Moi les enfants j'aime pas tellement

SAUMONT, ANNIE

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 01/02/01
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Et puis, T'aimerais pas un jour vivre là-dedans ? Avec un homme et des gosses. En famille quoi. Il a dit. J'ai ri. Ca devenait comme un conte de fées. Et les achélèmes étaient comme un palais. Déjà je m'imaginais dans la salle d'eau carrelée - lavabo sur pied, robinets qui ne fuient pas - faisant un shampooing à mes mômes. Moi les enfants j'aime. Un shampooing-douceur. Aux extraits naturels d'herbe. Le naturel, y a rien de mieux. Des mômes blonds comme les blés. Comme lui. " Annie Saumont regarde ce que les autres ne voient pas. Ou ce qu'ils ne veulent
surtout pas voir... Trop dérangeante, sans doute, avec sa manière de trancher dans le vif, de montrer, en quelques pages, comment un rêve s'écroule, une vie se défait, un souvenir revient... Elle est certainement la meilleure nouvelliste française - c'est affirmé ici et là, à chaque livre, et elle a reçu de nombreux prix, dont le Goncourt de la nouvelle. " Josyane Savigneau, Le Monde. " Rapide, noire, virtuose de la chute, Annie Saumont, toute d'humour sombre et de tendresse voilée, manie comme personne l'art de la nouvelle. " Michèle Gazier, Télérama.
3 personnes en parlent

Heureusement ce livre est très court car l'ennui apparaîtrait très vite! J'ai été très déçue par ce recueil de nouvelles. Annie Saumont bénéficie d'une bonne publicité et j'étais tentée de la découvrir. J'ai donc commencé par ce livre mais vraiment quelle déception! D'abord le style d'écriture est très déroutant et peut parfois induire en erreur. Ensuite les personnages, ces enfants aux histoires troublantes et presque dérangeantes, n'ont pas réussi à m'attacher.J'ai donc fermé ce livre sans regret. Vraiment dommage...

Clarabel
23/02/09
 

Moi ce titre j'aime bien !Un recueil de petites nouvelles, au style incisif, bref, au couteau. Les personnages sont tous un peu écorchés, le quotidien est décrit derrière les dialogues, phrases courtes, vernaculaire voire même argot des enfants... Le tout touche en plein coeur. Telle cette nouvelle, René, lui.... On se tord les mains, on aime pas ce qu'on lit, on ne voudrait pas que ça existe, ce malheur chez des enfants trop petits pour l'exprimer autrement que par des récriminations primaires... On préfère l'histoire des jumeaux fans d'Appolinaire, obsédé par les mains.. quoi que... la même détresse est toujours en filigranne... Nos jeunes contemporains avec leurs misères, tristes... Moi Annie Saumont j'aime beaucoup... Sylvie Sagnes

SagnesSy
21/07/12
 

11 nouvelles sont réunies ici sous le titre fédérateur : « Moi les enfants j’aime pas tellement ». Annie Saumont sait dépeindre avec une plume à la fois douce et incisive des souffrances enfantines. « La gifle du mardi », la première nouvelle, en est particulièrement révélatrice : elle frappe autant le lecteur par sa brutalité douloureuse que l’enfant qui la reçoit tous les mardis d’un grand dont il devient le souffre-douleur. La gifle est percutante, cinglante, aussi violente qu’absurde. Jusqu’au jour où le grand perdant l’usage de ses jambes, devient faible à son tour. Pas tant que cela au final, s’il se voit aidé… C’est le lecteur qui est giflé à la fin, par un revirement inattendu qui dit beaucoup sur l’enfant victime.Un ensemble de nouvelles qui dépeignent une enfance qui souffre, en prenant le point de vue des enfants. En ce sens, Annie Saumont s’efforce de choisir des mots qui collent au plus près avec la vision enfantine du réel. Il en émane une grande ingénuité qui sait pourtant bien dire la cruauté des êtres et du monde et la quête d’une tendresse infinie. Seraphita

Seraphita
10/03/12
 

Format

  • Hauteur : 20.60 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition