Miel et vin

CHIROUSSE, MYRIAM

EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 14/05/09
LES NOTES :

à partir de
9,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" L'ombre et la lumière alternent en permanence en ce monde. La vie peut être un océan noir d'amères désolations, mais il peut y avoir, au milieu des vagues sombres, des terres bénies où serpentent des fleuves de miel et de vin. " Au château, " l'enfant maudit " cause incendies, maladies et accidents mortels autour de lui : c'est le Diable en personne ! Rien ni personne ne lui résiste. Ce bâtard finira pourtant par devenir Charles d'Epernay, mais il causera la mort du véritable fils de son père adoptif. Non loin de là, une enfant de trois ans est abandonnée dans la forêt : elle sera recueillie par une famille noble, grandira et deviendra Judith de Monterlant. Les destinées de ces deux êtres vont se croiser plusieurs fois : ils s'attirent irrésistiblement. Judith se marie pourtant avec un autre homme, elle a même un fils...
C'est son deuxième enfant, Héloïse, qui, dans le ventre de sa mère, raconte cette histoire. Judith s'est égarée dans les méandres d'une passion dévorante : les amants s'aiment et se détruisent. Charles est un monstre sanguinaire... ou un homme qui a trop souffert et qui se venge. C'est la Révolution et les nobles sont aux abois. Qu'adviendra-t-il de Charles et Judith ? Et quel est le lien qui les unit vraiment ? Miel et vin est un roman sombre, captivant et bien mené. L'intrigue se situe au moment de la Révolution et se déploie, du Périgord noir à Paris. Passion dévorante, écriture fiévreuse, chaos de l'Histoire..., cette histoire a la force d'entraînement débordante des livres que le lecteur a du mal à abandonner. Une histoire d'amour maudit qui se situe dans la période tourmentée de la Révolution française.
3 personnes en parlent

Fuyez-moi autant que je vous fuis" Charles est un bâtard. La puissante superstition des gens du village exige que ce soit l'enfant du diable. Il est donc la cause des malheurs des autres ; incendies, maladies, décès. L'enfant bâtard grandira malgré le fléau de la maltraitance.Judith est une enfant trouvée dans la forêt. Recueillie et adoptée, elle deviendra une jeune fille intelligente et audacieuse qui aspire à une vie différente de celle qui est offerte aux femmes.Dans les temps troubles de l'année 1788, le peuple français va bientôt vivre un moment fondamental de son histoire. Les deux êtres vont se croiser, s'aimer et se déchirer à l'instar de ce monde dans lequel ils évoluent.Quel premier roman époustouflant ! J'ai été emportée par l'histoire haletante de Charles et de Judith non pas doucement au fil des pages mais telle une tornade impétueuse effaçant tout sur son passage. Plus rien n'existe hormis ce livre entre mes mains.Le fond de Révolution française offre une lecture palpitante. J'ai beaucoup aimé la façon dont Myriam Chirousse traite le sujet : ce n'est en aucun cas manichéen et chauvin comme on peut malheureusement souvent le lire mais juste, objectif en proposant les différents points de vue des principaux protagonistes, ce qui nous offre alors la possibilité de réfléchir autrement sur ce crucial héritage.Les passages décrivant l'histoire de Charles et Judith n'ont rien de faciles ou de grotesques mais sont au contraire délicieusement sensuels. Les mots sont doux et bruts admirablement maniés au point de donner quelques chatouillis au creux du ventre.Si comme moi, rien que la couverture et le titre vous fait fuir redoutant une histoire d'amour mielleuse (sans jeux de mots), ne passez pas à côté. Ce n'est ni un roman historique, ni une histoire harlequinesque mais bel et bien un roman incroyablement réussi, un de ceux dont on repense encore et encore.

Theoma
25/09/09
 

Premier roman, certes... mais quel talent ! Nous sommes dans le Périgord, en 1773, lorsque Guillaume de Salerac, génial inventeur loufoque, découvre une petite fille dans les bois. Elle sera recueillie par sa soeur, Louison, et adoptée sous le nom de Judith de Monterlant. Ignorant tout de son passé, la demoiselle reçoit une éducation de jeune fille appliquée mais son caractère impétueux et frondeur la distingue de son rang. Judith a le goût de l'espace, de la liberté. S'échappant de la vigilance des adultes, elle s'envole à bord de l'aérostat de son oncle alors qu'elle n'est qu'une gamine et rencontre chez un voisin celui qui lui fera battre son coeur et perdre tout bon sens dans les années à venir. Charles de l'Eperai, héritier en titre, est également connu pour être un enfant maudit et un bâtard. Il a le coeur dur, le regard froid et le diable dans le ventre. Lorsque le couple se croise à nouveau, lors du mariage de la soeur de Judith, l'attirance est évidente, la passion palpable. Et pourtant, il faudra attendre la fin de l'été pour assouvir cette soif et cette faim qui les poussent l'un vers l'autre. C'est effectivement un grand roman sentimental et historique. Nous sommes en 1788, le peuple français est mécontent, les états généraux sont réunis. Judith a rejoint Paris avec son mari, mais son histoire avec Charles n'est bien évidemment pas terminée. Car c'est de cette passion que se nourrit l'intrigue et qui rend le lecteur dépendant, au point d'absorber sa lecture en ingurgitant page après page, sans hoqueter. Il en fallait bien - de l'amour, de la flamboyance, des éclats - pour attacher le lecteur à 544 pages, sans susciter de l'ennui. C'est un pari réussi, un roman passionnant, acquis dès les premiers chapitres. Impossible de s'en séparer. Et puis, le soleil aidant, les beaux jours et les vacances s'installant, il devient une prescription incontournable pour tuer le temps. S'il ne fallait en lire qu'un, dans vos bagages, glissez Miel et Vin. C'est incontestablement un doux roman sucré et piquant, gourmand, langoureux, avec des personnages aux destins inextricablement liés, par le secret de leurs origines et par cet amour fou qui les enchaîne. Ce n'est pas un roman mièvre ou trop long, avec des détails inutiles. Le romanesque est présent, très important, et l'amour a un pouvoir magique, troublant, envoûtant. Ce n'est pas du harlequin déguisé, c'est un bon gros roman captivant, qui ne vous lâche plus une fois la première page ouverte. A dévorer !

Clarabel
03/07/09
 

Avis très mitigé sur ce livre STOPIl est facile à lire car il est bien écrit STOPTous les passages sur la révolution sont intéressants STOPMême si beaucoup de têtes tombent STOPMais je trouve l'histoire d'amour un peu convenue STOPIl me manque un je ne sais quoi pour être emballée par ma lecture STOPNe vous fiez pas trop à mon avis j'en ai lus de plus positifs STOP Sandrine(SD49)

SD49
21/08/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.55 kg