Necropolis

LIEBERMAN, HERBERT

livre necropolis
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 03/02/00
LES NOTES :

à partir de
8,10 €

SYNOPSIS :

Nécropolis, c'est la «Cité des morts» : New York, sillonnée par les fous, les mythomanes et les drogués, les assassins et les paumés de toute sorte ; livrée aux intrigues de la municipalité et aux trafics d'influence ; quadrillée par les voitures de police et les ambulances
dans un grand concert de hululements de sirènes et de crissements de pneus. Destination finale : la morgue. Presque toujours. Au centre de ce roman, Paul Konig, médecin légiste en chef, règne sur les dépôts macabres et surveille la ville où a disparu sa fille.
7 personnes en parlent

"Excepté Mahatma nul ne connaît les malheurs de Mahatma."Cette citation anonyme mise en exergue résume parfaitement le calvaire de Paul Konig, qui apparaît aux yeux des autres comme une personne forte, véritable maître de son art, et dont les faiblesses ne sont pas comprises.Un roman très noir décrivant un médecin en proie à une vie difficile et solitaire, en pleine détresse.Les dernières pages plongent le lecteur dans un suspense formidable de maîtrise, très éprouvant. Le caractère inéluctable de la mort n'a jamais été aussi bien marqué à mon avis dans la littérature policière.L'évocation de New-York, personnage à part entière, est une réussite.Un formidable roman sur l'incommunicabilité des êtres. Maltese

Maltese
13/02/09
 

Ce livre est le premier de l'auteur que j'ai lu et qui est un de ses plus réussis à mon sens. S'y mèle à la fois l'histoire d'un personnage (Paul Koenig) parfaitement contée avec en parallèle des scènes prenantes de médecine légale au coeur d'un New York criminel angoissant et glauque. Une atmosphère noire parfaitement décrite, des personnages finement dessinés et un suspens bien mené. Une réussite.

Bruno19
21/02/13
 

A force de blessures, le coeur devient exsangue. Vidé de toute vie, de toute envie, de tout plaisir; il est hermétique au bonheur. Il continue alors de battre, puisant dans des souvenances douloureuses la force et le courage nécessaires. Le coeur de Paul Konig bat au rythme d'un passé définitivement enterré. Sa femme Ida n'est plus, emportée par la maladie. Quant à Lauren, leur fille de vingt-deux ans, elle a disparu, préférant fuir une maison qui n'avait plus rien du foyer familial de jadis. Elle a laissé son père à cette existence nourrie de cendres et de chagrins. Paul Konig est désormais seul avec ses souvenirs. Il se perd dans son travail pour tenter d'oublier et cesser de penser. Médecin légiste responsable de la morgue de New York, il s'épuise à la tâche cherchant dans les corps démembrés des réponses à cette existence qui lui échappe. Les autopsies ont beau s'enchaîner, les instruments labourer ces êtres privés de vie, les réponses ne viennent pas. Seules perdurent la souffrance et la solitude. Parallèlement, Konig doit assumer les responsabilités qui lui incombent : la paperasse, les employés, gérer les électrons libres et les pressions des autorités locales, répondre à ces familles qui cherchent leurs membres disparus...Disparus...Comme sa fille, sa Lauren, sa « Lolly », son unique raison de vivre. Son père la rêve tantôt heureuse tantôt apeurée, perdue dans les rues sombres de New York...Mais parfois le rêve n'est pas très loin de la réalité...Et la réalité, elle, est souvent synonyme de cauchemar. Necropolis est un roman d'une grande puissance visuelle presque cinématographique. Herbert Liebermann nous promène dans un New York sombre et envoûtant. A travers des descriptions efficaces et minutieuses, il perd le lecteur dans un récit où les histoires s'enchevêtrent en un labyrinthe d'une noirceur inégalée. Porté par des personnages aux identités bien marqués, une trame prenante et une écriture poussée, ce roman a obtenu le grand prix de littérature policière - étrangère en 1977. Plus qu'un policier, c'est une formidable ode à New York, ville d’excès et de décadence. Rebelde

Rebelde
29/01/16
 

Paul Konig est-il un homme heureux ?Instinctivement, je pencherai pour un non négatif.Remarquez, difficile de taper dans l'euphorie dès potron minet avec un tel CV.Une épouse emportée par la maladie et dont le poids de l'absence pèse un peu plus chaque jour.Une gamine préférant jouer les filles de l'air plutôt que de subir un quotidien de plomb.Ça vous pose une ambiance pour les dix décennies à venir.Et son boulot, me direz-vous, comme possible exutoire ?Bien vu, Paul Konig taffe et dur encore. Il est même une pointure dans son domaine. Une référence internationale consultée à l'envi lorsqu'il s'agit de faire toute la lumière sur un cadavre au pédigrée douteux car oui, youpie tralala, Konig est médecin légiste et règne en maître incontesté sur la morgue de N.Y. Konig, un nom prédestiné pour ce roi de l'expertise légale. Cependant, envisager une morgue comme possible antidote à un mal-être persistant mettrait en lumière un malaise beaucoup plus profond. Oublions.Quoi qu'il en soit, et comme le disait Freddy - non, pas Krueger – the show must go on. Le Boss va devoir rempiler et fissa pour ce qui s'annonce être la plus délicate de ses expertises.Des corps retrouvés, normal, un constat à dresser, normal, des cadavres présentant la singularité de ne posséder ni dents, ni extrémités ni quoi que ce fut-ce susceptible de faciliter leur identification, nor..., à flûte et double diantre, ça sent encore les heures sup' c't'affaire là...Nécropolis ne vous filera définitivement pas la grosse patate, c'est certain. Mais paradoxalement, il devrait vous poursuivre longtemps tant la charge émotionnelle qu'il dégage perdure bien après sa lecture. Le contexte tout d'abord, celui d'un médecin légiste. Atypique. Excepté dans la série Rizzoli et Isles de Gerritsen, j'avais peu fréquenté le milieu. Lieberman, en guide expérimenté et avide de transmettre, se charge de la visite. Un périple érudit parfois complexe, pour le néophyte, mais toujours passionnant.Et que dire de la personnalité de son anti-héros. Sur le fil du début à la fin, il est de ces types à priori rarement favoris pour décrocher le prix orange mais qui finissent par susciter une empathie légitime tant les épreuves traversées vous touchent.Nécropolis n'est pas un polar au sens premier du terme.Il aborde le sujet, bien sûr, mais la vérité est ailleurs Scully.L'introspection d'un homme sur le déclin, que plus rien ne semble retenir en ce bas monde si ce n'est le mince espoir de retrouver sa petite Lolly vivante, voilà bel et bien l'enjeu de ce récit au cordeau, servi par une écriture sèche et cafardeuse que rien ne saurait atténuer.Nécropolis est une déflagration, un hymne au désespoir.Un océan de noirceur dans lequel vous adorerez patauger, au risque de vous y noyer.Une petite musique envoûtante qui ferait passer Mylène Farmer pour la reine de la déconne.Nécropolis ne se raconte pas finalement, il se vit, à vos risques et périls...4.5/5

TurnThePage
01/03/15
 

A force de blessures, le coeur devient exsangue. Vidé de toute vie, de toute envie, de tout plaisir; il est hermétique au bonheur. Il continue alors de battre, puisant dans des souvenances douloureuses la force et le courage nécessaires.Le coeur de Paul Konig bat au rythme d'un passé définitivement enterré. Sa femme Ida n'est plus, emportée par la maladie. Quant à Lauren, leur fille de vingt-deux ans, elle a disparu, préférant fuir une maison qui n'avait plus rien du foyer familial de jadis. Elle a laissé son père à cette existence nourrie de cendres et de chagrins.Paul Konig est désormais seul aves ses souvenirs. Il se perd dans son travail pour tenter d'oublier et cesser de penser. Médecin légiste responsable de la morgue de New York, il s'épuise à la tâche cherchant dans les corps démembrés des réponses à cette existence qui lui échappe. Les autopsies ont beau s'enchaîner, les instruments labourer ces êtres privés de vie, les réponses ne viennent pas. Seules perdurent la souffrance et la solitude. Parallèlement, Konig doit assumer les responsabilités qui lui incombent : la paperasse, les employés, gérer les électrons libres et les pressions des autorités locales, répondre à ces familles qui cherchent leurs membres disparus...Disparus...Comme sa fille, sa Lauren, sa « Lolly », son unique raison de vivre. Son père la rêve tantôt heureuse tantôt apeurée, perdue dans les rues sombres de New York...Mais parfois le rêve n'est pas très loin de la réalité...Et la réalité, elle, est souvent synonyme de cauchemar.Necropolis est un roman d'une grande puissance visuelle presque cinématographique. Herbert Liebermann nous promène dans un New York sombre et envoûtant. A travers des descriptions efficaces et minutieuses, il perd le lecteur dans un récit où les histoires s'enchevêtrent en un labyrinthe d'une noirceur inégalée. Porté par des personnages aux identités bien marqués, une trame prenante et une écriture poussée, ce roman a obtenu le grand prix de littérature policière - étrangère en 1977. Plus qu'un policier, c'est une formidable ode à New York, ville d’excès et de décadence. Gecko

un flyer
17/09/13

Un très très bon roman noir , le meilleur je pense de H. Lieberman; le héros est médecin légiste à NYork et son activité lui permet de surveiller la pègre, les drogués, et autres personnages en perdition.... Un mal secret ronge ce médecin: sa fille unique a disparu et il ausculte les maux de New York , craignant sans cesse de se retrouver un jour en face du cadavre de son enfant. Le portrait de ce médecin en proie aux angoisses et à la solitude est une vraie réussite et les descriptions de New York sont très maitrisées; la ville devenant elle aussi un sujet à part entière du livre.

dvan
22/08/12
 

Voici un roman noir, très noir !Paul Konig est le chef de la médecine légale à New York. C'est un praticien de génie, formé par le meilleur professeur, dont la compétence est sans égale. Il perd pied entre les horreurs auxqelles il est confronté, les luttes intestines dans son service, la paperasserie administrative et surtout, la disparition de sa fille...Trop sombre pour moi ! La précision clinique de l'ensemble des thèmes soulevés dans ce livre est un excellent moyen de passer les 3 jours suivant cette lecture cachée sous la couette à ruminer sur les ténèbres de l'âme humaine...C'est un livre sur le désespoir qui mène à la folie; La scène où il se prépare à témoigner au tribunal en tournoyant sur lui-même m'a fortement impressionnée, dans le mauvais sens du terme. Sylvie Sagnes

SagnesSy
26/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition