Meurtre en mesopotamie

CHRISTIE, AGATHA

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 06/03/76
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

En arrivant sur le chantier de fouilles de Tell Yarimjah, miss Amy Leatheran ouvre de grands yeux. Quoi de plus dépaysant pour une jeune infirmière que ce pays exotique, cette équipe d'archéologues installée loin de tout ? Et quelle mission singulière que d'avoir à veiller sur la belle Mrs Leidner, en proie à des hallucinations et des terreurs diverses... Miss
Leatheran va tâcher de s'acquitter au mieux de ses fonctions. Mais, de masques terrifiants paraissant à la fenêtre en menaçantes lettres anonymes, les angoisses de Mrs Leidner vont finir par l'étreindre à son tour. Et lorsque cette dernière sera assassinée, Amy aura le rare privilège d'assister de près à une enquête de l'illustre Hercule Poirot...
7 personnes en parlent

On a affaire là, à du grand, du très grand Agatha Christie.Parlons de l’intrigue tout d’abord. Si la découverte du meurtrier et le mobile ne posent aucun problème et sont vraiment simples, le tout est amené de façon très intéressante. L’histoire, le passé des personnages sont fascinants et collent bien au côté aventureux, romantique et mystérieux de l’archéologie de la fin du XIXème, début du XXème siècle.Ce qui est génial, c’est qu’Agatha Christie réussit à rendre palpable pour le lecteur cette tension, ce sentiment de malaise qui règne entre les membres de la mission. Ils ont tous un passé plus ou moins trouble et puis ces faits inexpliqués…c’est vraiment oppressant, on vit au milieu des personnages et on sent que ça va finir par éclater. Comme toujours chez Agatha Christie, les personnages sont très archétypaux, mais dans ce cadre ce n’est, selon moi, pas un défaut : on sait rapidement à qui l’on a affaire, cela amène des situations souvent amusantes et l’ont peut se concentrer sur « l’affaire ».Mais surtout, au-delà de l’enquête, j’ai adoré tous les faits et descriptions touchant à l’archéologie. C’est très justement décrit, très bien analysé ( Agatha Christie était mariée à un archéo’ et l’a suivi sur de nombreux chantiers), avec un mélange de tendresse mais aussi de moquerie ; j’ai souvent souri, voire franchement ri face aux réactions de « newbie » de l’infirmière, j’ai parfois été horrifiée par les méthodes de travail employées, mais surtout tout prenait forme devant mes yeux : le site sur lequel je suis en ce moment colle parfaitement à celui évoqué dans le livre : un tell, où les bâtiments sont en briques crues, si difficilement décelables pour un œil non exercé. Que du bonheur de découvrir ce roman dans un tel cadre !Enfin, je vourdrais revenir quelques instants sur le personnage de l’infirmière puisque c’est elle qui nous relate cette histoire. C’est un choix excellent, ce personnage est très plaisant, vif, intelligent et n’a pas la langue dans sa poche. Je me suis beaucoup amusée en découvrant tous les commentaires personnels dont elle émaille sont récit, en particulier quand elle nous parle de Hercule Poirot. On obtient un résultat très vivant, réaliste. Vraiment un très bon point supplémentaire pour ce roman ! Pour résumer, un très bon Agatha Christie, qui a pris pour moi une saveur toute particulière.

un flyer
13/05/11

EXTRAIT DE LA CHRONIQUE :Je tiens à préciser que la numérotation des tomes d'Hercule Poirot par Agatha Christie est de mon fait. J'ai ici pris en compte ses apparitions sous toutes les formes: romans, mais aussi nouvelles et pièces de théâtre. En ne tenant compte que des romans, ce tome serait le 13ème de ses aventures.Le Masque réédite cette année quelques tomes des aventures de notre détective belge préféré : Hercule Poirot. Pour l'occasion, le traditionnel poche jaune revet une illustration en noir sur jaunassortie au thème de son histoire : ici, le désert mésopotamien est figuré par des chameaux (si je compte bien, ils ont deux bosses ! ). Pour le reste, on prend les mêmes et on recommence la recette magique : un petit livre très fin, de 280 pages tout de même, qui est écrit en petits caractères (mais pas minuscules non plus ! ) avec aucun saut de page.

Lireoumourir
26/08/13

En dépit du meurtre et du climat, voici un Agatha Christie tout à fait rafraîchissant. La cause ? Le changement de narrateur. En effet, ce n’est pas Hastings qui prend la plume, mais une jeune infirmière déterminée, qui ne cachera rien de ce qu’elle a vu.Bien sûr, le récit est rétrospectif, du coup, elle peut insister sur des faits qu’elle n’a pas jugé importants à l’époque et n’hésite pas à le dire. Elle a en outre le mérite d’être très observatrice. Pas de la vie quotidienne et pittoresque dans un chantier de fouilles, non l’archéologie, très peu pour elle, la visite des ruines ne lui évoque absolument rien ; elle saisit les nuances imperceptibles que d’autres ne verraient même pas, dans ce microcosme très fermé, sur un visage, des attitudes qui n’ont pas lieu d’être, des haines disproportionnés.Quand la très belle Madame Leidner est assassinée, dans une chambre où personne n’a pu rentrer ou sortir sans être vu, la police locale déclare forfait, et l’on décide de faire appel à Hercule Poirot. S’il est une scène que vous ne devez rater sous aucun prétexte, c’est celle de la rencontre entre Hercule et Amy. Inoubliable – d’ailleurs, j’y pense encore, bien que je l’ai lu hier soir. Hercule parle un anglais qui prend quelques libertés avec la syntaxe, et la narratrice transpose sans complexe, dans une langue correcte, les propos du détective belge. Elle nous donne tout de même un aperçu de son parler habituel, notamment quand Hercule s’est "torché" la cheville. Ce sont des choses qui arrivent.Même si l’action se passe en Mésopotamie, Agatha Christie trouve tout de même le moyen d’écrire un huis-clos : seule une personne présente dans la maison a pu tuer la belle madame Leidner. Elle était aimée, passionnément, par son mari. Elle aimait plaire, à d’autres hommes. Elle était jalousée, notamment par Sheila Reilly, nièce du docteur, qui ne comprenait pas qu’une femme de son âge puisse séduire. Elle était haïe. Elle était, parfois aussi, jugée à sa juste valeur. Alors qui ?Le dénouement sera, comme toujours, surprenant, et l’épilogue du livre nous montre qu’Hercule Poirot n’aurait jamais dû monter dans l’Orient Express pour rentrer chez lui.

Sharon
15/08/13

Dans ce roman, l'intrigue se déroule en Mésopotamie et le narrateur est Amy Leatheran. Amy est une jeune infirmière appelée auprès du professeur Leidner pour prendre en charge sa femme. Un meurtre survient alors dans la petite communauté d'archéologues qui officient dans la région de Tell Yarimija. Heureusement, Hercule Poirot est en voyage non loin de là. Mon avis est plutôt mitigé sur ce livre. En effet, j'ai trouvé Hercule Poirot trop orgueilleux, trop pédant. Le mobile et le dénouement que je ne peux pas révéler sont trop légers, peu recherchés. Il n'y a pas de réelle analyse psychologique. En revanche, je n'ai pas réussi à trouver le coupable. C'est ce qui me plait le plus chez Agatha Christie. Rien ne filtre, Poirot réfléchit, réfléchit encore mais ne dire rien et puis d'un seul coup il trouve la résolution de l'énigme. On sent le vécu de l'auteur concernant les fouilles et le Moyen-Orient car elle a été mariée en seconde noces à un archéologue. C'est un bon roman mais pas exceptionnel en soi. Lilas

un flyer
29/09/12

Dans ce roman, Miss Leatheran est le narrateur et elle raconte cette histoire après qu’elle ait trouvé son terme.C’est un excellent choix. Il permet de disposer d’un point de vue omniscient, puisqu’elle a connaissance de tous les points importants de l’affaire, tout en conservant une part de subjectivité, notamment dans les rapports humains. La narratrice fait des commentaires personnels savoureux sur tous les personnages, y compris sur Poirot dont elle trouve les méthodes bien surprenantes.C’est très réjouissant et j’ai redécouvert ce roman dont je ne me souvenais même plus du coupable, malgré au moins trois visionnages du téléfilm.On sent également qu’Agatha Christie connait parfaitement ce milieu et tout est décrit avec une précision remarquable.Une belle relecture !

Estellecalim
09/07/12
 

[Extrait]Je tiens à préciser que la numérotation des tomes d'Hercule Poirot par Agatha Christie est de mon fait. J'ai ici pris en compte ses apparitions sous toutes les formes: romans, mais aussi nouvelles et pièces de théâtre. En ne tenant compte que des romans, ce tome serait le 13ème de ses aventures.Le Masque réédite cette année quelques tomes des aventures de notre détective belge préféré : Hercule Poirot. Pour l'occasion, le traditionnel poche jaune revet une illustration en noir sur jaunassortie au thème de son histoire : ici, le désert mésopotamien est figuré par des chameaux (si je compte bien, ils ont deux bosses ! ). Pour le reste, on prend les mêmes et on recommence la recette magique : un petit livre très fin, de 280 pages tout de même, qui est écrit en petits caractères (mais pas minuscules non plus ! ) avec aucun saut de page. Rédactrice du blog féminin http://apologie-d-une-shopping-addicte.over-blog.com.

platinegirl
07/07/12
 

Un livre relaté par l'infirmière de Mrs Leidner. Mrs Leidner est sujette à des terreurs noctures et à des hallucinations, ce qui plante bien le décor lorsqu'on la retrouve morte.Un bon roman avec de bons détails sur l'archéologique.

alison29
07/12/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition