Millefeuille de onze ans

JARRY, ISABELLE

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 28/02/07
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Comment et pourquoi devient-on écrivain ? Y aurait-il un événement, ou une personne, à l'origine de cette vocation ? Quelle folie ou quel orgueil se cachent derrière cette activité singulière ? Après le refus d'un manuscrit par son éditeur, Isabelle Jarry a eu l'impression que sa vie d'écrivain s'arrêtait, cette vie qui est la sienne depuis si longtemps. Millefeuille de onze ans est né de cette terrible déception, du doute et de l'incompréhension d'un auteur face à l'échec. En revenant sur l'année de ses onze ans, année décisive dans l'éveil de sa passion pour l'écriture, la romancière retrouve la grâce et l'insouciance de la petite fille rêveuse et bucolique. C'est entre la colline de Montmartre et la place de Clichy, à l'aube des années 1970, que la jeune Isabelle
découvre le monde et les livres. Cette bonne élève est en réalité une insoumise. Fascinée par la nature, elle rêve de liberté et d'aventures extrêmes en solitaire. Inventer dans de petits carnets un univers plus excitant, « créer le spectacle soi-même » permet de s'échapper de la routine d'une enfance paisible. On peut donc changer le monde avec les mots. C'est la certitude de Viviane Der Tomassian, l'amie désinvolte et engagée, qui apprend la langue du pouvoir dans Le Capital et Le Petit Livre rouge. Isabelle rencontrera un jour son livre, celui qui lui révélera que c'est bien l'écriture, le choix le plus radical en matière de liberté, qui doit conduire sa vie. Cette liberté qu'elle doit aussi à Viviane qui, la première, a compris quel serait le destin de son amie.
2 personnes en parlent

Après le refus d'un manuscrit par son éditeur, Isabelle Jarry a eu l'impression que sa vie d'écrivain s'arrêtait, cette vie qui est la sienne depuis si longtemps. "Millefeuille de onze ans" est né de cette terrible déception, du doute et de l'incompréhension d'un auteur face à l'échec.Isabelle Jarry décide de replonger dans l'année de ses onze ans, à son entrée au lycée Jules-Ferry, où elle fit la rencontre de Viviane Der Tomassian, une jeune camarade aux idées révolutionnaires, figure atypique et flamboyante, qui a bien inconsciemment guidé la jeune fille vers sa "révélation" (être écrivain !).Dans ce livre aux 46 chapitres, l'auteur fait son portrait de jeune lectrice et d'apprenti scribouillarde, forte en contemplation, entichée de grec et latin, papivore convaincue et étudiante rêveuse et romantique, selon les critères de son amie Viviane... C'est honnêtement un portrait en finesse, écrit avec ce souci pour les mots justes et simples, qui fait écho à toute jeune fille aux mêmes affinités (le goût des mots, des livres, la curiosité de l'écriture). C'est surprenant le nombre de passages qui interpelle, qui semble avoir été écrit par et pour soi. Même si nous ne souhaitons pas tous écrire (ou "gribouiller"), ce "Millefeuille de onze ans" semble être destiné à tous les lecteurs qui se reconnaîtront ! Cela se déguste avec appétit, moi j'adore les millefeuilles ! Et ce livre donne en aperçu toute la sincérité d'un auteur qui se questionne et revient aux origines de sa passion. Infiniment attachant et authentique, un beau livre sur les livres et le goût des mots, tout comme j'aime !

Clarabel
20/02/09
 

Après deux ans de travail, lorsque son éditeur lui annonce qu’il n’aime pas du tout le dernier roman qu’elle lui soumet, Isabelle Jarry est évidemment très déçue. Vient alors la colère, puis la lassitude. Mais elle a signé un contrat, reçu un à-valoir, elle doit se remettre à écrire très vite. Elle revient aux origines de son écriture, remonte à son enfance, plus précisément à l’âge de onze ans, cet entre-deux entre enfance et adolescence, où déjà elle aimait la littérature.Je n’avais jamais rien lu d’Isabelle Jarry, et c’est peut-être un peu dommage d’avoir commencé par ce livre, qui éclaire son parcours et son cheminement d’écrivain. Il aurait sans doute été profitable de connaître ses romans au préalable. Nul doute aussi qu’elle s’est construite en comparaison et opposition à une camarade de classe dont le nom revient constamment, très différente d’elle : Viviane Der Tomassian. Personnage qui m’est un peu sorti par les yeux, trop envahissant, trop cité, en contrepied de l’auteur, mais le renvoi m’a paru excessif. Construit en courts chapitres, la lecture de ce roman est aisée et agréable. Néanmoins si l’ouverture à la littérature et l’appétit pour la lecture sont parlants et évidents pour tous les amoureux des livres, le chemin personnel de l’auteur m’importe moins, peut-être parce que je ne la connais pas du tout justement, ou qu’il n’a rien de suffisamment universel (ou exceptionnel ?) pour me toucher. Le terme de roman me gêne un peu, l’auteur fait bien allusion à ses propres romans et semble raconter sa propre enfance. Je parlerais plutôt d’autobiographie… Laure

Jdhelene
09/09/10
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.34 kg