Meurtres a la pomme d'or ; roman noir et gastronomique au temps de la renaissance

BARRIERE, MICHELE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 08/10/08
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

An de grâce 1556 : françois, étudiant en médecine à montpellier, n'a qu'une idée en tête : devenir cuisinier. aux dissections, il préfère l'étude du safran, de la cardamome, du gingembre, du macis et autre maniguette sous la houlette de l'apothicaire laurent catalan. Mais une série de morts suspectes sème le trouble dans la ville. un mystérieux breuvage distribué par
un apothicaire ambulant en est la cause. laurent catalan, en raison de ses origines juives et de ses sympathies pour les protestants, est accusé de complicité et jeté en prison. François mène l'enquête jusqu'à bologne. parviendra-t-il à sauver catalan ? Assorti d'un guide de la tomate, meurtres à la pomme d'or propose également un carnet de recettes de la renaissance.
8 personnes en parlent

Un policier historique plutôt réussi, sans avoir rien d'extraordinaire c'est une lecture agréable. L' intrigue est mince, l' écriture simple mais les personnages attachants et l' univers mêlant cuisine et médecine très plaisant. Une lecture facile d'accès pour un court moment de détente.

Lacazavent
21/01/14
 

C'est toujours un plaisir de lire un livre de Michèle Barrière.L'histoire commence à Montpellier, à la renaissance, à une époque ou médecins, apothicaire et épiciers se font une guerre de réputation sans merci.François et Félix, deux des protagonistes principaux vont nous entrainer dans la recherche de poisons venus d'Amérique jusqu'en Italie. Bien sur François est féru de cuisine. L'histoire est riche en information, notamment en ce qui concerne les grandes figures de l'époque comme Nostradamus.Les plus du livre, sont le petit traité de la tomate, fort utile de nos jours pour ne pas se faire arnaquer par la tomate en grappe par exemple ou encore le cahier de recettes, avec la tarte de Mazapan par exemple. A lire et à déguster, double plaisir assuré MurielDMR

Muriel72
04/01/14
 

Au XVIème siècle, à Montpellier, le jeune François, néglige ses études de médecine au profit de sa passion pour la cuisine. Bientôt, une série de crimes va bouleverser sa vie ; pour disculper son hôte, Catalan, injustement emprisonné, François, en compagnie de son ami Félix Platter, va se mettre en quête de l'arme du crime : un breuvage aussi mystérieux que foudroyant. L'époque, la passion de François pour la cuisine, des meurtres mystérieux... Tout pour me plaire, et pourtant, j'ai eu du mal à accrocher. Le style un peu plat et le manque de rythme m'ont empêchée d'entrer pleinement dans cet univers pourtant fascinant. En effet, au cours de son enquête, François fréquente des figures historiques comme Nostradamus qui fabrique des dragées d'abricots fort appétissantes ou Gabriel Fallope, dont nous avons tous entendu parler en cours de biologie. Pour l'instant, je ne suis pas convaincue mais je pense lire un autre roman de Michèle Barrière pour me faire une idée. En revanche, j'ai beaucoup apprécié l'historique sur la culture de la tomate à la fin du livre, ainsi que le carnet de recettes de la Renaissance... à tester prochainement !

LeCottagedeMyrtille
25/08/12
 

Alors que le concept d'une enquête au 16e siècle m'intrigait énormément, je laisse le soin aux gourmands de tenter le coup avec Meurtres à la pomme d'or. Peut-être les éléments qui ont gêné ma lecture vous laisseront insensibles et vous permettront de profiter complètement d'un roman au demeurant fort intéressant d'un point de vue historique. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
21/03/12
 

Je crois qu'un nouvel amour est né !Entre Michèle Barrière et moi-même, quelque chose s'est passée ; une étincelle s'est embrasée et, je crois bien que je suis "tombée en amour" pour ce roman et pour le style, l'imaginaire de l'auteur.François, notre héros, fait des études de médecine, bien que sa passion soit toute autre. En effet, ce jeune homme, fort attachant, est un passionnée de cuisine. C'est son père qui l'a contraint à mener des études de médecine, que François, il faut bien l'avouer, ne suit qu'avec peu d'envie de d'assiduité. Lui ne rêve que d'une chose : vivre sa passion pour la gastronomie. Il ne pense qu'à ça, ne rêve que de cela.Son quotidien "gourmand" va subir quelques chambardements quand des morts suspectes vont venir mettre en danger son ami, Laurent Catalan, qui est aussi son mentor. François va tout faire pour lui venir en aide, redoublant d'effort, se mettant en danger lui-même, afin de découvrir la vérité sur ces atrocités et faire éclater celle-ci au grand jour.J'aime de plus en plus me plonger dans des polars/thrillers historiques qui, pour une passionnée d'Histoire comme je le suis, sont un vrai régal. J'aime me délecter de ce genre de roman, m'abreuver à ces pages. D'autant qu'ici, j'ai pris énormément de plaisir à suivre François qui à tout de suite fait partie de moi. Lui et moi ne faisions plus qu'un, comme ces chers Holmes et Watson. J'adore sa personnalité. Il est enjoué, sympathique et sa passion ne le rend que plus attachant encore.J'ai trouvé l'histoire très originale du fait que Michèle Barrière nous fasse découvrir la gastronomie de la Renaissance. Par moment, pour vous dire, je salivais à m'imaginer toutes ces belles tables, pleines à craquer de succulents plats (le petit livret, présent en fin d'ouvrage, avec des recettes de la Renaissance va bien me servir). Mêler ainsi gastronomie et intrigues policières était un pari osé, que l'auteur a brillamment réussi. Et puis, au-delà même du polar et du divertissement, Michèle Barrière, de sa plume délicate, nous fait découvrir toute une époque (la Renaissance) que je ne connais que finalement très peu. Elle a réussi à me rendre curieuse, gourmande et, je vais m'atteler à en savoir plus sur cette belle époque.Si j'ai bien compris, ce roman est en quelques sortes le premier tome d'une série de polars culinaires. Il semble que la suite soit Souper mortel aux étuves, que je vais m'empresser de découvrir (je vous invite d'ailleurs à visiter le site, passionnant, de l'auteur ici).En tous cas, voilà un vrai beau moment de lecture que je ne suis pas prête d'oublier. Ce roman avait tout pour me plaire et, je suis certaine qu'il saura vous ravir, vous aussi.

malorie
08/02/12
 

En voilà un roman bien agréable. Il se lit vraiment très vite et avec beaucoup de plaisir. On y suit François, jeune homme rêvant de devenir cuisinier mais forcé par son père de suivre des cours de médecine. Pour dire vrai, il n’y prête que peu d’attention et n’est pas très assidu car il compte bien réaliser son plus grand rêve, avec ou sans l’accord de son paternel. Sa passion pour la cuisine passe avant tout. Oui, mais voilà qu’il se retrouve embarqué dans une sordide affaire. S’il veut sauver son mentor et ami, Laurent Catalan, il doit trouver l’origine de toutes ces morts suspectes. Et ce ne sera pas chose aisée car les instigateurs de ses meurtres ne comptent pas se laisser faire.L’intrigue est intéressante, même si le suspens n’est pas au plus haut, il me faut bien l’avouer. Le dénouement se dessine assez rapidement. Ce n’est pas un polar historique comme les autres car l’enquête partage la vedette avec la gastronomie. C’est là un des sujets principaux de ce roman. Michèle Barrière nous fait voyager à une autre époque et nous fait découvrir l’art culinaire de la Renaissance. Pour moi, cela a bien marché, car plus d’une fois j’aurais aimé goûter ce que mangeaient les personnages ! C’est un réel voyage dans le temps et j’ai beaucoup apprécié cela.Il faut dire que les personnages – presque tous des personnes ayant réellement existées – servent admirablement bien le récit. François m’a été sympathique dès les premières pages et son enthousiasme pour la cuisine est touchant. J’ai eu un peu plus de mal avec Félix et son côté bougon mais cela s’est très vite arrangé. La douce Anicette m’a émue, je n’ai pu que compatir à son malheur et admirer son courage.J’ai beaucoup apprécié le « livret » à la fin du livre qui regroupe le guide de la tomate et les recettes de la Renaissance. Très instructif et surtout très intéressant. Je suis sûre et certaine que je vais essayer quelques recettes !En conclusion, voici un roman pas comme les autres que je vous recommande si vous aimez l’Histoire et la gastronomie. Il ne faut pas y chercher un polar historique où l’action prime, mais plutôt un moyen de découvrir la Renaissance en compagnie de personnages attachants. Une chose est sûre, j’ai très envie de lire les autres ouvrages de Michèle Barrière ! Lady K

LadyK
23/01/12
 

Premier roman noir et culinaire que je lis, j'ai bien aimé ce mélange des genres.Cependant, l'enquête est un peu mince (j'avais deviné qui pouvait être à l'origine des morts) et les énumérations des plats un peu longuette.Ceci dit, ce livre a le mérite de m'avoir plongée dans l'ambiance de la Renaissance qui craignait encore la peste noire ; de m'avoir fait découvrir la querelle entre les médecins qui ne voulaient pas des apothicaires qui eux-mêmes ne voulaient pas des épiciers.Mais également la découverte de l'Italie de la Renaissance pleine de couleurs, de fêtes et de peintres à l'oeuvre dans la moindre église et maison ; une Italie à la pointe des sciences et des découvertes car la première à cuisiner et aclimater les légumes venues d'ailleurs.Et puis, l'arrivée des protestants et la difficile position des Juifs, toujours et encore montrés du doigt quand un problème survenait ; sans oublier l'éveil des sens des deux héros aussi bien avec des femmes qu'avec des hommes.En résumé : un roman très sensuel (amours, morts et petits plats).L'image que je retiendrai :Celle du repas de fête à Bologne qu'il faut trois jours pour préparer.Deux petits plus :L'histoire de la tomate ;Des recettes Renaissance tout à fait faisables que je vais m'empresser d'expérimenter, histoire de rester dans l'ambiance (pas eut le temps pendant la lecture du roman, car il se dévore rapidement). Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
17/10/11
 

« Polar gastronomique » sous la Renaissance. L’intrique, la mort violente de personne ayant ingurgité une mixture sert de prétexte pour nous faire découvrir le monde des herboristes et notamment le discrédit à leur encontre mené par les médecins.Si vous attendez une véritable intrigue avec rebondissement et suspense passez votre chemin car l’intrigue est ici assez prévisible et attendu.Mais si vous voulez découvrir des odeurs, des sensations, des émois gastronomique surtout restez !A travers l’histoire de personnages ayant réellement existés nous partons dans un voyage de Montpellier à Marseille puis jusqu’en Italie et ses mets délicat. L’histoire purement imaginaire fait apparaitre des personnages ayant bel et bien existé. Felix Platter encore étudiant dans le roman devient recteur puis doyen de l’université de Bâle. Auteur d’ouvrages médicaux, il fut le premier à attribuer la sensibilité visuelle à la rétine. Il constitua un cabinet de curiosités visité par Montaigne en 1580. Il est le créateur du jardin botanique de Bâle. Guillaume Rondelet se consacra à la défense des intérêts de l’université de médecine et à l’enseignement. Il devint le chef des protestants de Montpellier. Antoine Sapora mit fin à la guerre entre apothicaires et médecins avec la promulgation des statuts de 1572 codifiant les rapports entre les deux professions. Michel de Nostre-Dame fut nommé médecin ordinaire du roi par Catherine de Medicis. La fin du livre propose un intéressant chapitre sur l’histoire de la tomate, on y découvre qu’elle fut longtemps considérée toxique.« ces fruits sont mangés comme les melons par quelques italiens, mais leur odeur forte et nauséabonde nous signale suffisamment combien il est dangereux d’en consommer » 1581, Mathias de l’Obel, botaniste flamand. On découvre également d’alléchantes recettes de la Renaissance : poisson en pâte (1549), crème de haricots aux figues (1505), poulet au raisin (1505) sans oublier le fameux Hypocras ! Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégoûts de la vie. Montesquieuhttp://mespetitesidees.mabulle.com

Delph83
15/06/10

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition