Meurtre au champagne

CHRISTIE, AGATHA

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 04/09/77
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Trop belle, trop légère, trop riche Rosemary ! Quel désespoir secret a conduit au suicide cette femme environnée d'admirateurs et d'amants, volant de cocktails en parties de bridge et de dîners en bals, sous l'oeil résigné de George, son mari plus âgé ? Nul ne le sait. Mais la question commence à se poser différemment le jour où ce dernier est informé par des lettres anonymes qu'on a assassiné son épouse. Cependant, le lecteur
découvre, une à une, les raisons qui auraient pu pousser diverses personnes de l'entourage de Rosemary à vouloir se débarrasser d'elle. Toutes se trouvaient là le soir tragique où elle a bu une coupe de champagne additionnée de cyanure. Un nouveau dîner rassemblant les mêmes convives permettra-t-il, comme George l'espère, de confondre le coupable ? Peut-être... A condition qu'une nouvelle mort ne vienne pas compliquer l'affaire.
4 personnes en parlent

Meurtre au Champagne fait partie des titres qui ne mettent en scène aucun des personnages récurrent d'Agatha Christie (ni Poirot, ni Marple, ni les Berresford), et j'avoue que j'ai de plus en plus un faible pour ces enquêtes. Ici, la construction apparaît comme une sorte de miroir. L'histoire démarre six mois après la mort de Rosemary. Le lecteur découvre les personnages présents à la table le soir de sa mort les uns après les autres, et chacun semble disposer d'un bon motif pour avoir concouru à ce décès. A mi-roman, arrive le point d'orgue, que je ne vous dévoilerai pas, et la seconde moitié vient faire un pendant à cette première que je vous ai déjà livré.Pour ma part, j'ai apprécié cette construction qui amène peu à peu le lecteur à rassembler des indices ici et là qui viennent éclairer le dénouement. Si j'ai élaboré de nombreuses hypothèses, il convient de souligner que la chute, si elle m'a surprise, n'en reste pas moins plausible et subtile. Bref, une intrigue so british, avec Londres, sa campagne, ses trahisons et ses jalousies par amour ou par argent, le tout arrosé d'un peu de poison : les ingrédients classiques d'un Christie mais so sweet ! Miss Alfie

MissAlfie
23/02/15
 

Ce roman n’est pas une des oeuvres majeures d’Agatha Christie, mais elle reste un roman de qualité, agréable à lire. La reine du suspense sait ce qu’écrire veut dire.L’intrigue nait, comme souvent chez Agatha, au coeur du cercle familial. Et quel cercle familial ! Il faut remonter une génération plus tôt pour comprendre la situation actuelle, éminemment romantique. Un homme aimait une femme, et elle en aimait un autre, qu’elle épousa. Cet homme, ni jaloux, ni vindicatif, un être rare en somme, légua toute sa fortune à la fille aînée de sa bien-aimée, sans susciter autre chose qu’une profonde admiration. Cette enfant, Rosemary Marle donc, parcourt la vie entre cocktail, bal, réception mondaine – le bonheur. Elle a une vieille tante veuve d’un homme d’église, épousé sur le tard. Elle a un fils unique, Victor, la brebis galeuse de la famille. Pauvre chéri ! Ce n’est pas sa faute, c’est un artiste incompris, un entrepreneur qui manque de chance, un associé floué, qui menace de se suicider à chaque fois qu’il a des ennuis. Bon fils, il prévient toujours maman avant – le temps qu’elle réunisse l’argent nécessaire pour le sauver.Il ne manque à ce tableau que deux personnages : le mari et la jeune soeur. Le mari, c’est George. Tous se demandent comment cet homme si gentil, si prévenant, si peu romanesque a réussi à séduire Rosemary – on le saura, je vous rassure. Il est plus âgé, il est rassurant, il a une bonne situation, mais il n’est pas aussi aisé que sa femme. Ses défauts sont peut-être un excès de confiance en ces proches et une imagination mal canalisée.Iris est l’antithèse de sa soeur. Elle n’a pas sa beauté, elle n’a pas eu autant d’attention de la part de sa mère. Elle est cependant sensible et intelligente – qualités qui font défaut à sa soeur.Le mot est dit : Rosemary est bête, mais d’une bêtise rare, et curieuse à observer. S’ajoute à cette bétise une indifférence complète pour tout ce qui n’est pas elle-même qui la condamne sans qu’elle s’en rende compte. Ecoutez-la parler, c’est merveilleux : même quand elle dialogue, elle monologue toujours. Elle ne fait pas le poids face à n’importe quel assassin doté d’un minimum d’intelligence et d’organisation.L’auteure rappelle un axiome : l’enquête doit être laissé à des professionnels, non à des amateurs qui risquent gros, très gros à défier quelqu’un qui a déjà tué, et n’a donc plus rien à perdre. Arrêter un assassin, c’est aussi empêcher d’autres crimes d’être commis – pour le même mobile que le premier, ou simplement pour empêcher le premier d’être découvert.Meurtre au champagne comporte aussi deux belles histoires d’amour passionnée – saurez-vous les reconnaître ?

Sharon
07/06/13
 

[Extrait]J'ai reçu ce livre dans le coffret "Noël à l'anglaise" de Agatha Christie, contenant aussi le précédemment chroniqué (mais programmé pour décembre 2013 ! ) "Christmas Pudding". Avouons-le tout de suite, j'ai vite été déçue car, non seulement ce roman ne se passe pas pendant les fêtes de fin d'année, mais, en plus, il ne met pas Hercule Poirot en scène. Mon tout premier Agatha Christie fût "Les dix petits nègres" et, mis à part ce roman, très rares sont les romans policiers de Christie que j'ai aimé alors qu'Hercule Poirot y était absent !En fait, pour être tout à fait honnête, quand j'ai commencé ce roman, je ne savais pas que Hercule Poirot n'y figurait pas. Comme souvent avec l'auteure, je m'attendais à ce qu'il débarque vers la centième page et, quand cela ne fût pas le cas, j'ai regardé sa quatrième de couverture et compris mon erreur. Rédactrice du blog féminin http://apologie-d-une-shopping-addicte.over-blog.com

platinegirl
08/01/13
 

Aaaaah Meurtre au champagne ! Un de mes préférés !!! Peut-être est-il destiné à un lectorat plus féminin parce qu'il y a pas mal d'amour dans ce livre ( vous me direz dans un Christie quasi toujours, mais là particulièrement). Ce livre est écrit de manière originale et présente les personnages, leur psychologie avant de vraiment s'attaquer à l'énigme policière, mais cette psychologie fait partie de l'intrigue et c'est peut-être encore plus important que de savoir qui a tué Rosemary. je ne peux pas en dire plus de peur de gâcher l'histoire. Malgré un cliché ou deux c'est un livre que j'ai dévoré, adoré, lu et relu et où la nature humaine est mise à nue. À découvrir d'urgence ou à relire.

Lithodora
20/11/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg
  • Langage original : ANGLAIS