No et moi

VIGAN, DELPHINE DE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 11/03/09
LES NOTES :

à partir de
6,30 €
nos libraires ont adoré no et moi
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. Enfant unique d'une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l'obscurité d'un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d'Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu'elle. No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d'amour, rebelle, sauvage. No dont

l'errance et la solitude questionnent le monde. Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu'elles sont ». Voilâ ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu'il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Comme un défi aux conventions sociales et à l'indifférence, Lou, une adolescente surdouée et complexée tend la main et le cœur à No, une jeune SDF à la dérive avant que la vie ne l'abime définitivement.
A travers la rencontre bouleversante de ces jeunes femmes en décalage avec les autres, entourées de silence, ce sont trois solitudes "le cœur en miettes, sans voix", qui vont s'épauler pour surmonter leur souffrance.
Un roman fort, porté par des personnages attachants. Une belle histoire d'amitié et d'amour même si la vie reprend ses droits, oscillant entre illusions adolescentes et désillusions du monde des adultes.

corinne (valenciennes)
Comme un défi aux conventions sociales et à l'indifférence, Lou, une adolescente surdouée et complexée tend la main et le cœur à No, une jeune SDF à la dérive avant que la vie ne l'abime définitivement.
A travers la rencontre bouleversante de ces jeunes femmes en décalage avec les autres, entourées de silence, ce sont trois solitudes "le cœur en miettes, sans voix", qui vont s'épauler pour surmonter leur souffrance.
Un roman fort, porté par des personnages attachants. Une belle histoire d'amitié et d'amour même si la vie reprend ses droits, oscillant entre illusions adolescentes et désillusions du monde des adultes.
Corinne ,
Librairie
(Valenciennes)
24 personnes en parlent

« La vérité c’est que les choses sont ce qu’elles sont. La réalité reprend toujours le dessus et l’illusion s’éloigne sans qu’on s’en rende compte. La réalité a toujours le dernier mot. (…) Il ne faut pas espérer changer le monde car le monde est bien plus fort que nous. »Une belle preuve de sagesse dont on pourrait s’inspirer plus souvent…et surtout Lou !!Lou, jeune adolescente surdouée, mais néanmoins paumée, qui ne sait pas trop se situer dans son monde. Sa famille est chamboulée par le mal être de la mère. Son ami Lucas, fils de bonne famille, est lui aussi abandonné à son triste sort d’enfant riche de tout mais pas de l’essentiel.Alors quand Lou fait la connaissant de No, sans domicile fixe, qui erre dans Paris à la recherche d’un toi pour dormir, d’un lieu pour y manger une soupe, c’est le coup de foudre.Il faut sauver No la SDF.A première vue, c’est une belle histoire d’amitié. Delphine de Vigan retrace bien les processus de marginalisation qui conduisent, qui peuvent conduire, l’être humain à se désocialiser, et à se précariser. Elle pose des questions qui m’ont semblées justes, et d’actualité.« Sommes –nous de si petites choses, si infiniment petites, que le monde continue de tourner, infiniment grand, et se fout pas mal de savoir où nous dormons ? »Le roman est bien écrit, vif, dynamique ; on ne s’ennuie pas ; les chapitres sont courts. La lecture en est aisée, aérée.Seulement voilà, tout cela m’a semblé tout de même un peu angélique, un peu artificiel. Il y a trop de bons sentiments dans ce roman pour que tout cela paraisse vrai, et, surtout pour que cela puisse me toucher au cœur. Car au fond, malgré les bons côtés de ce livres, je n’ai pas été touchée par ce petit truc qui agite ma corde sensible Mes tripes sont restée bien sages.Ce n’est qu’un roman, sans âme.Lou porte un regard caustique sur notre société, et sur le monde aisé qui est le sien. Elle est bien, trop, idéaliste. Elle a de grandes et nobles idées en tête. Seulement voilà, la vie n’est pas une utopie .On ne peut pas tout.Aucun humain ne peut porter la misère du monde sur son dos aussi large soit-il !!

mimipinson
13/05/11
 

Que dire de plus sur ce livre qui n’a pas encore été dit ? Rien. Sinon que j’ai moi aussi beaucoup aimé ce roman : bouleversant, émouvant, percutant aussi, à la fois idéaliste et réaliste, No et moi est de ces romans "à lire". J’apprécie de plus en plus la plume de Delphine de Vigan, qui sait toujours trouver les mots qu’il faut pour me toucher. http://blogaelle.wordpress.com/

GaL7
08/05/13
 

Lou Bertignac est une jeune fille très intelligente, qui se retrouve à 13 ans en seconde. Première de la classe, seule au milieu de toutes ces ados qui ont déjà de quoi remplir leur soutien gorge. Seule avec le deuil de sa petite soeur qui a jeté une chape de plomb sur sa famille, une mère désormais l'ombre d'elle même, et un père qui fait ce qu'il peut pour maintenir un semblant de normalité.Devant écrire un exposé (l'angoisse!), Lou choisit de raconter la vie d'une jeune SDF. Elle rencontre No, 18 ans, qui erre de foyers en soupes populaires. Peu à peu une amitié fragile se noue entre la jeune ado peu sûre d'elle et la SDF farouche, durcie par la violence de la rue.Un roman doux, plein de légèreté (Lou m'a beaucoup fait penser à Paloma héroïne de L'élégance du hérisson), sans pourtant être naïf sur la réalité. Delphine de Vigan décrit succintement certes, mais avec justesse, sans tomber dans le pathos, la vie de No, la difficulté de journées sans but, dans le froid, l'indifférence. J'ai beaucoup aimé le contraste entre Lou l'utopiste qui passe son temps à cogiter, et No, la dure (ou qui feint de l'être pour pouvoir survivre), écorchée vive. Il y a beaucoup d'humour dans ce roman, en dépit du sujet. C'est ce qui rend cette lecture si agréable. C'est peut-être là que le bât blesse, de mon point de vue. En effet, No et moi est une lecture facile, qui m'a plus fait penser à un roman jeunesse, qu'à un livre pour adultes. Le style est très simple, sans fioritures. Peut-être un peu trop pour moi. Une lecture très agréable, qui m'a fait sourire plus d'une fois, qui m'a serré le coeur, aussi. Heureusement, tout ne finit pas bien, ç'aurait vraiment été "trop". Un livre à mettre dans toutes les mains, y compris (surtout?) celles des plus jeunes.

Choupchoup
09/04/13
 

Un magnifique roman d'apprentissage.Lou est une jeune adolescente surdouée très attachante avec des réflexions sur notre monde très pertinentes.Elle est pleine d'innocence et de naïveté, elle veut croire que si on le souhaite, on peut aider les gens, les changer, améliorer un peu la société dans laquelle on vit.Les descriptions du monde de la rue sonnent juste sans fioriture, sans désir d'embellir les choses.Un milieu familial dur à gérer et un pacte d'amitié qui lie enfin Lou à quelqu'un.La thème de la solitude est abordée sous de nombreuses formes. Cette lecture procure toutes sortes d'émotions.Je le recommande.

bookworm02
24/09/12
 

Lou 13 ans est une jeune fille pleine de vie qui va s'interesser en faisant un exposé à une jeune SDF, ce roman sous une histoire banal montre l'un des problémes majeurs du monde : la population dans la rue. Ce livre souligne très bien ce probléme sous une histoire attachante. Mandy.

Mandy05
23/09/12
 

Après avoir lu bien des avis positif sur ce roman, j'avais envie de m'y plonger, moi aussi. Pourtant une peur m'empêchais d'ouvrir le livre, bien qu'il fut dans ma bibliothèque depuis plusieurs mois : peur de tomber dans un roman avec trop de pathos. Cependant, j'ai fini par l'ouvrir et je ne regrette nullement.Lou Bertignac est une jeune fille de 13, surdoué (ou en avance pour son âge). Lou se sent seul, rejettée... Pour un de ses cours, elle décide (comme cela, par hasard) de faire un exposé sur les femmes sans domicile fixe. Un jour, elle rencontre à la gare, où elle aime bien venir voir les trains partir et arriver, No, alias Nolwenn, une jeune femme de 18 ans à peine, sdf. Dès lors, une amitié va les lier. Leurs vies vont en être transformées à jamais.Dès les premières pages du récit, la plume fluide, belle et rapide de l'auteur m'a entraînée au coeur de l'histoire, pour n'en ressortir à bout de souffle qu'en toute fin du roman.Le livre m'intéressait d'autant plus que, travaillant dans un secteur où les mineurs ou jeunes majeurs en difficultés, sont seuls souvent face à la misère, la violence, la souffrance. J'ai donc découvert ce livre aussi bien pour mon plaisir de lectrice, que pour mon travail.J'ai vraiment beaucoup aimé. L'auteur n'en fait pas trop, et c'est un plaisir de découvrir ce sujet par la bouche de Lou, jeune fille de 13 ans, magnifique.Cela faisait longtemps qu'un roman de ce genre ne m'avait pas autant happée. Lou et No m'ont prise par la main, pour me montrer un quotidien difficile, insoutenable que bon nombre de gens, jeune ou vieux, femmes ou hommes, vivent.L'auteur m'a permis de vivre un moment intense, qui fait réfléchir, qui interpelle sur notre société... un livre plaisant et utile.N'hésitez plus. Lisez-le et laissez-vous guider par la plume sensible de Delphine de Vigan.

malorie
24/07/12
 

Livre très bouleversant qui touche l'un des problémes majeur de ce monde : être SDF.. Et l'envie de sauver ça.. Lou 13 ans va se mettre en travers de ses parents pour offrir une meilleure vie à une jeune SDF suite à un devoir qu'elle doit faire.. No et moi est un grand succés qui ne peut pas décevoir! Candy.

candym
23/07/12
 

Lou Bertignac, jeune ado surdouée, rencontre Nolween, alias No, une jeune femme SDF. Pour son exposé sur les femmes sans-abris, Lou interview à plusieurs reprises No qui lui explique alors le froid, la peur, l'errance, la violence,... tout ça avec réserve et timidité. Après l'interview, No s'éloigne et se cache de Lou, mais celle ci la retrouve et lui propose son aide pour s'en sortir...C'est l'histoire d'une rencontre pas comme les autres, d'un apprivoisement (comme dans la Petit Prince dont l'auteur fait référence) entre deux personnes totalement différentes. C'est toujours aussi bien écrit, on retrouve la plume de Delphine de Vigan, une de mes auteures chouchoutes ... Des chapitres courts qui nous font tourner les pages à une vitesse folle. On a là, un thème fragile et dur abordé avec facilité, notamment grâce au personnage d'ado de Lou, qui est la narratrice du livre.On ressort forcément secouée de cette lecture, on se souvient que, oui c'est la triste réalité, que sortir de l'enfer de la rue n'est pas chose facile, que le système est vraiment mal foutu et qu'on est limite impuissant face à cela... J'admire le courage de Lou d'avoir réussi à approcher No et d'avoir essayé de l'aider du mieux qu'elle a pu. J'admire la force de No d'avoir tenté de se relever et de ne pas avoir entrainer Lou dans sa chute...Je n'ai pas vu le film donc je ne peux pas comparer, mais le livre m'a vraiment donné envie de le regarder, juste pour comparer ! Bref, j'ai passé un bon moment avec No et Lou, et cela m'a forcément donner envie de continuer ma découverte des romans de Delphine de Vigan. J'ai déjà lu "Les heures souterraines" (gros coup de coeur pour moi ^^) et "Rien ne s'oppose à la nuit" et je suis très tentée par "Un jour sans faim" (qui finira surement dans ma PAL un jour ou l'autre) !

lizou59
25/04/12
 

Un livre court, un livre percutant, un livre sur l’enfance, sur la construction d’un individu ; un livre sur la difficulté de vivre dans la rue et celle de réapprendre à vivre en société.Lou Bertignac est une jeune fille de treize ans, qui a la particularité d’être surdouée. Ainsi, malgré son jeune âge elle est en classe de seconde, un peu en marge de ses camarades ; plutôt seule. Un jour, Lou rencontre No. No a dix-huit ans, elle est ce qu’on appelle communément les sans-abri. Ce livre est l’histoire de leur rencontre mais aussi de l’impact que chacune aura sur la vie de l’autre. Au fur et à mesure de leurs discussions et de l’immersion dans leur intimité, le lecteur découvre les travers de leur jeune vie.J’ai beaucoup apprécié l’écriture de Delphine de Vigan et sa façon de traiter un sujet très dur voire tabou, et d’en faire une histoire tragique mais douce et pleine d’espoir. Les personnages construits par l’auteur sont excellents. On voit la personnalité de Lou et sa confiance en elle se renforcer pour aider No à s’en sortir. On voit également la mère de Lou, cette femme brisée par la mort d’un enfant, s’ouvrir de nouveau à la vie grâce à l’arrivée de No dans leur sphère familiale. Le personnage de No est le plus dramatique. Je me suis sentie envahie par une bouffée de tristesse, presque de culpabilité lorsque le père de Lou lui annonce que ce serait trop compliqué de recueillir des sans-abri chez soi, que la vie est complexe, que l’on y peut rien. Malheureusement, Lou ne peut se résoudre à abandonner sa nouvelle amie. Son propre bien-être est en jeu car No lui a permis de se révéler mais aussi d’appréhender la vie avec moins d’insouciance.On ne ressort pas indemne de cette lecture. Elle nous met face à la problématique des individus livrés à eux-mêmes, à la rue, notamment les femmes. Delphine de Vigan aborde le sujet de la construction du SDF une fois sorti de son environnement hostile. Et cette reconstruction est difficile car, dès l’instant où il retrouve un toit, le monde de la rue, ses anciennes connaissances, lui tourne définitivement le dos. Mais ce n’est pas pour cela que notre monde s’ouvre à eux les bras grands ouverts. Et peut-être cela le plus difficile à accepter.En conclusion, j’ai beaucoup aimé cette lecture, avec des personnages atypiques et des mots choisis avec finesse. Je recommande ce livre à tous. Il est magnifique et nous fait nous interroger sur un aspect de notre société qui reste parfois trop tabou. Marylin

marylinm
11/03/12
 

Une réflexion sur l’exclusion, à travers la rencontre improbable de deux adolescentes. L’une, humaniste et un peu naïve cherche à « sauver » l’autre, SDF et désenchantée. Une belle histoire, touchante et pure. À dévorer !

à propos de No et moi j'ai bien aimé ce livre car il est réaliste et montre la dureté de la vie des S.D.F. J'ai aussi bien aimé l'histoire entre Lou et Lucas et le fait que les parents acceptent d'éberger No mais c'est plutôt quelque chose que l'on pourrait lire dans un conte car la plupart des gens sont égoïstes et ils n'accueilleraient pas une S.D.F chez eux. Mais j'ai aimé lire ce livre car il montre la vie mais pas d'une manière trop dure.

Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis L’encensement médiatique et les nombreux éloges des romans de Delphine de Vigan m’ont longtemps tenue éloignée de cet auteur. Toutefois, il faut savoir revenir sur ses à-priori et aller aussi vers ce qui ne nous attire pas, ce type d’approche en terrain hostile conduisant parfois à de belles rencontres –cette maxime de mon cru ne vaut que pour la littérature !- En lisant « No et moi », j’ai d’abord pensé à un bon roman pour ados : sous la forme classique du roman d’initiation, l’héroïne, jeune, naïve et pleine d’idéaux, est confrontée à la réalité (maladie, pauvreté, exclusion et j’en passe), ce qui déclenche son éducation et son évolution vers l’âge adulte. Au-delà ce cette maîtrise parfaite du genre, il y a un "je-ne-sais-quoi" dans l’écriture qui donne envie d’en lire davantage : des élans, des mots, des associations d’idées sous lesquelles on devine un style, une force littéraire qui ne demande qu’à s’épanouir. Alors, c’est décidé : je vais lire ses autres romans, je veux retrouver cet éclat dans les livres suivants, je veux suivre cette « pépite » que j’ai distinguée dans le cadre un peu convenu et plein de bons sentiments de ce "No et moi".

C'est la rencontre improbable de deux mondes si différents. Celui de Lou qui a un toit et une famille et celui de No qui est sans famille et SDF.Lou est très attachante, elle est idéaliste et elle pense qu'elle peut changer les choses. No est rejetée par la société, c'est une rebelle mais elle va accepter cette amitié. Lou va sortir grandi de cette rencontre et elle va apprendre à rencontrer les autres même s'ils sont différents.Le sujet est délicat, mais le livre facile à lire : c'est Lou qui est la narratrice.Ce livre peut également être lu par des ados.

Aproposdelivres
16/11/11
 

"Les choses sont ce qu’elles sont, et il y a en a beaucoup contre lesquelles on ne peut rien. Voilà sans doute ce qu’il faut admettre pour devenir adulte » pense LOU.Ce livre est bien écrit, bien imaginé mais il ne révolutionne pas le genre…Lou avec son QI de 160 pose son regard sur la vie, espère que les événements peuvent changer pour peu qu’on le veuille, fait des expériences comparatives et reste aussi une petite fille amoureuse qui ne sait pas bien comment s’y prendre…Ce livre m’a intéressée pour les quelques citations que j’ai pu y relever.« Maintenant je sais que la violence est aussi dans le silence, qu’elle est parfois invisible à l’œil nu. ».« La nuit quand on ne dort pas les soucis se multiplient, ils enflent, s’amplifient, à mesure que l’heure avance les lendemains s’obscurcissent, le pire rejoint l’évidence, plus rien ne paraît tranquille. »« …et si c’était ça le bonheur, pas même un rêve, pas même une promesse, juste l’instant. »Ce livre est bien écrit parce que l’auteur a le ton juste pour faire parler Lou, cette enfant précoce qui se sent régulièrement « en dehors de l’image, en décalage », comme souvent dans ces cas-là…Ce livre est bien écrit parce que les événements et les personnages (entre autres la mère « blessée » qui renaît peu à peu) sont décrits et écrits avec sensibilité et pudeur.Ce livre est bien écrit parce que les mots sonnent justes et qu’il n’y a pas de lourdeur.Mais …..Tout cela reste trop « lisse », aseptisé, trop propre, un peu comme chez Anna Gavalda où les bon sentiments se bousculent et finissent par faire « trop »….J’ai bien accroché au début puis l’intérêt s’est émoussé, dommage ….Mais je ne regrette pas ma lecture…mon cahier à spirales a gagné quelques belles citations !!!

Cassiopea
24/09/11
 

A la première approche, je ne me suis pas tout de suite plongée dans le livre. Le fait de toujours revenir sur le fait que le monde va mal, qu'il y a des SDF dans la rue qui sont seuls... Après un moment, les répétitions à la fin des chapitres m'ont un peu lassé, je ne vis pas loin d'un centre d'SDF, j'ai déjà parlé à quelques uns et je pense donc savoir ce qu'est la misère par chez nous. Bref, le fait d'avoir l'histoire raconté par une jeune adolescante m'a aussi un peu troublé. Mais à la fin du livre, j'ai soufflé un bon coup et j'ai pensé qu'il était malgré tout vraiment très bien !

TristanaErato
10/09/11
 

En ouvrant ce livre dont on a beaucoup parlé, je ne m’attendais pas à aimer autant. J’en suis ressortie plutôt chamboulée. C’est un petit coup de cœur, mais un coup de cœur quand même. =)Tout d’abord, j’ai été charmée par le style de Delphine de Vigan. En toute légèreté, presque avec douceur, elle nous dépeint une histoire où il y a peu de motif à se réjouir. L’histoire ? Il y a Lou, surdouée et fine observatrice. Une jeune fille mature, (sur certains points), très agréable à suivre. Son obstination, son refus d’abandonner et sa naïveté aussi la rendent attachante. Sur les quais de la gare, elle fait la rencontre de No. A peine 18 ans et sans-abri, un lourd passé, No n’a pas eu une vie facile. Comment se retrouve t-on dans une telle situation à 18 ans ? C’est la question qui travaille Lou et elle va tout faire pour la sortir de là. Cette histoire, le combat de Lou pour sauver No, m’a beaucoup touchée. L’auteur a trouvé le ton juste et réaliste. Sans tomber dans l’excès, Delphine de Vigan écrit avec beaucoup de sensibilité.C’est une belle histoire d’amitié ; et en arrière-fond, arrive à pas feutrés l’histoire d’amour. A côté de l’intrigue principale autour de No, un autre pan se greffe : l’histoire de ses parents, la dépression de sa mère suite à un drame passé, un père qui se cache pour pleurer... Tout ceci est creusé, bien décrit tout en conservant une certaine pudeur. L’auteur nous emporte totalement dans son récit.Enfin, chaque personnage à son rôle dans l’histoire et une véritable prestance. Même les sans-abris qui font de brèves apparitions. Lou quant à elle évolue au fil des pages. Roman initiatique en quelque sorte puisque pour elle c'est l'apprentissage de la vie, la perte des illusions naïves.Certains détails semblent un peu gros, mais prise par l’histoire, je les ai oubliés facilement. [...]C’est donc une très belle réussite de l’auteur qui a su traiter ces thèmes très durs avec justesse et sensibilité.

Lunasirius
31/05/11
 

Lou a un QI élévé, mais elle a aussi une maman dépressive suite à la perte d'un enfant en bas âge. Lou protège sa mère, et est choyée par son père. Lorsqu'elle rencontre une fille SDF, elle se lance dans un bouleversement de sa propre vie, et de sa famille. A la fin du récit, elle aura eu comme un électrochoc, et tout en étant toujours aussi douée, elle aura compris qu'il faut parfois se poser moins de questions et être soi-même...]A lire de 14 à 99 ans PhiL / Délire de Lire - Ciney

DelireDeLire
14/12/10
 

Cela faisait quelques temps que j'avais plus littéralement "devoré" un livre. J'avais trouvé ce livre dans une foire aux livres ya un mois de ça. Le résumé me plaisait bien. Je me suis prise au jeu. L'ensemble est trés bien écrit, l'auteure a reussi a nous plonger dans la tete d'une adolescente precoce et tout ses questionnements sur la vie. Elle rencontre une jeune sans abri, perdue, sans affection et cela bouleverse sa vie.Le lecteur reflechis avec Lou sur la société, la façon de vivre, l'indifférence des gens. Un livre magnifique et poignant à lire absolument.

Mayuha
21/11/10
 

Lou Bertignac, 13 ans, est une enfant intellectuellement précoce, scolarisée en seconde. Un jour, elle croise une jeune fille à peine plus âgée qu’elle qui fait la manche et dort dans la rue. Cette jeune fille s’appelle No. Lou décide de l’interviewer pour son exposé de sciences économiques et sociales. Lou s’attache très vite à No. Mais cette dernière que la vie a brisée sera-t-elle capable à son tour de tisser un lien fort avec Lou ?Voici un livre très poignant qu’a écrit Delphine de Vigan dont je découvre l’écriture. Le sujet est interpellant et demeure d’actualité. Il nous décrit la condition des sans-abris, blessés par la vie. No est une jeune fille rejetée par sa mère, jamais elle n’a pu grandir sur une base d’attachement sûr. Cette carence maternelle fait écho à celle vécue par Lou : depuis la mort tragique de sa petite sœur Thaïs, Lou a vu sa mère sombrer dans une profonde dépression, incapable d’aimer à nouveau sa fille. Lou vit dans un cocon matériel doré mais souffre de la pathologie de sa mère.Cette enfant précoce vit dans le tourment existentiel de l’adolescence, exacerbé par sa précocité : elle se pose de multiples questions, souvent saugrenues (dans quel sens faut-il tourner sa langue quand on embrasse un garçon ?), en réaction à sa très forte angoisse. Quand elle rencontre No, elle découvre à la fois l’altérité (No lui est si dissemblable, dans une précarité et un dénuement extrêmes) et une occasion de s’identifier à quelqu’un qui lui tend un miroir (No est perdue tout comme l’est Lou qui traverse sa période d’adolescence).Delphine de Vigan raconte cette fable tragique avec beaucoup de pudeur, une écriture simple, peu recherchée (c’est une adolescente qui s’exprime, à la manière d’un journal intime). La trame narrative reste assez prévisible, le lecteur sent bien le ton tragique. Lou apprend une importante leçon de vie en quelques mois : elle se confronte au dénuement, à la toxicomanie, à la dépendance, à l’instabilité. Elle ressort de l’aventure avec No métamorphosée à jamais, grandie : faut-il voir ici un roman d’initiation ?Ce livre compte aussi les tourments amoureux d’une adolescente, à la fois grande et petite comme le souligne Lucas, son amoureux : grande sur le plan intellectuel, avec des capacités de réflexion solides (elle réalise un brillant exposé sur le thème des sans-abris suite à l’interview de No) et petite sur le plan émotionnel (ses réactions ne sont pas toujours appropriées, elle ne maîtrise pas toujours bien ses émotions).Une histoire poignante et tragique qui nous fait réfléchir sur le sens de la vie à travers le regard d’une adolescente précoce. Seraphita

Seraphita
29/08/10
 

Tout a fait d accord avec les critiques des autres lecteurs, une très belle histoire de 2 milieux qui se rencontrent en cette période de vie où toutes jeunes filles se cherchent; effectivement a conseiller aux ados. macoeur

macoeur
29/04/10
 

Une très belle histoire d'amitié sensible et émouvante entre 2 adolescentes de milieux très différents. J'ai beaucoup apprécié l'atmosphère du livre et la description des liens qui unit les personnages et qui ont toujours une grande difficulté à exprimer leurs sentiments.je l'ai lu ce livre en déc 09 à la suite "des heures souterraines" du même auteur qui m'a tout autant plus

nkestener
02/01/10
 

Une belle histoire, émouvante et sensible. Un roman à conseiller aux ados ! (octobre 2009)

Pitchoubinou
24/11/09
 

Un livre qui m’a pas mal chamboulée. J’ai énormément accroché au style de Delphine De Vigan, parce qu’elle sait employer les mots qui vous touchent en plein coeur. Le personnage de Lou est vraiment attachant (elle m’a rappelé la petite Paloma de “L’élégance du hérisson”). Il y a un je ne sais quoi de profondément authentique dans sa vision désabusée du monde, un mélange de sensibilité et de fragilité qui vous fait battre le coeur. Le livre a, il me semble, cette qualité rare de donner à voir l’existence dans toute sa densité : beaucoup de bonheur et de tristesse, inextricablement mêlés de manière aléatoire. On se laisse juste transporter par les mots, comme dans un voyage très doux, on a seulement envie d’être bercé par l’histoire, de continuer à lire le plus longtemps possible.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
06/06/09
 

Face au réel Facile à lire, captivant, émouvant et malheureusement trop réaliste, un témoignage sur la dureté de la vie de la rue.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie