Metaphysique du chien

SEGUR, PHILIPPE

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 19/11/03
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Dans les ruelles pittoresques du vieux toulouse, une multitude de personnages haut en couleurs vont, viennent, se croisent, comme reliés entre eux par un fil invisible : l'inspecteur moskato, policier dépressif qui ne se remet pas de la disparition de son caniche, ange fraboli, voleur à la petite semaine de chiens et de chats, mme estrouffigue, propriétaire tyrannique et bienfaitrice du chien
knult. Tandis que la vie paisible du quartier est troublée par des rumeurs d'enlèvements d'animaux domestiques, une enquête sauvage et drôle commence, dans laquelle le sort des hommes et celui des bêtes vont se trouver inextricablement mêlés. oú conduisent les traces de knult, le chien philosophe ? s'agit-il de déjouer un complot, ou de trouver le sens caché de l'existence ?.
2 personnes en parlent

Stupéfiant ! Ce bouquin semble être pluriel tant les histoires s'entremêlent, tant on passe de la mélancolie à la drôlerie, du sérieux limite philosophie du quotidien au comique de situation. On sort de là avec l'impression d'avoir vécu plusieurs vies, comme ce Paul insaisissable, improbable héros de l'affaire. Comme le signale la quatrième de couverture, on se demande s'il s'agit de déjouer un complot ou de trouver le sens caché de l'existence. Toujours est-il que Ségur nous tient du bout de sa plume. Ce livre étrange est diablement bien mené et écrit. Moi qui râle toujours contre la littérature française que j'accuse de tous les maux, j'avoue avoir été scotchée ! Ce roman pas banal nous en fait voir de toutes les couleurs. Alors que le début est passablement bizarre et austère, la suite s'enrichit d'histoires parallèles. Leurs protagonistes se croisent sans savoir que des liens existent entre eux et cela donne lieu à pas mal de quiproquos grâtinés ! Si on ajoute à cela, une ambiance bien toulousaine, notamment en termes d'expressions colorées, on obtient un roman endiablé qui fait rire aux larmes tout en gardant une part de mystère...

mycupoftea
07/09/12
 

Un roman curieux, tragi-comique, à l'écriture fluide, poétique parfois presque lyrique, mais qui laisse un arrière-goût morose...Le roman commençait très mal pour moi, puisque je participe au challenge de Sharon Animaux du monde en raison de ma passion pour les animaux. Or, Paul, le narrateur du prologue, nous apprend qu'il a méticuleusement dépecé son chien pour le manger. Malgré les détails peu ragoûtants, j'ai poursuivi ma lecture et j'ai compris quelques pages plus loin, que Paul mange son chien par amour, pour s'imprégner de lui et de son « enseignement » (oui oui, on parle bien du chien !). J'ai donc pu poursuivre ma lecture plus sereinement ! Par la suite, c'est un narrateur omniscient qui nous présente des tranches de vie du quartier : l'histoire du chien Knult, le fameux chien cuisiné dans le prologue, puis Paul, l'étudiant qui a décidé de renoncer à la vie matérielle et conformiste pour une vie plus que frugale, en communion avec le chien : « Moi, le vagabond, le Robinson sans île, le déjà-moribond, j'éructe et j'exulte dans ma rage. Je vous en veux à tous. Je suis un moine ivre, un tabernacle ouvert, une statue sans tête. Je suis l'église vide à l'autel fracassé, le temple désaffecté au pavillon en deuil. Ma vie est mon cercueil. Il est parti mon Knult, mon seigneur et mon maître, mon Christ décomposé. Il est parti ce matin aux premières rosées. »L'inspecteur Moskato quant à lui, sombre dans la mélancolie suite à la disparition de son caniche : « Il se rendait compte que cette bestiole minuscule, ce truc infinitésimal et geignard, avec ses petits riens, ses couinements, son appétit de goinfre, sa quête obsessionnelle de son os en plastique, avait pris dans sa vie une place considérable. » tandis qu'Ange Fraboli s'échine justement à enlever chiens et chats pour les revendre à des laboratoires. Au centre de ces allées et venues, quelques figures récurrentes : madame Estrouffigue qui semble posséder tout le quartier et poursuit ses locataires de son implacable sollicitude, le boucher Luciano et Véro, la vétérinaire, amoureuse de Paul.C'est finalement un beau roman qui fait la part belle à la gent animalière, non sans ironie parfois, et n'est pas dénué de comique (Ange Fraboli est ridicule par exemple lorsqu'il se prend pour un séducteur ou encore lorsqu'il est à moitié assommé par une grand-mère qui veut lui reprendre son chien) mais qui ne m'a pas totalement convaincue...

LeCottagedeMyrtille
25/08/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.14 kg

Dans la même catégorie