Morte saison sur la ficelle

DIDIER, MARIE

livre morte saison sur la ficelle
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 02/05/08
LES NOTES :

à partir de
13,10 €

SYNOPSIS :

« Dans l'apparence des choses, il ne semble exister aucun lien entre le scarabée renversé par la tige d'une campanule, la rondelle de latex découverte chez un amant sans désir, la douce pluie de juin sur le bois d'un cercueil ou le regard charbonneux d'étrangers en grève de la faim couchés sous une tente en plein vent. Pourtant une surprise chaque fois va jaillir. Souvent
brutale mais aussi parfois lente, exigeant des années pour mûrir, cette surprise ne résidera pas nécessairement dans une chute finale mais bien, comme pour chacun d'entre nous, dans la révélation minuscule et violente d'une sensation oubliée ou encore inconnue, d'une désillusion, d'une liberté s'ouvrant en plein désastre ou d'un éblouissement paisible. » Marie Didier.
1 personne en parle

Vingt et un textes, certains ultra-courts, qui m'ont plutôt démoralisée. L'auteure évoque en 4° de couv un éblouissement paisible, je penche plutôt vers la désillusion, elle aussi évoquée. Ces nouvelles sonnent toutes extrêmement juste, ce qui en assure la portée, et l'écriture, précise, nette, pudique et recherchée vous ratatine.Cinq citations sont par exemple déclinées, mises en texte, parmi elles : "Ne sous-estimez jamais votre insignifiance aux yeux des autres." (Gass) "Surveille tes illusions" (Char), j'ai connu plus gai.J'ai pourtant aimé cette lecture, en ce sens qu'elle trouve effectivement fréquemment écho dans "la révélation minuscule et violente d'une sensation oubliée ou encore inconnue" chez le lecteur.Chariot parle d'un adultère. Vous aimez un homme que vous n'avez pas le droit d'aimer. Liste de tout le positif, le joyeux, mise en mots choisis de la quotidienneté désirée tellement fort. Insidieusement, cette dernière dérape; quand vous jouez au petit couple en faisant vos courses, il n'a jamais son portefeuille, son chéquier, sa carte bleue. Vous êtes à mille lieux de ça, payer pour lui c'est encore jouer à la légitime. Encore, encore, et encore. Vous êtes à la caisse, il vous laisse passer. Brusquement, ce jour-là : "la monstrueuse surprise trop longtemps refoulée vient enfin pour la première fois de vous sauter à la gueule."Compétition nous montre comme, quel que soit l'amour sincère que l'on porte à autrui, le degré d'empathie et de compassion qu'on peut lui accorder est inversement proportionnel à sa propre douleur physique. Le corps n'est rien, peut-être, mais si j'ai vraiment mal, dégagez les mouettes, toutes les mouettes.ou encore L'écrivain, le célèbre qui vous a fait croire qu'il allait vous aider à défendre cette noble cause, qui a allumé l'espoir, avant de faire silence. Mais quoi, quand vous le croisez par hasard des mois plus tard : "A propos c'étaient qui sous les tentes, des Arabes ou des Kurdes ? Je leur ai consacré un petit chapitre. Je t'enverrai mon livre".Non, l'incurable naïveté n'est pas à la fête dans ce recueil. Sylvie Sagnes

SagnesSy
04/07/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.19 kg