Martin dressler ou le roman d'un reveur americain

MILLHAUSER-S

livre martin dressler ou le roman d'un reveur americain
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 08/03/00
LES NOTES :

à partir de
19,40 €

SYNOPSIS :

Consacré par le prix Pulitzer, le nouveau roman de Steven Mullhauser, Martin Dressler ou le roman d'un rêveur américain, s'inscrit dans la continuité de l'oeuvre exigeante et rare d'un des plus grands écrivains contemporains. L'auteur de La vie trop brève d'Edwin Mullhouse, écrivain américain, 1943-1954, racontée par Jeffrey Cartwright, prix Médicis étranger en 1975, raconte ici la destinée mythique d'un self-made-man à New York, au tournant du siècle dernier. Ce "rêveur", c'est Martin Dressler, modeste fils d'un marchand de cigares, homme pragmatique et inventeur génial, hanté par une folie
visionnaire. Ce démiurge qui écoute "le désir de son coeur" va connaître une fortune que seuls les rêves permettent. Steven Millhauser joue en virtuose de cette science du trompe-l'oeil, maintenant le lecteur à l'étroite frontière du rêve et de la vie, de la fiction et de la réalité, du vrai et de sa représentation. Fabuleuse histoire en effet que celle de Martin Dressler, incarnation du rêve américain mais aussi des mythes et utopies qui ont façonné l'imaginaire occidental. Avec cet extraordinaire roman, Steven Millhauser s'affirme comme le plus européen des auteurs américains actuels.
3 personnes en parlent

« Par une chaude matinée de l’été 1881, alors qu’il était âgé de neuf ans, Martin se tenait debout dans la vitrine du magasin de son père, et il regardait le spectacle de la rue. » Toute sa vie, Martin aura des flashs, des visions, verra en un éclair ce que pourrait être l’avenir : buildings et épouse, forêts enchantées et compréhension subtile et instinctive des affaires, il incarnera tambour battant le rêve américain. De groom à mi-temps, il se hissera à la place de PDG de complexes hybrides et mutants, il épousera une chimère mais passera son temps avec sa disgracieuse sœur. Mais que veut-il réellement ?...Steven Millhauser propose ici un roman déroutant, au bord du fantastique mais retenu tout du long par une écriture précise et qui colle au plus près à la réalité.Certains moments sont captivants, d’autres moins, je dois dire que mon intérêt n’a pas été constant.J’ai pensé à Murakami en le lisant, sauf que la dernière page refermée j’oscille entre deux interprétations. Quand exactement Martin rêvait-il ? http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
28/10/15
 

Je m’attendais à une fresque aussi bouillonnante que l’était New-York à la fin du 19ème siècle, alors en pleine mutation .Or il n’en est rien, ce récit est d’un calme presque ennuyeux.Martin Dressler, jeune homme plein d’ambition, entreprenant à souhait, ne réussit pas à me transmettre ce souffle de vie qu’il est supposé régner à cette époque à New-York.L’auteur aborde un thème qu’il eût été intéressant de développer. En effet, Martin Dressler, comme tous les jeunes hommes de son époque passe par l’étape du mariage, institution incontournable pour réussir. Il épouse une jeune fille dont on devine le puritanisme, et les failles, mais qui à aucun moment ne font l’objet d’un approfondissement. Dès le départ de ce mariage, on sait qu’il sera un échec. La personnalité des deux protagonistes est effleurée comme si l’auteur n’osait l’aborder. Il me parait évident que ce mariage désastreux, l’emprise maternelle sur Caroline (l’épouse) n’est pas étrangère à la désillusion professionnelle de Martin, mais le livre ne l’aborde pas.C’est la fluidité de l’écriture de ce roman qui en a sauvé la lecture, et m’a permis de le finir….sans conviction.

mimipinson
07/06/11
 

Je tiens à remercier BoB et les Editions Livre de Poche pour m'avoir fait découvrir cet auteur et son oeuvre.C'est le roman qui décrit le mieux le rêve américain. C'est la réussite d'un jeune garçon qui rêve de grandeur. un jeune garçon visionnaire, intelligent, qui a énormément de talent et surtout, qui est un sacré travailleur. il démarre comme apprenti dans la boutique de son père pour finir richissime homme d'affaires avec l'espoir, le rêve de changer le monde par sa vision. C'est aussi l'histoire d'un jeune garçon qui devenu un homme plaît aux femmes par son magnétisme naturel et mystérieux, mais qui se mariera avec une femme qui peut-être rêve encore plus que lui. L'histoire est magnifique et finit sur une interrogation, est ce la réalité, le succès d'un jeune américain talentueux au parcours particulier dans une amérique de la fin du XIXème siècle où tout est possible ou, tout simplement, le rêve de ce jeune garçon ?L'écriture est fluide, les détails sont particulièrement bien décrits, et heureusement, il n'y a aucune longueur ou lourdeur dans ces longues descriptions qui sont extrêmement pointues. Parfois, les descriptions sont poussées à tel point que nous avons la sensation de faire un inventaire complet de la moindre qualité, du moindre défaut, d'une architecture, d'un meuble, d'une personne.Dés les premières lignes, l'auteur nous emmène dans l'univers de Martin Dressler avec une grande poésie. Autant vous dire que ce livre se dévore littéralement tellement vous êtes emportés dans le tourbillon de la réussite de ce rêveur américain.Je peux en tout cas vous affirmer que c'est l'un des meilleurs romans que j'ai lu. Le Rat est mort, vive le Rat

Skritt
13/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.43 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition