Mon dernier cheveu noir

FOURNIER-J.L

livre mon dernier cheveu noir
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 09/05/07
LES NOTES :

à partir de
6,90 €

SYNOPSIS :

je regarde une vieille photo. j'étais pas mal, avant. pourquoi, chaque année, je me trouve de moins en moins bien ? peut-être parce que c'est l'hiver ?
si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil. vous savez comment on s'aperçoit qu'on est vieux ? quand, même bronzé, on reste moche.
7 personnes en parlent

Voici un livre frais et agréable, le genre d’humour qui me plait bien ! Il est plaisant de voir quelqu’un rire de son âge et prendre les réactions de ses contemporains face à ses cheveux blancs avec le sourire. Il faudrait peut-être que je l’offre à mes parents ou au moins que je pense à le ressortir quand, à mon tour, j’approcherai des 50/60 ans. C’est un livre très drôle, qui se lit très vite. Bon c’est sûr ce n’est pas de la “grande littérature” mais il est bon de lire ce genre de choses de temps en temps. Notez au passage que Jean-Louis Fournier a été un proche complice de Pierre Desproges. Etonnant, non ?Autre petit extrait pour finir, qui m’a beaucoup fait rire : “N’acceptez jamais un bonbon d’un inconnu. Vous avez peut-être affaire à un gérontophile.”Un résumé et un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
07/02/09
 

Première partie : Mon dernier cheveu noir« Sur votre nouvel agenda, n’écrivez plus les noms des amis de votre âge à l’encre mais au crayon »Vieillir. Un processus inévitable. Le corps de l’homme est « biodégradable » comme le dit si bien Jean-Louis Fournier. Y faire face, l’accepter ou s’y résoudre. A-t-on vraiment le choix de toute façon ?L’auteur a 60 ans lorsqu’il commence à écrire ce roman. A l’instar de ses autres ouvrages (Où on va papa ?, Veuf…), ce livre rassemble une multitude de pensées du jour, de réflexions à peine germées, de constats tout justes digérés. Tantôt amusé, tantôt sarcastique, Jean-Louis Fournier parle de la vieillesse, de ce regard sur soi-même qui se métamorphose et du regard des autres qui change.« Je regarde une vieille photo. J’étais pas mal, avant. J’avais une tête de voleur de poules, avec plein de cheveux noirs. Un jour que je m’ennuyais, j’ai voulu les compter, mais il y en avait trop. Aujourd’hui, il n’en reste qu’un. Mon dernier cheveu noir ».Deuxième partie : Histoires pour distraire ma psyFévrier 1999, Jean-Louis Fournier engage une thérapie auprès d’un psychanalyste : « J’ai, comme beaucoup, quand il paraît trop difficile de vivre, fréquenté les psy. Je me souviens d’une psychanalyste somnolente, dont le cabinet était sombre, qui m’a soigné plusieurs années. Elle m’écoutait avec une expression tellement sinistre que j’ai longtemps cru que je l’ennuyais et qu’elle allait s’endormir. Comme je pensais avoir épuisé mes malheurs, j’ai décidé, pour la réveiller, de lui raconter tout ce qui me passait par la tête, des idées de scénarios, de livres, de films… J’ai cru voir son regard éteint se rallumer, je crois même, une fois, l’avoir vue sourire. La thérapie a continué, mieux. Dans mes histoires inventées, je laissais traîner, à mon insu, des choses importantes qui ont dû lui servir pour mieux me connaître. Pour vous, j’ai transcrit ces histoires. Installez-vous sur un divan pour les lire. Mon plus grand souhait est que vous ne vous endormiez pas » (propos de l’auteur sur le site des Editions Anne Carrière). Mo'

Mobd
21/02/15

Jean-Louis Fournier, avec son humour tendre et grinçant à la fois, s'attaque à un "mal" qui concerne tout un chacun : vieillir.Ses réflexions parfois réalistes et parfois désenchantées mais toujours justes . Heureusement, celui qui a collaboré avec Pierre Desproges, regarde les effets du passage du temps avec philosophie, dérision et bonne humeur!

dvan
15/03/13
 

Jean-Louis Fournier nous entraine, avec son habituel humour à contre-courant, lucide et sombre, dans son exploration de la vieillesse, ses effets sur le corps, l'esprit, et autrui ! C'est décapant et ça nous interpelle, même en souriant, sur notre propre image, notre image des autres et notre façon de les offenser. C'est inégal, suite de textes courts et légers, mais toujours bien écrit, pas fanfaron. La suite des Histoires pour distraire ma psy, m'ont moins convaincue, malgré quelques trouvailles... laurence

laurence
18/02/12
 

Vous qui avez peur du temps qui passe (trop vite), lisez ce livre et à coup sûr vous serez ravigoté!J'aime beaucoup l'humour de cet auteur qui une fois encore dédramatise un sujet sensible : la vieillesse.

Il n’y a pas grand chose à dire de ce livre, mais je pense qu’il faut le lire, qu’on soit vieux, qu’on soit jeune, qu’on ait des cheveux blancs, ou encore pleins de cheveux colorés. C’est très rapide et pleins de petites phrases marrantes, des citations, des mots qui glissent, des anecdotes qui font sourire ou peut-être grincer des dents un peu. Puis ça sonne vrai et j’adore ce ton un peu cunique. Ben oui vieillir c’est pas facile, on devient une bibliothèque mais on a mal partout, et on est plus près de la mort. Ca laisse un goût amer, on voudrait être nouveau jeune. Moi je voudrais être toujours jeune.

lasurvolte
04/11/11
 

Ca se lit en même pas une heure. Et ce même pas une heure est un pur moment de délice, ou on rit. Jean Louis fournier écrit peut-être des court livres, mais à chaque fois je passe un très bon moment. Ca met de bonne humeur, ça donne le sourire.

yuukichanbaka
31/10/11
  • Auteur : FOURNIER-J.L
  • Collection : LDP
  • Éditeur : LGF
  • ISBN : 9782253118411
  • Date de parution : 09/05/07
  • Nombre de pages : 211
  • Rayons : Humour

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition