Naissances

PEJU, PIERRE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 07/06/00
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ce livre tente de dire la «venue au monde», le banal miracle de chaque naissance. Car la naissance est comme le trépas, le passage invisible dont nous ne savons pas, ne pouvons pas parler. Trois naissances singulières sont ici relatées. La première est terrible : dans un camp de prisonnières, une femme accouche dans des conditions atroces sous l'oeil de soudards excités. Mais soudain, les hommes se figent : l'enfant est là, et sa fragilité, incroyablement, leur en impose. Si la deuxième naissance est tragique, la troisième, enfin, est heureuse : le nouveau-né surgit «dans les mains de l'ange». Il
a la perfection de toutes les vies nouvelles. Ses grands yeux s'ouvrent comme une énigme. Mais Naissances est aussi parole masculine, celle qui évoque le «regard du père», ce regard ambigu que l'homme porte sur celle qui met au monde. Intrigué par ce que vit la femme et qu'il ne vivra jamais, fasciné par l'être inimaginable dont il devra admettre qu'il est le père, l'homme ne peut que se tenir dans une marge étrange lorsque s'annonce le nouveau, lorsque l'enfant paraît. L'homme, voué à ne mettre au monde que des choses, ou, au mieux, des livres dont il ne sait jamais s'ils sont morts ou vifs.
1 personne en parle

C'est un homme qui relate sa vision de l'accouchement, un homme, qui par définition, se trouve seulement spectateur de l'événement. On débute devant un reportage à la télévision une nuit alors que le sommeil se fait difficile à trouver, un témoignage d'une vieille dame qui raconte son accouchement dans un camp pendant la deuxième guerre mondiale. Sans y avoir participer, l'émotion de cette dame lui permet de retranscrire avec des mots justes toute la véritable tragédie qui se déroule dans cette petite salle poussiéreuse, cet enfant sauvé par une infirmière avant de monter dans le wagon.Puis la vie continue, et cet homme assiste impuissant à la naissance de son bébé, mort-né, se replie derrière cette "mâle maîtrise de soi" pour pouvoir faire abstraction de sa propre peine cachée derrière un masque impassible, et se rendre disponible pour sa femme.Mais la vie continue, et il assiste à une naissance joyeuse, une première naissance pour une toute jeune sage-femme, un moment heureux.Lu une première fois pendant la grossesse de ma fille, je me suis replongé dedans pour lire cette magnifique écriture qu'est celle de Pierre Péju. Comment arrive t-il à nous faire vibrer avec des mots alors qu'il n'est qu'un simple spectateur de l'événement. Les émotions sont fortes tout au long de cet ouvrage. Du déchirement de la séparation, de la tragique mort d'un enfant, ou d'un accouchement normal et heureux, Pierre Péju nous emmène assister à trois naissances différentes, mais chargées d'amour. Un livre à lire absolument, les femmes, les mamans, pour comprendre le regard du père, les hommes, les papas, pour mettre des mots sur ces émotions. Le Rat est mort, vive le Rat

Skritt
28/04/11
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.09 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition