Mathematique du crime

MARTINEZ, GUILLERMO

livre mathematique du crime
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 27/03/08
LES NOTES :

à partir de
8,00 €

SYNOPSIS :

Oxford, 1993. Alors que le plus ardu problème des mathématiques, le célèbre théorème de Fermat, est sur le point d'être résolu, une série de crimes vient perturber la tranquillité de la sereine et studieuse cité. Un tueur en série adresse à l'éminent logicien Arthur Seldom de mystérieux
messages, fragments d'une démonstration écrite en lettres de sang... Pour mener l'enquête, son assistant, un doctorant argentin fraîchement débarqué en Angleterre, devra se fondre dans la singulière atmosphère des colleges britanniques et des anciennes sectes pythagoriciennes...
6 personnes en parlent

Je me suis ennuyée pendant cette lecture, autant le dire de suite !Ca parle beaucoup de nombre, de théorème mais pas assez de tueur, de meurtre … Enfin, à mon goût.Bref, je n'ai pas passé un bon moment. Tant pis, ça arrive parfois. Accrobiblio

un flyer
08/08/13

Sur un ton léger, l'auteur part d'une histoire a priori banale pour dévier vers une intrigue finalement plutôt alambiquée. Quelques digressions sur l'histoire des idées et des mathématiques n'apportent pas grand chose au récit mais ne nuisent pas pour autant au livre. Ce roman policier est original et très agréable à lire, nulle surenchère de violences à déplorer ici - ça devient rare dans ce genre de littérature. Apikrus

Apikrus
04/06/13
 

Bien servi par une écriture soignée et malgré une intrigue prévisible, le suspense demeure palpable au bout des doigts, juste avant de s'enfuir. Mon avis cependant reste mitigé, je crois surtout que je m'attendais à mieux. Tant pis !

Lacazavent
22/05/13
 

Le narrateur est Argentin. En 1993, il avait 22 ans et il était étudiant : il avait rédigé une thèse en topologie algébrique et avait reçu une bourse pour étudier un an à Oxford. Il louait une chambre dans la maison de Mrs Eagleton, une vieille dame qui vivait avec sa petite fille orpheline depuis un accident de voiture, Beth (29 ans, violoniste).Le jeune homme est vraiment émerveillé par son voyage et son séjour en Angleterre. Mais Mrs Eagleton est assassinée et c'est lui qui l'a trouvée sans vie dans son fauteuil. Il était alors en compagnie d'Arthur Seldom, un éminent logicien qui recevait de mystérieux messages, et qui était arrivé à la porte en même temps que lui.L'inspecteur Peterson a mené l'enquête mais c'est surtout l'étudiant et le mathématicien que le lecteur va suivre car ils ont enquêté de leur côté aussi.« Des crimes que personne ne voit comme des crimes. [...] des crimes imperceptibles. » (page 43).---Vous n'avez jamais entendu parler de Fermat, Wittgenstein, Gödel, du théorème de l'incomplétude (page 70), du principe d'incertitude ou des paradoxes logiques (page 73) ? C'est simple : lisez ce roman !Ah..., la littérature argentine, j'aime ! Après Le théâtre de la mémoire, de Pablo de Santis et La maison de papier, de Carlos María Domínguez, j'ai adoré ce roman magistral de Guillermo Martínez. Très bien écrit (et traduit), pas prise de tête avec les mathématiques : au contraire, passionnant ! Et j'aime bien que ça soit raconté sous forme de souvenirs. Je n'ai pas vu Crimes à Oxford, le thriller qu'Álex de la Iglesia a réalisé en 2008 d'après ce roman mais j'ai bien envie de le voir maintenant. Tiens, en parlant de thriller, je présente ce roman dans le challenge Thriller de Cynthia.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
01/08/11
 

A l'origine du film sorti l'année dernière, Crimes à Oxford, Mathématique du crime nous entraîne dans un univers de sang et de logique. Guillermo Martinez nous offre un roman policier digne des classiques du genre, avec une construction sans surprise faisant se succéder les morts et les indices avant le dénouement final. Mais attention, lorsque je dis "sans surprise", il ne s'agit nullement d'une expression péjorative. C'est juste que dans ce roman, point de courses poursuites ou de fusillades sanglantes, point de torture sur les victimes et de flic ambigu, rien qu'une atmosphère à l'anglaise, calme, tranquille, secrète et harmonieuse.Si tranquille et si calme par ailleurs que d'aucun s'ennuieront sûrement en le lisant. Mais en ce qui me concerne, ce ne fut pas le cas. Un petit policier bien classique fait tant de bien à l'heure des mystères informatiques et biologiques ! D'autant qu'en toile de fond, l'atmosphère d'Oxford transparaît, nous emmenant sur des cours de tennis fréquentés par des étudiants, dans des couloirs aux bruits feutrés, dans des maisons alignés et similaires le long d'une rue...Et pour les littéraires, phobiques des mathématiques, rassurez-vous, je fais partie de cette catégorie, et mes faibles connaissances en mathématiques ne m'ont pas empêchées de me plonger dans cette histoire, lisant, je l'avoue, en diagonale les discussions plus pointues sur le sujet ! Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

Cette intrigue policière conviendra à tous les amateurs des schémas classiques, façon Agatha Christie et consorts. Pendant 260 pages, l'histoire excelle à faire planer le doute, sur un tempo indolent. Les effusions de sang et les courses-poursuites infernales sont inenvisageables, de même l'artillerie lourde des experts en ingénierie ultra-branchée est une entité totalement inconnue. Ici, tout se recoupe par les mathématiques, une science exacte et confuse à la fois, car la démonstration déployée par l'auteur dans ce roman en bluffera plus d'un.Ok, c'est un roman policier très classique, pas révolutionnaire dans son genre, toutefois c'est distrayant et ça fait fonctionner les méninges (non, il n'est pas nécessaire d'être mathématicien pour comprendre la trame du livre !). Et puis, le cadre est splendide : Oxford, vu par les yeux d'un jeune argentin brillant et ébloui, qui ne résiste pas aux charmes de l'Angleterre (et des anglaises). Imaginez John Hurt et Elijah Wood dans la peau des figures principales (le roman a été adapté au cinéma), confrontés à des crimes imperceptibles, selon les termes d'Arthur Seldom, qui découvre qu'un élève chercherait à imiter le maître. Vous obtiendrez une belle ambiance feutrée, un zest de dissimulation, de longs discours savants, pas mal de tendresse, d'élégance et des petites touches de mystère pour toujours laisser planer le doute, bref ce roman permet de réconcilier les adeptes de Conan Doyle et ceux d'Henry James.

Clarabel
20/02/09

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 12.30 cm
  • Poids : 0.18 kg
  • Langage original : ESPAGNOL (ARGENTINE)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition