Mauvais sangs

COHEN-SCALI, SARAH

livre mauvais sangs
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 14/10/00
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,50 €

SYNOPSIS :

<> Nouvelles
3 personnes en parlent
Ce recueil est tout simplement génial, notamment les deux nouvelles "Mauvais plan" et "Le prince charmant". On s'attend à de simples enquêtes criminelles mais non ! La vengeance s'invite à la table du crime, le suicide s'explique et se comprend... Enfin, un recueil qui change du genre policier trop traditionnel.
Sophie Mlle

Le livre contient six nouvelles policières relatant six faits divers différents mais avec un thème commun « la vengeance ».Chaque histoire est étonnante et a une chute inattendue : on croit savoir mais on ne sait pas… Les histoires sont très courtes ce qui permet à tout lecteur, quel que soit son niveau, de pouvoir entrer dans l’univers du genre policier.Le récit est bien mené, le suspense est parfait, il y a toujours un petit détail qui annonce la fin et nous fait complètement tourner la tête concernant l’identité du ou des meurtriers.Le langage peu paraître un peu brutal, mais cela vient du fait que l’auteur s’est vraiment mise à la place des personnages (tueurs, cambrioleurs …) Le jargon utilisé correspond tout à fait et nous fait directement entrer dans le contexte.Juste un petit bémol pour la dernière nouvelle qui, me semble de trop car traitant moins directement le sujet.

Naurile
02/02/16
 

Après avoir souvent croisé son nom, je découvre enfin la plume de Sarah Cohen-Scali à travers ce petit recueil édité par Flammarion. J’ai beau avoir pressenti la fin de deux des 6 nouvelles, je peux tout de même affirmer que l’auteure sait surprendre son lecteur. L’ambiance est sombre et les thèmes développés ne le sont pas moins : il est question de vengeance, de jalousie, de mort… Avis aux amateurs du beau langage : le vocabulaire est parfois très cru mais jamais gratuitement, il s’adapte en effet parfaitement aux situations racontées. L’ensemble se lit assez vite : vous pouvez le dévorer ou, comme moi, le déguster. Voici un rapide aperçu de chacun des récits : « Mauvais plan » Un homme se réveille dans un hôpital : il peut à peine bouger mais dispose de toutes ses facultés mentales. Qui est-il ? Pourquoi semble-t-il davantage préoccupé par une boucle d’oreille que par son état physique ? Une très bonne nouvelle à chute, excellemment narrée et angoissante à souhait ! « The end » Un jeune homme se fait abattre devant des spectateurs impassibles… Réalité ou fiction ? Une fin à laquelle je m’attendais mais un récit toutefois bien mené. « La maison » Etre guide touristique n’est pas un métier de tout repos. Ainsi quand des touristes insistent pour visiter une maison abandonnée, il faut bien se plier à leurs exigences. Et quand, dans la dite maison, a eu lieu un crime sordide, il n’est pas impossible que le passé refasse surface. J’avais vaguement pressenti la fin de cette nouvelle, sans disposer de tous les éléments, mais cela n’a rien enlevé au plaisir de la lire. « Justice » A quelques jours de la fin d’un procès, un suspect avoue à son avocat qu’il est bel et bien coupable. Que va décider l’avocat : continuer à défendre son client ou sacrifier sa carrière ? Tout le suspens réside dans la décision de l’avocat et donc, une nouvelle fois, dans la chute qui nous offre une vision surprenante de la justice. « Le prince charmant » A Aube-sur-Loing, une SDF perturbe la vie paisible des riverains. Elle s’installe ainsi que son caddie aux effluves nauséabonds devant les petits commerces du village, passant ses journées à boire et à insulter les passants, jusqu’au jour où le baron Ernest de Chauda, l’ange-gardien d’Aube-sur-Loing, décide d’intervenir. On sent bien, tout au long de cette nouvelle, qu’un événement grave va se produire, mais on est bien loin d’imaginer ce qui l’a motivé ! Une nouvelle vraiment très intéressante. « Un p’tit beur en or » Yassin est revenu à Paris avec une médaille en or. Fier d’avoir représenté son pays et chanté la Marseillaise, il s’étonne, en ce matin d’avril, de voir Paris si calme. Bientôt, des manifestants occupent les rues de la capitale. Une nouvelle assez différente des autres, pétrie d’ironie et inspirée d’un fait réel.

Calypso85
05/02/12

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 13.40 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie