Mein kampf, mon combat

HITLER, ADOLF

livre mein kampf, mon combat
EDITEUR : NEL
DATE DE PARUTION : 02/01/08
LES NOTES :

à partir de
36,00 €

SYNOPSIS :

Mein Kampf (en français Mon Combat) est un livre rédigé par Adolf Hitler entre 1923 et 1924 pendant sa détention à la prison de Landsberg suite au coup d'état manqué dit " putsch de la Brasserie ". Il contient des éléments autobiographiques ainsi qu'une présentation de l'idéologie nationale-socialiste. Il constitue une excellente introduction au national socialisme allemand. On estime le tirage de ce livre à plus de dix millions d'exemplaires
en allemand, auxquels s'ajoutent des traductions en seize langues étrangères. La Cour d'appel de Paris a décidé, dans un arrêt du 11 juillet 1979, d'autoriser la vente du livre (édition intégrale en français), compte-tenu de son intérêt historique et documentaire, mais assortissant cette autorisation de l'insertion en tête d'ouvrage, juste après la couverture et avant les pages de garde, d'un texte de huit pages mettant en garde le lecteur.
2 personnes en parlent
Contrairement aux inepties que je viens de lire, ce livre regorge de propos et d'arguments antisémites et ce dès le chapitre 2 du tome 1. Nul ne peut prétendre, sans être coupable de révisionnisme, ou pire, de négationnisme, qu'il n'y a pas dans ce livre, les germes de la shoah, le génocide programmé et opéré des trois quarts des Juifs d'Europe
NICOLAS M

L'idée de lire Mein Kampf peut paraitre malsaine voire profondément antisémite. Je n'ai cure de ces deux probables accusations, donc je l'ai lu. Soyons clairs, ce livre est écrit avec les pieds, on dirait du Angot retraduit à partir de la traduction allemande. Mais là n'est pas la question.La partie autobiographique est intéressante car elle nous montre qu'Hitler n'était pas un jeune homme très différent des étudiants en école de commerce ou des nouvelles stars de la piètre chanson française ( voir programmation du Taratata de samedi dernier ) : surmoi démesuré et inflexible, arrogance de la jeunesse, volonté de se faire une renommée.La partie plus politique de l'ouvrage nous montre les accointances masquées entre les néo-décroissants - les Verts pour ne pas les nommer - et Hitler. Même haine du Capitalisme et par ricochet de l'argent. Haine de l'argent qui, pour un esprit malade, mène inéluctablement à la haine des Juifs. Là est la rupture entre les étudiants du Tertiaire et Hitler : le Capital est vu par les premiers comme une fin et par le second comme un moyen. Seul l'objectif, le pouvoir, demeure.Quitte à décevoir la LICRA, le PS, les Verts et leurs partenaires officieux que sont les néo- nazis ; il n'y a nulle trace d'antisémitisme dans ce livre. Ou plutôt, pas plus que chez les contemporains d'Adolf Hitler. Voilà.

un flyer
27/10/15

Format

  • Poids : 0.30 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition