Mille et un morceaux

RIBES, JEAN-MICHEL

EDITEUR : L'ICONOCLASTE
DATE DE PARUTION : 26/08/15
LES NOTES :

à partir de
16,99 €
nos libraires ont adoré mille et un morceaux
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Figure centrale et subversive de la scène d'aujourd'hui, talent protéiforme - auteur de théâtre mais aussi de deux séries cultes pour la télévision (Merci Bernard et Palace), metteur en scène et cinéaste, directeur du Rond-Point depuis 2002 -, Jean-Michel Ribes raconte

sa vie pour la première fois. Mille morceaux comme mille facettes d'une vie de passion, de création, de politique, d'engagement, mais surtout mille rencontres, mille combats, mille amitiés et inimitiés, mille souvenirs, de Mai 68 à nos jours, mille bruits et fureurs.

Jean Michel Ribes croque des portraits savoureux de personnages connus ou non du grand public. Il raconte avec beaucoup d’humour des situations cocasses. On rit beaucoup. Drôle et enthousiasmant, le remède anti-morosité. - Catherine, libraire au Furet de Coquelles
2 personnes en parlent

Ce qui est très fort avec ce livre, c'est que je l'a pris par curiosité sur la liste de la Librairie Dialogues, dans le cadre de Dialogues croisés et qu'à peine commencé, j'ai eu du mal à le quitter. J'aime bien Jean-Michel Ribes, ce que je connais de lui, son humour et une partie des acteurs qu'il a fait jouer, Philippe Khorsand et Roland Blanche en tête ; mais il a tourné avec tellement de gens différents que la liste serait trop longue à citer ici. Donc je l'aime bien mais je ne l'avais jamais lu, et là je dois dire que sans être surpris je tombe sur des textes de différentes longueurs très bien tournés. Il a l'art de raconter ses histoires, de nous y intéresser même si nos mondes sont totalement différents : l'histoire de l'huissier qui déboule chez Topor lui réclamer une somme colossale et qui demande à assister aux séances d'écriture entre Topor et Ribes est à tomber (p.27), celle du déjeuner avec Raymond Queneau et son épouse (p.78/80) est un pur bijou de drôlerie et d'inconvenance... il y en a plein d'autres, des drôles, des légères, des tendres, des tristes, des vachardes (notamment pour le ministre de la culture F. Mitterrand, couard devant les manifestations des catholiques ultra conservateurs de Civitas contre la pièce Golgota Picnic qui se jouait au théâtre du Rond-Point).Certaines histoires prennent le temps de s'installer, d'autres sont courtes. Les paragraphes sur les acteurs ou les personnes que l'auteur aime sont souvent courts, directs et sans emphase.Il use aussi de l'aphorisme : "La pensée vient en pensant, le calcul en calculant, la vie en vivant, l'amour... pas toujours." (p.57) ou de toutes petites scènes :"Dieu n'a pas d'existence, c'est l'existence." Phrase de Beatrix Beck entendue à dix-huit heures à la radio dans ma voiture le 19 avril 1993 place de l'opéra. Elle me transperce. Je reste pensif. Je brûle un feu rouge. Trois cent cinquante francs d'amende. Trop cher, je continue d'être athée." (p.211)Au fil des pages que l'on lit sans se rendre compte que le livre est épais, on arrive très aisément à la fin, on croise des auteurs, des acteurs, des cinéastes, des metteurs en scène, des peintres, Gérard Garouste ami d'enfance -qui écrit aussi et que je veux absolument lire on m'en a dit tellement de bien- de JM Ribes ou Jean Cortot -que je ne connaissais pas, beau-père de l'auteur, dont l'œuvre, enfin ce que j'en ai vu en allant fureter sur Internet me plaît beaucoup, le genre de tableaux dont on ne peut se lasser de regarder, des hommes et des femmes moins connus aux postes pourtant indispensables pour faire tourner un théâtre.Un bel hommage à toutes les rencontres qui ont nourri Jean-Michel, les bonnes comme les moins bonnes. Se dégage de ce livre une forme de sagesse qui pourrait se résumer par : "profite de tous les instants !" Yv

Lyvres
23/09/15
 

Recueil de textes de différentes natures et longueurs, ces « Mille et un morceaux » constituent, à défaut d’une autobiographie au sens strict, un portrait saisissant et très attachant de Jean-Michel Ribes. Organisées par thèmes, les « miettes » ou longues pages nous parlent de lui, bien sûr, mais essentiellement à travers les autres. On sent dans chaque anecdote, dans chaque moment de vie qu’il partage une bienveillance sincère, une grande admiration souvent et des brouettes d’amour, dont il n’est pas avare. Il aime les gens, les acteurs, le théâtre, rire, l’absurde, sa famille, la politique, ses amis – y compris quand ils ne sont plus là, il a le sens de la formule, il n’hésite pas à dire clairement aussi ce (et ceux) qu’il n’aime pas, il est plein de fantaisie (ah, ces dimanche après-midi en trio au PLM St Jacques, pour prendre leur dose d’ennui hebdomadaire…) et surtout il ne prétend à rien. On ne sent pas un gramme de prétention dans ces cinq cent dix pages qui se lisent en deux coups de cuillère à pot, on voudrait ralentir le rythme pour mieux savourer mais c’est peine perdue, une page entraîne l’autre et on lit tout d’un coup. Tendre, amusant, subtil. http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
14/02/16
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 16.00 cm
  • Poids : 0.67 kg