et par conséquent une certaine trivialité, la misère sexuelle, affective, existentielle du narrateur. A la différence d'un Houellebecq qui joue sur le fantasme, la critique sociale, sans concession, y est abordée à la manière d’un documentaire animalier ou sociologique et pose la question de l'identité. http://ericdarsan.blogspot.fr

Darsan
10/05/14
 

L'Oncle est le raté de la famille-paraît que chaque famille a le sien-tant du point de vue affectif que professionnel. Divorcé d'une polonaise, il enchaîne les boulots improbables , ce qui donne lieu à une série de descriptions satiriques de l' Entreprise, de l'édition,de l'armée, sans oublier un hilarant cours de l'InstitutUniversitaire de Formation des Maîtres,schémas à l'appui, car bien sûr l'Oncle deviendra enseignant.L'alcool, les femmes demeurent ses meilleurs amis/ennemis, les psychiatres en prennent pour leur grade mais c'est surtout sur la famille et les mères de famille que le narrateur de Mammifères tire à boulets rouges dans une réjouissant jeu de massacre.Pierre Mérot enchaîne les morceaux de bravoure et livre un portrait drôle et féroce de notre époque. cathulu

cathulu
15/12/12
 

Dans le registre typiquement contemporain du livre à peu près autobiographique de quadragénaire mâle occidental amer face à sa vie ratée, à la fois misanthrope et espérant beaucoup des autres, alcoolique mondain, et portant le désormais traditionnel "regard désabusé sur l'époque et la société",Pierre Mérot offre une partition étonnante de justesse et de drôlerie dans ce livre qui fait à la fois office de déclaration de manque d'amour, de règlement de comptes avec sa famille et le système, et surtout de vraie offrande littéraire.Mérot possède en effet un vrai sens de la formule et du contrepied, qui lui permettent d'insérer dans la longue et réjouissante série de griefs contre ses congénères de véritables saillies d'émotion, d'une efficacité certaine, signe d'une sensibilité exacerbée et bien entendu pas aussi désespérée qu'elle voudrait le faire entendre On gardera longtemps en tête les derniers paragraphes du roman, fulgurante et lumineuse ode à la survie et à la résistance dans un monde suintant de médiocrité.L'espoir n'est pas permis, mais au moins les bars restent ouverts tard.

Maynard
14/06/10
 

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.24 kg