Mars la bleue

ROBINSON, KIM STANLEY

livre mars la bleue
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 01/09/03
LES NOTES :

à partir de
13,00 €

SYNOPSIS :

Mars n'est plus qu'un roc hostile qui urne là-haut, dans le ciel. Mars est i monde bien vivant. le bleu triomphé. mais est "terraformée". ceux qui espéraient préserver la planète rouge dans sa terrible beauté ont perdu la bataille. leur objectif, désormais empêcher l'invasion de mars par les terriens. la tentation isolationniste est forte. c'est la position que défendent les partisans du parti mars libre. ces derniers ne veulent pas comprendre que, sur la planète
mère, la situation est désespérée : un déluge cataclysmique a fait monter l'eau des océans, aggravant un problème de surpopulation déjà crucial. Et l'administration du traitement de longévité ne va pas arranger les choses... on ne voit pas ce qui pourrait empêcher les terriens, poussés par le désespoir, n'ayant plus rien à perdre, de déclarer la guerre à mars. une solution s'impose : la conquête des autres planètes du système solaire...
4 personnes en parlent

Ultime partie de la trilogie de Kim Stanley Robinson consacrée à Mars : 2434 pages en tout, très exactement !!! Bon, je dois admettre que se fut un peu rude, j’ai cru ne pas en voir le bout, car même si j’ai trouvé le thème de la conquête de Mars passionnant, j’ai aussi trouvé ce récit au long court un peu... long-long, justement.Les trois titres traduisent les différentes étapes de cette épopée qui narre la conquête de Mars par les terriens. "Mars la Rouge" raconte le voyage vers Mars et l'installation d'un premier groupe réduit de colons (les "Cent Premiers"). "Mars la Verte" raconte les débuts de l'acclimatation. Paradoxalement c'est d'ailleurs la planète qui, peu à peu, et plus ou moins difficilement, est adaptée à ses nouveaux habitants. Enfin, dans "Mars la Bleue", la planète a été terraformée et on se retrouve confronté à l'après conquête. C'est là que vont s'exacerber au plus haut point les relations déjà tendues entre la Terre et Mars. Car avec leur problème de surpopulation les Terriens se sentent de plus en plus à l'étroit sur une planète submergée par la montée des océans. Pour empêcher les Terriens de déclarer la guerre à Mars il faut donc partir à la conquête d'autres planètes du système solaire, ou plus loin encore.Dans cette fresque foisonnante le lecteur suit donc la construction de Mars, l'auteur le mettant face aux détails techniques, politiques, géologiques, géographiques, sociologiques, économiques, etc., accompagnés, en filigrane, d'une analyse sociale et écologique très pertinente et intéressante, mais ce récit reste assez austère et difficile d’accès. L'immersion dans la fiction n'est pas évidente car le style et la technicité du contenu freinent la lecture. Cette trilogie martienne est un texte qui résiste, et qui ne saurait se satisfaire d'une lecture passive. Et, même si je la trouve intellectuellement stimulante, je ne suis pas tout à fait certaine de l'avoir aimée.

Kara
14/01/09
 

Ce dernier tome de la trilogie martienne commence après la deuxième révolution, réussie. Sur un bon tiers du livre, on découvre la Mars libre, et ce passage est très introspectif, fait très conclusion alors que le livre ne fait que commencer. La suite est plus politique, plus large aussi car la technologie aidant, l'humanité commence à voyager un peu plus et à former une diaspora galactique. On a à cet égard une impression d'introduction à la science-fiction, que j'ai trouvé très chouette. Ce tome est aussi moins "lourd" psychologiquement, on ne va pas dire joyeux mais là où les deux premiers dépeignaient une humanité au futur (le notre) assez terne, on a ici des lueurs d'espoir.Cette conclusion de la trilogie se révèle donc être dans la droite lignée de la série, qui marque le lecteur habité par la Mars proposé par KSR (j'ai rêvé de certains passages la nuit, pour vous dire), ni utopie, ni dystopie, de la hard-science de très haut vol, ne laissant aucun domaine de côté. Une tranche de vie de l'humanité dans la planète d'à côté, qui vous demandera beaucoup en tant que lecteur, mais qui bien sûr vous le rendra au centuple.

fzilbermann
02/12/09
 

Presque tout l'ensemble de Mars a subi le terraforming. La pression démographique sur Terre est telle que les Etats veulent envoyer des immigrants sur Mars. Mais les Rouges et les Verts, sur Mars, arrivent à s'entendre pour lutter contre cette vague d'immigration dans le but de protéger Mars.Cette opposition peut être un tremplin pour la conquête d'autre planètes du système solaire.Troisième volet de la série consacrée à la conquête et à la transformation de Mars, il n'a pas dérogé au sentiment que j'avais éprouvé à la lecture du deuxième roman.C'est sûr que c'est une œuvre ambitieuse mais je me suis vraiment fait chier lors de la lecture (ouais j'ai été maso de le lire alors que je savais à quoi m'attendre). Les passages de descriptions scientifiques étaient indigestes et lourds pour la trame principale. Les descriptions des paysages de Mars que j'avais trouvé grandioses dans Mars la Rouge m'ont semblé n'être qu'une répétition de ce que j'avais pu lire. L'essai de trouver des compromis politiques pour mettre en place un gouvernement aurait pu être intéressant mais le désintérêt a vite pointé son nez. Chaque parte se concentre sur un personnage, on le suit dans sa vie sur Mars, et on se rend compte des transformations subies par la planète. Mais ces personnages me sont apparu comme froids, voire inintéressants. Même suivre certains depuis deux cents ans, grâce au traitement de longévité, était saoulant. Le récit s'est focalisé sur les personnages en pratiquant allègrement l'élision alors on se retrouve avec des événements qui apparaissent comme par magie alors que j'aurais pu croire que les personnages prenaient part à l'écriture de l'histoire.

Chiwi
31/12/12
 

Ce troisième tome est la conclusion d’une extraordinaire saga qui s’étend sur près de deux siècles. Il est de loin mon préféré car il y a plus d’action que dans le deuxième tome (que j’ai trouvé plutôt ennuyeux) et parce qu’il constitue la véritable transition « entre la préhistoire et l’histoire » : dans le premier tome, l’humanité est encore confinée sur une seule planète et la colonisation de Mars en est à ses premiers pas ; dans le deuxième tome la vie sur Mars commence sérieusement à s’installer. Dans le troisième tome, c’est l’apothéose : non seulement vivre sur la planète rouge devient une possibilité comme une autre pour les Terriens, mais en plus l’humanité commence à se diriger vers des astéroïdes et mêmes vers d’autres systèmes solaires. Le ratio action/psychologie des personnages/politique est plus équilibré dans ce dernier tome, et cela donne un avis global très satisfaisant. Seul bémol : la longueur. Si vous n’aimez pas les gros pavés, ne vous lancez pas dans la Trilogie Martienne : vous en avez pour plus de mille six cent pages.

Shirayukihime
27/08/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.47 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition