Monsieur ibrahim et les fleurs du coran

SCHMITT, ERIC-EMMANUEL

EDITEUR : MAGNARD
DATE DE PARUTION : 01/07/04
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours
à partir de
5,20 €

SYNOPSIS :

Paris. Rue bleue. Dans les années 60. Moïse, onze ans, mal aimé, supporte comme il le peut de vivre avec seul avec son père. Monsieur Ibrahim, le vieux sage, tient l'épicerie arabe et contemple
le monde de son tabouret. Un jour, le regard de monsieur Ibrahim rencontre ce lui de Momo et, de conversation en conversation, la vie devient plus souriante, les choses ordinaires extraordinaire...
3 personnes en parlent

“Mignon”, voila comment je caractériserais ce livre. L’histoire est légère : un enfant qui a des soucis, un vieil homme l’aide, le tout sur fond de paix des religions. Bref c’est gentillet mais pas de quoi en faire tout un plat. Un peu trop “gentil” justement… probablement qu’il se cache derrière ce livre l’envie de plaire à un maximum de gens, malheureusement ça n’a rien d’extraordinaire… Pour les jeunes ados le livre peut être intéressant mais si vous lisez beaucoup, il y a des lectures bien plus intéressantes que celle-ci…Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
07/02/09
 

Éric-Emmanuel Schmitt ne déçoit pas et ne décevra jamais ses lecteuurs, lectrices.. Encore une fin où les larmes coulent, encore une histoire magnifique qui mériterait plus de mérite que ça!! Mandy.

Mandy05
27/09/12
 

Moïse, que tout le monde appelle « Momo », a 11 ans. Sa mère ayant quitté le domicile conjugal, il vit seul avec son père, un homme triste qui lui rappelle sans cesse, en forme de reproche, la perfection de son frère aîné Popol, avec qui sa femme est partie. Jusqu’au jour où deux événements font basculer sa vie : la découverte des prostituées et la rencontre avec Monsieur Ibrahim, l’épicier du coin.J’ai choisi ce livre car j’en avais beaucoup entendu parler. J’avais déjà lu du même auteur « Oscar et la dame rose » et j’avais vraiment beaucoup aimé ce livre, sensible, pudique, touchant et nous permettant de réfléchir sur le sens de la vie. « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » m’a vraiment déçue.La trame de l’histoire est plutôt classique et sans grande inventivité : un pré-adolescent dont la vie est tissée de souffrances rencontre un homme (qui revêt la figure d’un sage, d’un mentor) qui modifie radicalement sa vie, le faisant accéder à la sagesse. L’auteur a-t-il voulu écrire un récit initiatique ? Les propos se veulent simples : ils m’apparaissent parfois simplistes, voire mièvres, tendant vers une caricature des personnages et de leurs sentiments. Ils sont dépeints de manière plutôt manichéenne (le sage qui éclaire le néophyte en errance, le père résolument mauvais, la mère et son parcours de rédemption). Certaines situations sont peu crédibles.Deux points m’ont paru cependant intéressants : tout d’abord, le livre regorge d’humour ; ensuite, le lecteur ressent une grande tendresse entre Monsieur Ibrahim et Momo (même si cette tendresse peut basculer vers de la mièvrerie). Les deux personnages, même s’ils me semblent dépeints de manière trop caricaturale, sont attachants.Une note à la fin du livre donne un éclairage à l’ensemble : « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est le deuxième volet d’un ensemble intitulé par Eric-Emmanuel Schmitt Trilogie de l’Invisible. Le premier volet, Milarepa, est consacré au bouddhisme et le troisième, à paraître, Dernière nuit sur la terre, au christianisme ». François Dupeyron a tourné un film à partir de ce roman. L’acteur principal est Omar Sharif.Je n’ai pas vraiment accroché à la lecture de ce court roman (moins de 100 pages). Je n’ai pas envie de lire les deux autres volets de cette trilogie. Seraphita

Seraphita
22/04/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.10 kg