Monsieur

TOUSSAINT J-P

EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 01/09/86
LES NOTES :

à partir de
8,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Monsieur, qui ne voulait pas d'histoires, n'aimait pas tellement raconter ce qu'il faisait. Il faisait de son mieux, en général et, après réflexion, parvenait à trouver une solution, élégante parfois, souvent mathématique, pour chaque
difficulté de la vie héler un taxi, par exemple qui se présentait à lui au jour le jour. La nuit, dans son esprit, tout paraissait plus simple encore. Monsieur est le deuxième roman publié par Jean-Philippe Toussaint, en 1986.
2 personnes en parlent

Le génie de Jean-Philippe Toussaint ? Arriver à faire un livre où il ne se passe rien, pardon, si à la fin il y a UN évènement ! Et que ce soit un grand bonheur que de le lire.Monsieur, oui, le « héros » du livre n’est pas nommé autrement. Monsieur parle de lui à la 3ème personne, drôle de construction. Monsieur est bonhomme, monsieur est placide (non ce n’est pas son prénom), Monsieur fait l’éloge de la lenteur. En lisant ce livre, j’avais l’impression de voir se mouvoir un paresseux.Donc Monsieur est nommé directeur commercial chez Fiat-France, prend possession de son bureau. Monsieur vit chez les parents de sa fiancée “ Monsieur, comme Paul Guth, le gendre idéal ” qui est devenue son ex, mais il ne sait pas comment “ Il avait assez mal suivi l'affaire, se souvenant seulement que le nombre de choses qui lui avaient été reprochées était considérable ”. Il déménage donc pour se retrouver empêtrer de son voisin qui lui saute dessus pour dactylographier sa thèse sur les minéraux… et c’est l’engrenage. Mais, il ne résiste pas. La force d’inertie et lui c’est la même chose. Il a bien une velléité de déménager, mais les inconvénients lui paraissent plus importants qu’auparavant et, il n’aime pas trop les changements brusques et revient dans son appartement. De temps à autre, il arrive à sortir de sa torpeur à « s’énerver » et ainsi, gagner une partie de ping-pong lors d’un week-end très ennuyeux.Une digression amusante sur l’interprétation de Copenhague. Ne me demandez pas de quoi il s’agit, c’est de la mécanique quantique. Un vrai cantique pour Monsieur qui, au lieu d’être derrière Ludovic, se trouve en bas de l’immeuble à le regarder. Monsieur est comme un roseau qui plie mais ne rompt pas, comme une feuille dans un cours d’eau qui suit les mouvements du courant jusqu’à l’arrêt salvateur d’un obstacle. « Monsieur, oui, en toutes choses, son mol acharnement ». Monsieur, au cours d’une de ces soirées insipides et mortelles rencontrera une certaine Anna. La soirée au restaurant est superbe et le règlement de l’addition un petit bijou de l’Absurde.Ainsi va la vie pour Monsieur qui est un jeu d’enfant.J’ai retrouvé sur mes étagères (comme quoi le grand ménage de printemps après travaux sert !) Fuir du même Jean-Philippe Toussaint. Je me souviens d’une belle lecture. Je l’ai donc ressorti pour l’installer dans la pile à (re)lire.Merci à YV qui, par ses commentaires élogieux, m’a fait me pencher sur cet auteur que je ne vais pas lâcher en si bon chemin. Je vous propose de faire comme moi. Cheminer en sa compagnie est une chose très agréable, divertissante, mais qui est prenante à force de placidité avec un humour discret. Jean-Philippe Toussaint me fait penser à Modiano dans sa façon d’installer une atmosphère.

zazy
10/04/14
 

Je continue ma découverte du monde de JP Toussaint par son deuxième roman, Monsieur, dont le moins que je puisse dire, c'est d'une part qu'il m'a emballé et d'autre part que l'auteur a décidément un univers bien à lui. Comme je le dis dans ma présentation, Monsieur, qu'on ne connaîtra que sous ce nom, est un jeune homme qui ne prend aucune décision, qui ne rêve que d'être la discrétion même. Il se cache derrière sa responsable au travail, ne sait pas dire non à son voisin qui l'oblige donc à collaborer à l'écriture de son bouquin, et lorsqu'il réussit à s'échapper, c'est pour tomber dans une famille dans laquelle il doit donner des cours au fils. Monsieur vit à l'économie, bouge, parle le moins possible, ne se fait pas remarquer, n'a pas de volonté ni de désir, ne sait pas prendre de décision.Présenté comme cela, avec ce type de personnage, je sens bien que ce roman, ne va pas attirer les foules. Ennui et longueurs en perspective. Mais que nenni ! C'est tout le contraire. D'abord, il est court (111 pages), et ensuite, JP Toussaint crée une ambiance unique, entre l'absurde et le quotidien, entre le rêve et la triste réalité. Non dénué d'humour, c'est le récit jouissif de la plate vie de Monsieur, entrecoupé de passages drôles, décalés et d'extraits du livre qu'il tape à la machine, totalement imprévisibles -courts et incompréhensibles sauf par les amateurs de caillouxJe me régale avec ce genre de parenthèses improbables, je rigole à les lire et les relire et même à les copier pour mon billet. En prime, je me délecte de l'écriture de JP Toussaint, phrases plutôt longues, travaillées, très ponctuées pour le rythme -ou l'absence d'icelui-, vocabulaire et tournures recherchés.En faisant des recherches, je suis tombé sur le site de l'auteur, recensant ses livres et les films tirés de ceux-ci. La Salle de Bain (son premier roman dont je parle ici) est un film de John Lvoff, avec Tom Novembre. Monsieur est un film de l'auteur lui-même. Sur son site, on peut voir des extraits, et il me faut voir ces films absolument. Il y a du Tati là-dedans assurément. Compliment que l'on peut d'ailleurs étendre aux romans de JP Toussaint. Yv

Lyvres
16/12/13
 

Format

  • Hauteur : 18.20 cm
  • Largeur : 13.60 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition