Memoires de fanny hill, femme de plaisir

CLELAND, JOHN

EDITEUR : LA DIFFERENCE
DATE DE PARUTION : 14/09/06
LES NOTES :

à partir de
10,00 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Cet ouvrage propose une réflexion sur le sens, les représentations fonctionnelles et identitaires des frontières et des espaces frontaliers, les temporalités qui les animent, ainsi que sur leurs mutations. De la formation des États modernes aux frontières politiques précises, à l'heure de la mondialisation triomphante et des flux transnationaux qui perforent les limites étatiques, la notion de frontière n'a cessé d'évoluer. Les auteurs ont choisi systématiquement
des documents qui s'inscrivent dans une approche culturelle de la géographie ; les grands textes classiques comme les romans actuels, les manuels scolaires du début du XXe siècle, les bandes dessinées, la peinture et les films permettent de croiser les regards. La démarche est volontairement interdisciplinaire car la frontière n'est pas l'objet des seuls géographes ; les travaux d'anthropologues, historiens, philosophes constituent un apport riche et stimulant.
2 personnes en parlent

Fanny Hill vient de perdre ses parents. Seule, elle n'a pas d'autres choix que de monter à Londres pour s'en sortir. Mais une fois sur place, la personne qui s'était chargée de l'aider la laisse en plan. Livrée à elle-même, elle va tomber dans les griffes d'une vieille maquerelle et deviendra une prostituée de luxe, d'abord privée, puis publique, le tout pour assurer sa survie dans cette grande ville. Dans deux longues lettres, elle raconte sa vie à Londres, entre plaisir et intrigues...L'histoire ne commence pas directement avec Fanny Hill, mais par une introduction de 179 pages, soit la moitié du roman, de Guillaume Apollinaire sur Londres et ses bordels au XVIIIè siècle, se basant sur les écrits de Casanova. C'est une longue introduction qui permet de saisir la situation dans laquelle nous plonge John Cleland aux côtés de notre héroïne, et dans quel monde elle évolue. C'est donc très intéressant et c'est un point que l'on ne peut sauter, tant elle nous prépare à ce qui va suivre !L'introduction lue, nous passons aux deux longues lettres de Fanny, relatant comment elle a quitté sa campagne natale, s'est faite dépucelée. Puis enfin comment elle en est venue à se prostituer, d'abord auprès d'un homme, puis devenir ensuite une prostituée de luxe "publique", vendant ses charmes à des jeunes hommes triés sur le volet. Bien sûr, Fanny Hill prend du plaisir à tout ceci et a accepté la situation en toute connaissance de cause - le consentement du personnage est un point assez intéressant. Elle aurait pu se trouver un petit travail, dame de compagnie, faire du ménage... Elle s'est pourtant tournée vers un métier qui demande du courage, un métier pas facile où elle aurait pu tomber sur bien pire que la vieille maquerelle peu scrupuleuse, tout en gardant la tête haute.Ce sont deux lettres avec de belles tournures de phrases, au vocabulaire soutenu, et exempt de toute vulgarité. C'est un classique de la littérature érotique qui a été interdit en 1749, soit un an après sa publication... en Angleterre ! Et jusqu'à récemment, à Singapour. Et pourtant, pour l'Angleterre, c'est assez surprenant puisque si on se fie à l'introduction de Guillaume Apollinaire, les bordels étaient légions, et sous différentes formes ! En bref, Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir est un petit classique, que l'on préféra plus pour comprendre les mœurs de nos voisins outre-manche avec l'introduction bien fournie de Guillaume Apollinaire que pour son côté érotique. Cette nouvelle édition est à mettre sous le sapin des lecteurs avertis !

bountyfrei
09/12/15
 

« le plus grand roman érotique anglais de l’âge d’or du libertinage » dixit l’éditeur. Son auteur, John Cleland, l’a écrit en 1749 alors qu’il était emprisonné pour dettes. L’ouvrage demeurera son seul succès et le rendra riche, lui évitant de retourner au cachot. Le récit est tellement « audacieux » pour le puritanisme anglais que la perfide Albion n’autorisera sa publication officielle qu’en 1963. En France, c’est Apollinaire, au début des années 20, qui offrit la première édition érudite de Fanny Hill, lui donnant par la même ses lettres de noblesse littéraire. Dans la version d’Apollinaire, les passages les plus « compromettants » étaient relégués en notes de bas de page. Cette édition de Bernard Pascuitto peut donc être considérée comme la première publication intégrale et non expurgée de ce que nombre de lecteurs considèrent comme un chef d’œuvre. Pour créer le personnage de Fanny Hill, Cleland s’est inspiré de Fanny Murray, une prostituée de 17 ans qui était l’idole des aristocrates londoniens. Sous la plume du romancier, Fanny raconte ses expériences à travers deux longues lettres où elle décrit sa vie misérable à la campagne, son arrivée sans le sou dans la capitale, son initiation dans une fameuse maison close puis sa spécialisation dans les orgies les plus débauchées. On suit donc au fil des pages la transformation d’une oie blanche en prostitué de luxe. Mais le récit s’attarde également sur les considérations liées au savoir-vivre. Fanny insiste longuement sur la bonne attitude à adopter face à une clientèle haut de gamme et exigeante. L’intérêt réside aussi dans l’évolution de la jeune fille. D’abord pure et innocente, elle acquiert vite l’expérience suffisante pour comprendre comment profiter au mieux de sa situation. Fanny devient une forte femme, intelligente, clairvoyante. Loin d’être une incontrôlable nymphomane (comme les prostitués de Pierre Louÿs par exemple), Fanny ne dédaigne pas le plaisir, mais elle place aussi la vertu au-dessus du vice, ne perdant jamais de vue le fait que ses nombreuses expériences lui ont surtout permis de trouver sa place dans le monde et n’ont pas fait d’elle une débauchée. Il n’y a rien de glauque dans le récit de Cleland. Les clients sont classe, jamais violents. Même l’adepte du fouet se révèle au final un garçon plutôt gentil. Bien sûr, on est souvent proche d’une certaine forme de caricature, mais je préfère retenir le bonne humeur et la joie de vivre qui traverse le récit. Dans ses deux lettres, Fanny s’attarde, non sans humour, sur les descriptions physiques de ses michetons. Pour ce qui est du passage à l’acte, les choses sont davantage suggérées qu’exprimées dans les moindres détails. Un style très imagé qui m’a beaucoup plu, surtout si l’on y ajoute l’emploi quasi constant d’un passé simple délicieusement désuet : « Comment pûtes-vous m’abandonner ? ».Bref, je ne suis pas mécontent d’avoir découvert ce grand classique. Voila un roman libertin finalement assez peu émoustillant qui m’a pourtant fait passer un excellent moment de lecture.

jerome60
07/11/12
 

Format

  • Hauteur : 16.50 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 0.26 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : ISIDORE LISEUX

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie