Meurtres en soutane

JAMES, PHYLLIS DOROTHY

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 10/05/01
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

St Anselm, un collège de théologie fondé au xixe siècle et situé sur un promontoire isolé et venteux de la côte sud-est de l'Angleterre, accueille une vingtaine d'étudiants qui se destinent à la prêtrise anglicane. Lorsque l'un d'eux, Ronald Treeves, est découvert mort au pied d'une falaise, enseveli par une chute de sable, son richissime père adoptif, Sir Alred Treeves, demande à New Scotland Yard de réexaminer le verdict de « mort accidentelle » énoncé à l'issue de l'enquête. Le commandant Dalgliesh, qui a lui-même fréquenté le collège au cours de son enfance, accepte de venir passer un week-end sur les lieux pour ce qu'il ne croit devoir être qu'une vérification de routine. En réalité, il va se trouver confronté à l'une des plus sordides affaires de sa carrière. Car d'autres visiteurs sont attendus ce même week-end au collège, et tous n'en ressortiront pas vivants. P. D. James a trouvé avec ce petit collège de théologie un cadre idéal pour un roman policier, un
monde presque clos où fermentent les passions. Outre les quatre ecclésiastiques qui dirigent l'établissement et assurent les principaux cours, outre la vingtaine d'étudiants et l'infirmière Margaret Munr?, il y a Gregory, le professeur de grec excentrique, Emma, la très belle professeur de poésie, Eric, le factotum qui élève des cochons et qui reçoit tous les quinze jours dans son cottage sa demi-soeur incestueuse... Tout est en place pour tisser une intrigue complexe dont les lectrices et lecteurs suivent les entrelacs avec une délicieuse angoisse. "Un livre éblouissant. " (François Rivière, Libération, à propos de Une certaine justice.) « Phyllis Dorothy James a du génie pour mettre d'emblée ses lecteurs sous électrochoc. » (Christian Gonzales, Figaro Madame.) « P. D. James prépare ses meurtres comme d'autres mamies anglaises concoctent le gigot à la menthe. Avec du doigté et de l'éducation. » (Serge Raffy, Le Nouvel Observateur.) Traduit de l'anglais par Eric Diacon.
2 personnes en parlent

Vous vous en doutez donc, cette lecture m’a beaucoup plu. J’avais un peu l’impression de lire un roman d’Agatha Christie (bien que la comparaison ne soit pas vraiment possible) se déroulant à notre époque. Je veux dire par là que c’est exactement le genre de livre policier que j’apprécie. Il n’y a pas trop de violence - même s’il y a des morts, chose logique - et le récit est surtout centré sur l’enquête et son déroulement. À aucun moment la facilité n’est choisie et j’étais bien loin de me douter du dénouement final tant l’intrigue se complique au fur et à mesure que de nouveaux éléments s’ajoutent. Et elle est surtout pleine de rebondissements.De plus, le cadre inhabituel donne un petit quelque chose en plus à ce roman. Il est seulement déplorable qu’il faille attendre la 130ème page pour que l’enquête - et donc l’intrigue - commence vraiment, je suis bien d’accord qu’une mise en place est nécessaire, mais là, je dois avouer que c’était un peu long. Néanmoins, je suis très contente d’avoir continué. D’autant plus que la fin est telle que je les aime, elle ne laisse aucun doute possible, toute l’affaire est résolue (oui, je n’aime pas être dans l’incertitude, les fins ouvertes ce n’est pas vraiment ma tasse de thé …).Sur les personnages, je n’ai pas grand-chose à dire si ce n’est que j’ai beaucoup apprécié leurs différentes personnalités. Il me manquait sans doute quelques éléments de leurs histoires car ce livre fait partie d’une série, mais cela ne m’a pas gênée plus que cela, les différents tomes peuvent se lire séparément et c’est tout ce qui compte – les histoires personnelles des personnages récurrents restent très secondaires et on peut facilement recoller les morceaux avec les éléments mis à notre disposition. Sans oublier, bien entendu, la plume de l’auteure qui est très agréable, bien qu’un peu lourde par moment. J’ai parfois eu quelques difficultés avec certaines descriptions mais rien de notable.Au final, un livre que je vous recommande. L’enquête est bien pensée et il est agréable de suivre le raisonnement du commandant Dalgliesh tout au long du récit. Les mini-victoires (« Ahaha ! Je l’avais deviné ça ! ») qui agrémenteront votre lecture ne pourront que vous remplir de joie et de satisfaction de vous-même, et ma foi, c’est agréable ! Si vous n’attendez donc pas de violence, du sang à l’excès ou une atmosphère trop malsaine, je vous le conseille vivement ! Lady K

LadyK
28/04/11
 

J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman policier d’un style classique, avec une ambiance très « british » comme je l’aime beaucoup. Saint Anselm est un collège de théologie sur la côte du Suffolk. L’endroit est isolé proche de la mer et battue par les vents venant du large. Un élève est retrouvé mort au bas de la falaise. S’agit-il d’un accident ? D’un suicide ?Quelques jours plus tard, la vieille dame qui a découvert le corps meurt d’une crise cardiaque.Le père de l’élève n’étant pas satisfait des conclusions de l’enquête, Dalglish, qui connaît ce monastère y ayant passé des vacances lorsqu'il était adolescent, est envoyé sur les lieux. Le collège de St Anselm est menacé de fermeture. Le lecteur suit le cours de l'enquête en même temps que les inspecteurs. C'est un huis clos, avec une ambiance pesante, un enchaînement d'évènements, de meurtres et une enquête passionnante avec son lot de rebondissements. Les descriptions précises du cadre sauvage de bord de mer avec des falaises et où règne la tempête m'ont fait rêver. L'écriture est très agréable, et on lit facilement ce livre sans vouloir le lâcher avant la conclusion. J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.

Aproposdelivres
07/04/11
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.55 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition