EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/07/99
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

'Alex était parti, après avoir embrassé le vieux. Huit jours plus tard, il attaquait la succursale du Crédit Agricole et tuait le
flic. Au village, tout le monde devait avoir gardé la page du journal, avec la photo d'Alex à la Une et celle du flic en famille.'
23 personnes en parlent

Même architecture que dans "Ad vitam aeternam" : quelques personnages sont présentés à tour de rôle, on comprend peu à peu comment leurs destins respectifs s'articulent. Quatre personnages principaux ici : le chirurgien-plastique Richard Lafargue, Eve, une jeune femme qu'il retient captive dans une prison dorée, Vincent, enlevé et torturé par "Mygale", et enfin Alex Barny, petit truand en cavale après l'assassinat d'un policier. Pas de mauvaise surprise avec ce roman noir, Jonquet a toujours autant de talent pour raconter une histoire, ménager le suspense et nous offrir des rebondissements surprenants. C'est comme d'habitude très sombre, l'amour y cotoie la haine, l'espoir la désillusion... Canel

Canel
03/02/14
 

Le roman débute avec deux récits en parallèle : le récit d'un couple dans une villa du Vésinet et celui d'un jeune-homme blessé, recherché par la police et caché. En italique, un autre récit d'enfermement est évoqué, l'histoire d’un homme enlevé et séquestré dans une cave. Qui sont tous ces gens ? Quels points communs les unissent ?Thierry Jonquet est un écrivain qui aime bien jouer avec son lecteur en diversifiant les narrateurs comme c’est le cas pour "la Belle et la bête". Je m’attendais donc à ce genre de technique et je n’ai pas été déçue. Le roman est prenant ; on le dévore de la première à la dernière page. Les thèmes évoqués sont difficiles : la vengeance, la transsexualité, le syndrome de Stockholm mais le roman ne perd rien de son intérêt malgré l'abondance de sujets. Thierry Jonquet illustre dans ce roman la spécificité du roman policier français. Publié dans la série noire, la prestigieuse collection de Gallimard dirigée par Duhamel, qui avait la particularité de publier une majorité d’auteurs américains, Mygale fera partie de ces polars qui imposeront un genre différent comme ceux de Sébastien Japrisot, et notamment la dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil. La violence qui sous -tend le roman est principalement psychologique ; l'horreur vient de ce drame qui est attendu à chaque moment. Or, c’est grâce à la manière dont l’auteur utilise les notions de temps que cet effet de suspens est particulièrement réussi. K100dre

K100dre
21/10/11
 

En bref, je ne m'attendais pas du tout à ça en ouvrant ce roman. Si j'avais su, je l'aurais lu bien avant ! C'est malsain de bout en bout même si l'histoire peine un peu à démarrer.

RizDeuxZzZ
04/12/15
 

The Man I Love.... Ce roman s’articule autour de quatre personnages.Richard Lafargue, brillant médecin ayant perdu la raison car obsédé par la vengeance.Vincent, un jeune homme séquestré dans une cave.Eve, une jeune femme gardée prisonnière et subissant des humiliations.Et Alex, un voyou qui se cache suite à un casse.Le texte est construit comme un puzzle et les histoires de chacun s’unissent dans l’horreur. L’angoisse et le malaise s’installent au fil du texte à mesure que le lecteur découvre l’intrigue.Le roman est court, l’écriture est simple mais redoutablement efficace.Pedro Almodovar s’est très librement inspiré de ce roman pour son film “La Piel que Habito” sorti en Août 2011.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

C'est un roman vraiment noir qui nous raconte 3 histoires :Richard Lafargue, chirurgien esthétique, qui vit au Vésinet avec Eve une jeune femme très belle qui vit enfermée dans sa chambre. Elle sort parfois au bras de Richard mais il existe entre eux de la haine...Alex est un voyou qui se cache après un hold-up qui a mal tourné, il a abattu un policier. Dans sa solitude, il pense à son copain Vincent qui a disparu depuis quatre ans.Quelqu'un a été enlevé et enfermé dans une cave, il surnomme son ravisseur la Mygale.Le livre se déroule en trois parties : l'araignée, le venin, la proie. Il s'agit là de vengeance, de violence. Une histoire incroyable et un dénouement inimaginable. Je n'en dirai pas plus pour ne rien dévoiler...J'ai trouvé la construction de ce livre particulièrement réussie et je l'ai lu en une après-midi. Mais j'ai trouvé certains passages dérangeants et un peu trop noir à mon goût.

Aproposdelivres
13/10/14
 

Jusqu'ou ira la vengeance d'un homme qui a déjà perdu sa femme lorsque sa fille sombre dans la folie après avoir été sexuellement abusée lors d'une fête? Il va traqué le coupable et mettre sur pied un plan pour venger sa fille.Le roman est diaboliquement construit, 2 histoires que tout semble séparée mais qui à la fin seront réunies dans un unique destin d'une horreur absolue. L'auteur jongle avec les deux histoires jusqu'au moment ou nous lecteurs, prenons conscience de ce qui se passe vraiment dans cette histoire. Le dénouement est brutal, sauvage, sans pareil. MurielDMR

Muriel72
06/12/13
 

Retors et machiavélique à souhait ! Petit roman de 150 pages donc l'histoire posée et les personnages travaillés : connais pas !! Et c'est tant mieux ! Mygale est un TGV que l'on prend en pleine face et autant vous dire que le controleur n'est pas votre ami , mais alors pas du tout !!Quatre personnages et demi : Richard Lafargue , Eve , Vincent et Alex . Et dans le role de la demi-portion au role fantomatique puisque ses rares interventions oscillent entre cris et prostration : Viviane , jeune fille internée sur laquelle , à l'instar d'un ascenseur facétieux attendu comme le messie afin de vous sauver la mise apres 5 h de courses éffrénées et 156 sacs collectés pesant chacun son demi quintal et comptant sur vos p'tits bras musclés pour atteindre le 7e ciel , l'on pourrait placarder : en dérangement .Un role mineur dans le prochain Almodovar à l'adapatation tres , tres , libre ( mais néanmoins talentueuse..) mais cependant essentiel puisque de ce personnage découlera la folie vengeresse de ce pas si bon docteur Lafargue ! Docteur Feelgood n'aura jamais aussi mal porté son nom...Richard et Eve sont à la colle . Si ,si meme si cela parait difficile à croire tant leurs rapports sont atypiques . Cris et injures semblent etre le ciment de ce couple des temps modernes...Le fait qu'Eve soit enfermée jour et nuit mettra cependant la puce à l'oreille des lecteurs les plus perspicaces . Vincent et Alex sont , eux , deux amis d'enfance , deux petites frappes , deux énormes branleurs pour tout dire . Mais leurs fortunes sont bien diverses car si l'on découvre un Vincent cloitré , aux prises avec un geolier pervers à souhait qu'il finira par voir comme étant son meilleur pote ( vous avez dit Stockolm ? ) , Alex n'a pas vraiment grand chose à lui envier pour le coup . Apres avoir finalement réussi le casse de sa vie , il est désormais possesseur de 4 millions d'euros ( youpi ) mais de fait recherché par toutes les polices de France et de Navarre . Un flic y ayant laissé sa peau dans l'affaire ( moins youpi deja ) .Diantre et double bigre me direz-vous , quel rapport entre ces quatre tristes sires ? A priori : aucun !Et c'est là qu'il est tres fort ce bougre de Jonquet . En quelques dizaines de pages , il va demeler , sous nos yeux ébaubis , un écheveau improbable aussi démoniaque que diabolique ( ce qui veut dire exactement la meme chose , on est d'accord mais je manquais d'adjectifs...j'en appelle à la clémence du jury votre honneur ! ) . Le puzzle prend forme . L'on se délecte des révélations à venir car l'on se doute que la douleur y aura une place prépondérante . L'écriture est nerveuse et épurée au max ! Pas de personnage faible . Chacun tient son role dans l'histoire . Un role complémentaire qui met en lumiere les trois autres . Petit bémol concernant une ou deux facilités de l'auteur . Notamment le fait que Lafargue , miraculeusement , en vienne à croiser la route de Vincent puis d'Alex , le cadre de l'histoire etant la petite ville de Paris et sa proche banlieue...Passons..Re-petit bémol sur un scénario que l'on sent venir malgré tout à des kilometres..Et une grosse ficelle , une...Passons..Le gros point noir réside , comme bien souvent , dans un final abracadabrantesque à la crédibilité plus que douteuse...Mais faisons fi de ces quelques indélicatesses...Ces petits travers sont facilement éclipsés par l'énorme plaisir pris à dévorer ce bouquin ! Venez découvrir ce Frankenstein des temps modernes ! La Mygale m'a prise dans sa toile et j'ai aimé ça!!

TurnThePage
09/11/13
 

Deux histoires qui ne feront plus qu'une …Trois si on compte celle de Vincent, qui disparaît.On sent la tension entre Richard et Eve et on se demande qui soumet l'autre à sa volonté.Alex, lui, ne pense qu'à fuir la police … Pourquoi ne pas refaire son visage et s'adresser au meilleur ?Dommage que Thierry Jonquet nous ait quitté si vite, il aurait pu nous en écrire d'autres, des histoires comme ça ! Accrobiblio

un flyer
08/08/13

Jonquet nous livre une intrigue extrêmement bien ficelée. Si certains auront des soupçons quant à la résolution finale de l'intrigue, j'avoue n'avoir compris le fin mot de l'histoire que dans les toutes dernières pages de ce roman au final assez court... Mais bien assez long comme ça vu sa teneur en glauque et en noir ! Car ce dont nous parle Jonquet, c'est presque de torture, morale tout autant que physique, torture dont le lecteur comprendra assez rapidement qu'elle procure un certain plaisir à certains... Autant dire qu'on est dans le sadisme pure...Bref, si ce roman mérite le détour pour sa construction narrative et son aspect hypnotique (malgré l'atmosphère sombre qui s'en dégageait, je ressentais un besoin irrépressible de le poursuivre, quitte à en faire des cauchemars, c'est dire...), il reste un roman dur comme j'en ai peu lu jusqu'à présent... Vite, un livre plein de douceurs pour le compenser !!! Miss Alfie

MissAlfie
24/06/13
 

Histoire d'une vengeance en huis-clos où un homme observe sa proie pour la broyer consciencieusement telle l'araignée qui l'air de rien, étouffer la mouche prise au piège dans sa toileLivre sombre, noir , dérangeant mais lecture ô combien indispensable !

dvan
22/01/13
 

Richard Lafargue est un brillant chirurgien spécialisé en esthétique. Depuis la mort de sa femme, sa vie se partage entre ses permanences en hôpital et sa clinique privée. Il rend parfois visite à sa fille, internée en établissement psychiatrique et on le croise à quelques cocktails pour gens chic et snob, accompagné d’une certaine Eve. Difficile de cerner quel couple ils forment. Et lorsque l’on entre dans leur intimité, on s’aperçoit rapidement que la jeune femme vit calfeutrée dans une spacieuse chambre fermée de l’extérieur, dans la luxueuse villa du médecin. Une prisonnière en cage dorée, tantôt couverte de cadeaux, tantôt prostituée. Une femme bafouée et pourtant forte de cette insolence si particulière. Bien curieux couple en somme, dont la passion semble reposer sur la haine viscérale.Parallèlement, nous suivons Vincent et Alex, deux copains de lycée, pas très malins, un peu voyous. Et puis la disparition soudaine de Vincent, son enfermement dans une cave. Et Mygale, son ravisseur, qui le séquestre avec un goût machiavélique perturbant.Thierry Jonquet nous prend par la main pour nous donner à voir ce que la nature humaine possède de plus dérangeant. Avec ce puzzle troublant à deux pas du huit clos qui relie Richard, Eve, Vincent, Alex et Mygale, la pièce maîtresse, il nous amène gentiment vers ce que la réalité peut avoir de plus atroce. Il traque les destins malencontreux, la vengeance ruminante, et dévoile ses revers perfides.Un roman très court (qui du coup se lit d’une traite), très noir (alors oui, quand même, âmes sensibles s’abstenir) et très bien mené.A voir maintenant ce que Pedro Almodovar en a fait…

AliceAGH
23/12/12
 

Chez Jonquet, on trouve au centre de l'histoire le personnage de Mygale, Richard Lafargue,chirurgien esthétique qui séquestre chez lui une femme. C'est cette femme qui lui a donné ce surnom, lors des premiers jours de son enfermement. Le médecin a une fille (on se sait rien, il me semble, de sa femme), interné en asile psychiatrique. Peu à peu, on découvre les raisons de la maladie de sa fille, et la véritable identité de cette femme enfermée. En parallèle, on suit les débboires d'un paumé qui cherche à se faire de l'argent, et jette son dévolu sur celle qu'il prend pour la femme de Mygale. Il cherche donc à l'enlever pour récupérer une rançon. Deux histoires qui finissent par se rejoindre pour se finir assez abruptement, laissant le lecteur en plein questionnement face aux choix complexxes des personnages. Un roman troublant.

Yohan59
16/11/12
 

Histoire impressionnante, horrible mais si prenanteje l'ai lu jusqu'au bout de la nuit.Les personnages sont si étranges , la description est très bien faite ...j'ai adoré !!!je retente un autre Jonquet

un flyer
02/07/12

Mygale raconte l'hitoire d'un couple, Eve et Richard. Elle est belle, il est plus âgé, chirurgien plasticien dans une clinique et à l'hôpital. Peu à peu, on comprend que la relation entre ces deux êtres est d'une nature étrange. Pourquoi Richard enferme-t'il Eve? Pourquoi le peint-elle en travesti? Et qui est cette jeune femme , visiblement folle, à qui ils rendent visite. Ce roman vous mènera de surprises en surprises dans un monde où tout est noir: chacun des trois personnages principaux est un monstre, à sa manière et pourtant, leurs failles les rendent attachants. Le monde qui nous y est décrit est laid, très laid et les apparences sont si trompeuses. Car la victime n'est pas innocente. J'ai été conquise par cet univers, même si cette noirceur n'est pas facile à supporter et je replongerai avec plaisir dans l'univers de Thierry Jonquet qui a tout de même une technique narrative particulière et donc un vrai style!

cocalight
25/04/12
 

The Man I Love.... Ce roman s’articule autour de quatre personnages.Richard Lafargue, brillant médecin ayant perdu la raison car obsédé par la vengeance.Vincent, un jeune homme séquestré dans une cave.Eve, une jeune femme gardée prisonnière et subissant des humiliations.Et Alex, un voyou qui se cache suite à un casse.Le texte est construit comme un puzzle et les histoires de chacun s’unissent dans l’horreur. L’angoisse et le malaise s’installent au fil du texte à mesure que le lecteur découvre l’intrigue.Le roman est court, l’écriture est simple mais redoutablement efficace.Pedro Almodovar s’est très librement inspiré de ce roman pour son film “La Piel que Habito” sorti en Août 2011.

Richard, la cinquantaine, est chirurgien plasticien. Il vit avec Eve, une jeune femme qu’il n’hésite pas à malmener. Alex, quant à lui, est un petit truand qui vient de faire un casse meurtrier. Il se cache pour fuir la police. Enfin, Vincent, un jeune homme d’une vingtaine d’années, raconte son calvaire : un tortionnaire qu’il a surnommé « Mygale » le retient captif depuis de longues années et le soumet à des tortures raffinées. Quand la route des trois protagonistes se croise, la perversité est au rendez-vous…J’avais lu de Thierry Jonquet « Le bal des débris » et « Les orpailleurs ». J’avais déjà pu apprécier le talent particulier de cet auteur. Avec ce livre court, dévoré en une journée, j’ai été véritablement conquise par sa maestria.Il a su imaginer un scénario diabolique, incroyablement pervers (âmes sensibles s’abstenir), où la cruauté et la haine déferlent. Le début est véritablement mystérieux : on assiste à trois histoires, trois récits différents sans bien comprendre où l’auteur veut emmener son lecteur. Le récit de Vincent est poignant ; qui plus est, il est écrit à la deuxième personne du singulier, ce qui rend l’identification à la victime plus fort.Puis tout se met en place à travers un scénario habilement mené, et la noirceur de l’âme humaine est révélée au grand jour, par un dévoilement allant crescendo. Le récit est bien construit et découpé en trois parties, dont les titres sont en lien avec le titre même du livre. Le mystère et l’énigme, présents dès le début de l’ouvrage et qui m’ont captivée, ne cessent de croître au fur et à mesure de l’avancée des pages. Les rebondissements, multiples, sont au rendez-vous.J’avais apprécié, dans « Le bal des débris » du même auteur, le tour de force final ; ici, je retrouve le brio de Thierry Jonquet qui a su me séduire par son imagination véritablement diabolique et perverse. Un roman excessivement noir, qui explore la cruauté humaine, le sadisme extrême, que j’ai trouvé bien écrit, d’une écriture précise, quasi-chirurgicale dans les descriptions, osant des détails crus, n’épargnant rien au lecteur, une écriture rythmée sans fioritures littéraires. Ce roman est véritablement troublant. A ne pas mettre entre toutes les mains…Le récent film de Pedro Almodovar « La piel que habito » me semble une excellente adaptation cinématographique de ce roman noir. Seraphita

Seraphita
30/12/11
 

Une histoire ma foi hallucinante, mais tellement prenante entre vengeance, folie et chirurgie.Il paraitrait que Pedro Almodovar s'est inspiré de ce livre pour son film "la piel que habito"J'ai adoré le style à la troisième personne quant au rapt de "Eve".Je n'en dirai pas plus, il faut le lire.

laeticha
03/11/11
 

Cette histoire en surprendra plus qu’un…. L’histoire est intense, courte (170 pages seulement) et captivante. On est plongé dans la vie de Eve, jeune fille qui est enfermé dans une maison par Richard Lafargue, chirurgien plastique. Il nous est narré comment elle s’est retrouvée là aux prises de cet homme qui ne lui laisse aucune intimité et qui la prostitue. Tout au long de ce roman, on se demande pourquoi autant de haine même si elle va en s’amenuisant envers cette jeune femme de vingt deux ans. La fin est surprenante et bien ficelée. Mygale se lit vite et bien grâce à une écriture simple et sans floriture. Jonquet va à l’essentiel et, je pense, que c’est cela qui donne ce ton si dur et qui captive autant. A lire!Mygale a été adapté au cinéma par Pedro Almodovar sous le titre La Piel que habito en ce moment à l’affiche.

AlteaAitana
30/08/11
 

Alex Barny, blessé d'une balle dans la cuisse, se planque dans un mas isolé de la garrigue provençale : il a braqué un Crédit agricole mais un policier lui a arraché sa cagoule alors il l'a abattu et il est activement recherché par la police.Vincent Moreau, ami d'Alex (ils sont du même village, près de Meaux) a disparu depuis 4 ans.Richard Lafargue est un chirurgien plastique de renommée internationale. Il travaille le matin dans un hôpital parisien et l'après-midi dans sa clinique de Boulogne. Le soir, il rejoint Ève à la villa du Vésinet en région parisienne. Régulièrement, le couple va rendre visite à Viviane dans un château normand qui est une institution psychiatrique. Et par vengeance, Richard prostitue Ève, la drogue à l'opium et lorsqu'il s'absente, l'enferme dans sa chambre à la villa.-Mygale égale araignée ce qui sous-entend prédateur et proie mais dans ce roman qui est prédateur, qui est proie ? Le lecteur découvre avec horreur ce qui lie les trois hommes. Ce roman est court mais d'une très grande intensité. Je n'en dis pas plus sauf que j'apprends qu'il a été adapté au cinéma par Pedro Almodóvar sous le titre La piel que habito--. Catherine de La culture se partage

Catherine2
26/08/11
 

Le livre se construit à partir de l'histoire de trois personnages. Richard Lafargue, chirurgien réparateur, père d'une jeune fille internée en hôpital psychiatrique, patron d'un domestique et d'une femme de ménage, et enfermant une femme dans une pièce de sa villa. Alex, un jeune homme qui se cache dans un mas suite à un braquage ayant mal tourné. Et enfin, un second jeune homme, enlevé et séquestré dans une cave par un vieil homme. Chaque histoire est liée, tout s'emboîte au fil des pages... Après la lecture décevante de Moloch, autre roman de l'auteur, je suis réconciliée avec Thierry Jonquet qui nous livre ici un thriller haletant et bien ficelé!

liliwenn
10/08/11
 

J'aime beaucoup Jonquet et ce livre en dérobe pas à la même critique. C'est une histoire formidable et je ne m'attendais pas à cette fin.C'est une histoire entre trois personnes et l'on se demande pourquoi il y a trois personnages car il y en a un qui ne trouve pas sa place au début mais lisez-le et vous comprendrez. Astrid

Toinette80
27/04/11
 

Ce livre se lit d'une traite et le dénouement est surprenant. Pourquoi ce chirurgien retient-il prisonnier un homme ? Pourquoi s'affiche -t-il avec une superbe créature ? Impossible d'en dire plus sans dévoiler l'intrigue

nelson43
01/09/10
 

Mygale est ma première rencontre avec Thierry Jonquet et indéniablement un coup de coeur. J'aurais pu lire ce livre d'une traite s'il ne fallait pas que je me lève tôt le lendemain ... Difficile de parler de ce livre sans trop en dévoiler où nous suivons le destin de trois personnages sans lien apparent. Il y a donc Richard Lafargue, un chirurgien renommé qui garde une femme Eve - prisonnière de son propre appartement - et la forçant de temps en temps à se prostituer , Alex contraint de se planquer depuis qu'il a tué un flic et un homme séquestré dans une cage.Si, au début, les personnages semblent mener 3 vies à part, il est évident que leur destin se regrouperont pour n'en former qu'un et que le final surprendra par son ingéniosité.Pourtant, des indices sont cachés tout le long du roman, mais emportée par l'intrigue, je les ai peu remarqués et c'est tant mieux car c'est très plaisant de se laisser porter lorsqu'on lit.Enfin, le titre est très bien choisi, l'auteur tissant un piège dans lequel tous ses personnages vont tomber et nous aussi. Au final, un huis-clos parfaitement réussi, un livre noir et dérangeant. Un avis bref pour dire une chose : vous devez lire ce livre, c'est une merveille, mais arrangez vous de pouvoir le lire d'une traite.

BambiSlaughter
01/07/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie