Moi, christiane f., 13 ans, droguee, prostituee...

ANONYME

livre moi, christiane f., 13 ans, droguee, prostituee...
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 13/01/83
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
8,80 €

SYNOPSIS :

Ce livre terrible a connu un retentissement considérable en France et dans toute l'Europe. Ce que raconte cette jeune fille sensible et intelligente, qui, moins de deux ans après avoir fumé son premier « joint », se prostitue à la sortie de l'école pour gagner de
quoi payer sa dose quotidienne d'héroïne, et la confession douloureuse de la mère font de Christiane F. un livre sans exemple. Il nous apprend beaucoup de choses, non seulement sur la drogue et le désespoir, mais aussi sur la détérioration du monde aujourd'hui.
6 personnes en parlent
Bien qu'étant d'auteur inconnu, ce livre est le témoignage de Christiane F recueillit par un homme qui l'a écouté longuement, elle et sa mère, avant son procès. Au départ l'entrevue entre ces personnes ne devait durer que quelques heures, mais au final, elle a duré plusieurs jours. Ce récit est poignant, on se prend d'affection pour cette jeune fille innocente qui subit sa vie. Le plus intéressant ici, c'est que nous avons le point de vue de la victime. Intéressant puisqu'on aborde le côté "evasion" des drogues durs mais aussi les conséquences, ... Pendant tout ce recit, on est plongé dans le monde de cette allemande de 13 ans, et nous arrivons à ressentir tout ce qu'elle ressent. A conseiller vivement. Et comme le dit si bien BambiSlaughter, ce livre ne donne pas envie de tester les drogues durs.
th0r1eif

Ce livre m'a été donné par ma mère lorsque je suis arrivée à l'adolescence et qui m'a suivi depuis. J'ae me suis énormément attaché à Christiane même si parfois on lui en veux de replonger.. Un livre à lire sans hésitation.

Emma7
08/09/15
 

C'est tout de même un peu ancien, non? j'ai lu ce livre en 89, c'était osé mais il y a eu de bons livres, assez durs évidemment, depuis sur ce sujet. Je n'ai plus les livres en question car je les ai prêtés à une jeune droguée en détresse que je n'ai jamais revue. Le nom de l'auteur m'échappe, ça commence par un B! berthe

afbf
13/05/13
 

La vie n'est pas souvent drôle, je le sais hélas! Avec ma mère et mon père, on vit dans une cité berlinoise. Lui, il passe son temps à oublier ses journées dans l'alcool et à nous cogner. Il cogne, cogne et cogne encore. Il cogne sur ma mère et sur moi. Oui la vie n'est pas toujours drôle. Ma mère nous a quitté, elle a retrouvé un autre bonhomme. Maintenant c'est mon tour de quitter ce lieu sordide, ce ring de boxe. Je vais vivre chez ma mère. Elle a trouvé un travail qui lui prend toutes ses journées. Alors, souvent je suis seule. Enfin pas toujours, j'ai mes amis... Oui la vie est parfois triste et dure. Je suis une ado. Je ne vais pas dire que j'aime la vie. Non! Je hais la vie. J'aimerai crier mon mal-être, sortir cette violence qui m'étouffe, qui explose dans ma tête. J'aimerai me prouver que j'existe. J'aimerai que la vie m'aime. Je voudrais ne plus être un fantôme de mon existence, palper le goût de la vie... Mais par-dessus tout, je suis-là pour mes amis, avec eux je me sens bien. Oui parfois la vie est belle. Je suis seule à la maison, et on en profite. Je fonce à 100 à l'heure. Je subis la vie en pleine figure. Et puis vient le temps des découvertes: les joints, l'alcool, les mecs... la drogue. Oui parfois la vie peut être cruelle.Je parviens à m'évader. Je voyage dans ma tête. Je sens la chaleur de la piqûre sur ma peau. Je sens le venin s'infiltrer lentement dans mes veines, inhibant mes sens. Mon corps ne m'appartiens plus, je flotte dans un épais voile de bien être. Je sais que je peux tout faire, rien ne peut m'arriver. Chaque jour qui passe, je sais que je peux arrêter, je contrôle ma vie. Je me sens enfin quelqu'un. J'appartiens à ma vie. La nuit est belle, je m'endors enfin. Plus triste sont les matins où je m'éveille seule dans cette foutue ville. Peu à peu mes amis me quittent. Votre absence m'est douloureuse. Votre mort s'ancre dans mon cœur, me laissant un dernier souffle sur mon visage, témoignage de nos existences, de notre mal-être. Mes bras ne sont pas assez fort, ne sont pas assez nombreux pour vous retenir. Ma vie demeure, je reste à vous contempler dans mes souvenirs éthérés. Ma vie et vos morts sont à jamais unies. Je veux crier, hurler ma détresse, vociférer ma solitude. Je veux vous suivre dans ces bas-fonds, m'oublier dans ces limbes. Je suis là, perdue, aveugle dans ce monde incompris. Je n'y ai pas ma place et pourtant... Je dois vivre... je dois vivre pour vous, m'en sortir... Votre mort est mon espoir, votre mort est ma raison de vivre... Votre mort sera mon calvaire, mon fardeau, votre cadeau, votre amitié...Oui la vie est dure, mais elle doit être vécue pour être belle. La vie est chouette, pour moi qui ai fricoté avec la mort, qui l'ai prise par la taille afin qu'elle m'entraîne. Moi qui ai longtemps joué avec la mort, je veux jouer avec la vie.Oh oui la vie est belle et maintenant que je le sais j'en profite et enfin je vis! Et surtout je pense à vous tous...

Pasdel
13/05/13
 

Je pense que ce livre est l'un des meilleurs sur le thème qu'il aborde. J'adore ce genre de témoignages et j'en démord pas, j'aime vraiment ces lectures.Je trouve ces livres poignants, parfois touchants. Et ça fait réfléchir sur les conséquences que peut avoir certains comportements et certaines substances. Instant-litteraire

Instantlitteraire
23/04/12
 

Je pense que c'est un livre à lire. Ce livre ne donne pas envie d'essayer l'héroine, car on voit vraiment les conséquences physiques et mentales de la drogue. En lisant ce livre, on se rend compte combien il est facile de plonger et combien il est difficile de s'en sortir. Le pire, c'est que ça pourrait arriver à n'importe qui d'entre nous. Christiane n'a pas eu une enfance hors du commun, loin de là. C'est une adolescente comme les autres qui a voulu un jour échapper un temps à la réalité.

BambiSlaughter
12/04/10
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.17 kg