Mariage a l'indienne

DASWANI-K

livre mariage a l'indienne
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 15/11/06
LES NOTES :

à partir de
6,30 €
nos libraires ont adoré mariage a l'indienne

SYNOPSIS :

Kavita Daswani Mariage à l'indienne « A deux jours de son dixième anniversaire, ma grand-mère était déjà mariée. Ma mère, elle, avait trouvé un mari à vingt ans. J'en avais conclu que si l'on gagnait ainsi dix ans à chaque génération pour arriver à l'âge idéal du mariage, à trente ans au plus tard j'aurais dû trouver un conjoint. Mais, à trente ans, j'étais à mille lieues de convoler, d'où la consternation de chacun au mariage de ma cousine Nina. » K.
D. Née à Bombay, devenue journaliste de mode à New York, Anju est écartelée entre son envie de vivre à l'américaine, célibataire et libre, et son désir de rester fidèle à ses racines indiennes pour ne pas décevoir sa nombreuse famille. Mariage à l'indienne est le récit plein d'humour de ses pérégrinations amoureuses, de sa sélection rigoureuse des candidats et des choix qu'elle doit accomplir pour rester fidèle à elle-même tout en sacrifiant aux traditions.
A la découverte des coutumes et traditions indiennes, au cœur de Bombay...
Anju, jeune femme indienne, vit désormais aux Etats-Unis et y travaille comme journaliste de mode. Elle a le train de vie d'une femme moderne mais à chaque retour dans son Inde natale elle est confrontée à ses racines qu'elle ne veut pas renier.
Un récit léger qui nous montre la difficulté pour Anju de trouver un mari qui lui correspond et la comprend, dans ce pays dont elle se sent si étrangère parfois, au risque de décevoir ses parents.

emilie (lomme)
A la découverte des coutumes et traditions indiennes, au cœur de Bombay...
Anju, jeune femme indienne, vit désormais aux Etats-Unis et y travaille comme journaliste de mode. Elle a le train de vie d'une femme moderne mais à chaque retour dans son Inde natale elle est confrontée à ses racines qu'elle ne veut pas renier.
Un récit léger qui nous montre la difficulté pour Anju de trouver un mari qui lui correspond et la comprend, dans ce pays dont elle se sent si étrangère parfois, au risque de décevoir ses parents.
Emilie ,
Librairie
(C.Cial Vache Noire)
9 personnes en parlent

Anju, 34 ans, n'est toujours pas mariée, au grand désespoir des ses parents. Car en Inde, le destin d'une fille est de prendre époux, dès l'âge de dix-sept ans. Anju a bien tenté de s'appliquer aux rites et bonnes leçons qui feront d'elle l'épouse délicieuse, modèle et recherchée de tout Bombay. Or, le temps passe, les copines se marient, les cousines plus jeunes aussi, et Anju demeure célibataire ! Elle nous livre donc son parcours, ou plutôt sa quête au mari, avec tout le côté grotesque, folklorique et "sacré" qu'une telle entreprise implique. Le choc des cultures, c'est clair ! Lecture définitivement plaisante, cocasse et pleine d'allégresse, mais aussi poignante, pitoyable et invraisemblable. Anju est le portrait d'une jeune femme finalement moderne, ancrée dans son éducation traditionnelle, mais tournée vers le modernisme. C'est en "Umrique" qu'elle décide de partir poursuivre des études et devenir indépendante. Un choix délicat à assumer. Car malgré tout, malgré les déboires, les désillusions, Anju veut toujours trouver un mari (pour plaire à ses parents et pour le respect de la tradition). Choix cornélien, être soi-même, se conformer aux désirs d'une société décalée, bref... Anju ne sera pas avare en confidences sur son parcours au "Mariage à l'indienne". Bémol pour la fin, complètement superficielle.

Clarabel
23/02/09

Excellent modèle de chick-litt exotique, mariage à l'indienne offre un agréable moment de lecture. On n'évite pas les clichés, ni même la superficialité de certains passages, néanmoins le tout se laisse lire sans déplaisir. N'étant pas une habituée de ce genre de littérature, je n'ai pas trouvé que c'était un si mauvais moment à passer. Pas mal quand on n'a pas envie de se prendre la tête en somme.

Mokona
15/11/10
 

Anju 32 ans est célibataire au grand désespoir de ses parents, tout est bon pour lui trouver un mari. 'Ma mère avait un peu triché sur mon âge de sorte que je n'avais plus que trente ans.' p.38 Les rendez-vous avec les prétendants ne se passent pas toujours au mieux. 'Les bonnes ne savent pas encore se servir d'un aspirateur. Vous savez vous servir d'un aspirateur ?' p.39 Tous les prétextes sont bons pour lui trouver des défauts. 'Avoir la peau claire était un critère aussi important que d'avoir tous ses membres.' p.42 Les jeunes filles se marient très, très jeunes en Inde, alors à 32 ans ce n'est pas gagné. 'Pour une Indienne, je n'étais plus seulement une vieille fille, je faisais tout bonnement figure de matrone.' p.47 Cette pauvre Anju est tiraillée entre son indépendance à New-York et ses parents. 'J'aimais ma vie là-bas. Mais j'aimais encore plus mes parents.' p.55 Le mariage est vraiment l'évènement, avec un grand E, de la vie d'une jeune fille. 'C'était le mariage qui était important. D'être mariés, franchement, c'était secondaire.' p.98 J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, il a un petit côté ironique, tendre et drôle. Il était intéressant de découvrir ces coutumes liées au mariage, la vie d'une indienne aux Etats-Unis et tous les moyens déployés par ses parents pour lui trouver un mari, allant même jusqu'à passer des petites annonces dans le journal. C'est un livre très agréable à lire, dépaysant et intéressant, une belle découverte. Sandrine(SD49)

SD49
23/12/10
 

Lu en aout 2010Il y a de bien plus excellent livre d'auteurs indiens...un véritable livre à la très mauvaise eau de rose ! poncif et ennuyeux dommage il était conseillé dans ma bibliothèque !

GRANY
13/11/10
 

La couverture de ce livre semblait me prévenir : attention, roman à l'eau de rose... Pourtant, j'ai décidé de me lancer, intriguée par le résumé de l'éditeur et pensant (à tord) que l'intrigue allait détromper cette couverture guimauve.En réalité, il s'agit bien d'un roman sentimental comme je déteste, où la mièvrerie et les considérations égocentriques et ô combien inutiles suintent à chaque page. L'héroïne, Anju, est l'archétype de la trentenaire célibataire qui subit la pression de son entourage pour rentrer dans la norme en se mariant.Malheureusement, cette version indienne de Bridget Jones n'a su en rien me séduire. Le récit est centré sur ce personnage qui n'est en rien attachant et l'intrigue suit un schéma trop prévisible.La recherche de l'homme parfait qui saura aimer cette jeune femme indépendante et moderne n'a rien d'original, et les soupçons de détails sur l'Inde et ses traditions sont si maigres qu'il n'ont pas réussi à retenir mon attention. J'ai bien failli arrêter ma lecture en cours, me disant au fur et à mesure que je tournais les pages: "Mais, c'est de la chick-lit en fait..." Mais vu qu'il s'agissait d'une lecture commune, je suis allée au bout, sans surprise ni intérêt... Dommage.

soukee
16/10/10
 

Anju vit à New York et travaille dans le milieu de la mode. Elle semble futile, plus intéressée par la dernière robe chic que de métaphysique. Bien que… Anju est indienne et son gros, véritablement seul, souci est qu’elle n’est toujours pas mariée. Pourtant, elle n’a rien contre un mariage arrangé par sa famille en Inde mais le temps passe et de moins en moins de candidats se présentent. La femme devient moins attrayante que la jeune fille, son autonomie aux Etats-Unis fait peur. Le poids de la tradition pourrait l’enfermer : elle continue à mener sa vie qui brave les usages, gérant de front son métier et les inquiétudes de ses parents, jusqu’à LA rencontre ! Un combat, traité d’une touche légère. Frédérique Barret

Mariage à l'Indienne ne m'a pas laissé une grande impression. C'est un peu niais et gnangnan. J'ai trouvé l'histoire fade et superficielle. Je suis pourtant une grande fan' des films bollywoodiens, donc généralement ça ne me rebute pas (et encore heureux !). Mais là, non, je n'ai vraiment pas été séduite. C'est terriblement kitch et dérangeant, une pâle copie des films du genre...L'occidentale très libre et indépendante que je suis à sans doute été choquée de cette chasse au mari, mais aussi par ceux-ci à la recherche d'une potiche docile. Et l'amour dans tout ça ? Le vrai ? M'imaginer à la place de ces demoiselles m'a vraiment fait une drôle d'impression, peut-être que ça leur plaisent d'être calculées à ce point, après tout c'est sans doute culturel, mais moi je ne pourrais pas...Cependant, je dois admettre que Mariage à l'Indienne est très facile à lire et drôle. Je me suis bien amusée. Kavita Daswani écrit vraiment très bien, d'une façon très légère et féminine. Son livre est absolument agréable à lire. Ma petite sœur, 14 ans, a adoré le lire et me l'avait chaudement recommandé, de même j'en avais entendu parler avec grand bien, ce que je comprends tout à fait.Même si l'histoire de Mariage à l'Indienne ne m'a pas convaincue, je pense, sincèrement, lire d'autres livres de Kavita Daswani.Bref, si vous n'êtes ni fan de Bollywood, ni un(e) féministe en puissance, vous n'avez absolument aucunes bonnes raisons de ne pas lire Mariage à l'Indienne de Kavita Daswani.

MademoiselleLuna
26/10/11
 

Anju vit à New York et travaille dans le milieu de la mode. Elle semble futile, plus intéressée par la dernière robe chic que de métaphysique. Bien que… Anju est indienne et son gros, véritablement seul, souci est qu’elle n’est toujours pas mariée. Pourtant, elle n’a rien contre un mariage arrangé par sa famille en Inde mais le temps passe et de moins en moins de candidats se présentent. La femme devient moins attrayante que la jeune fille, son autonomie aux Etats-Unis fait peur. Le poids de la tradition pourrait l’enfermer : elle continue à mener sa vie qui brave les usages, gérant de front son métier et les inquiétudes de ses parents, jusqu’à LA rencontre ! Un combat, traité d’une touche légère.

Un livre qui peut faire partie de la Chick Litt, mais que j'ai lu très rapidement et avec beaucoup de plaisir. L'Inde est un pays sur lequel j'ai déjà lu plusieurs ouvrages qui m'ont tous beaucoup intéressée tant ce pays est riche : culture, religion, mode de vie, traditions, tout y est si différent de chez nous et également si exacerbé, démesuré que cela me fascine. Ce roman ne prétend pas faire de vous une érudite sur l'Inde et ses traditions mais on y découvre tout de même les us et coutumes face au mariage. Certes, il n'est question ici que des traditions d'une caste en particulier, celle des privilégiés qui allient éducation, culture, ouverture d'esprit et au monde extérieur et bien sûr la réussite dans les affaires qui permet un train de vie particulièrement opulent et vous ne pourrez pas prétendre en refermant le livre tout connaître sur la façon de convoler en justes noces de ce pays, fort différente de la notre. Fort différente ? A voir...Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
21/12/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition